Quand on se compare…

Si vous trouvez qu’il est dur pour le portefeuille d’être propriétaire, un tour d’horizon des paiements hypothécaires un peu partout dans le monde saura vous encourager !

Photo : iStockphoto

La ville où devenir propriétaire coûte le plus cher n’est pas Hongkong, New York ou Londres, mais Caracas, au Venezuela. Du moins, c’est le cas lorsqu’on considère le prix des maisons, les taux hypothécaires et le revenu des habitants. Ainsi, dans cette grande ville d’Amérique du Sud où sévit une crise économique sans précédent, le paiement hypothécaire moyen représente 3 483 % du revenu familial mensuel après impôt ! À Montréal, c’est 45 %. Soudainement, le marché immobilier québécois paraît plus abordable.

Dans la même catégorie
6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Caracacas, Venezuela, l’endroit où les maisons sont le moins accessible au monde. Pays entièrement socialiste et gouverné par l’État. La gauche au pouvoir quoi…

Avis à ceux qui s’apprêtent à voter QS.

Je ne comprends vraiment pas!
Comment peut-on payer mensuellement plus cher pour une hypothèque
que ce que l’on gagne?

Se loger est un besoin primaire. Même les plus pauvres n’y échappent pas, parfois même au détriment de la nourriture et des vêtements…

Le tableau compare les paiements hypothécaires au revenu moyen de la population dans son ensemble (qui inclut les propriétaires et les non-propriétaires). Il faut donc voir ce graphique comme une mesure de l’accessibilité à la propriété.

Lisez un peu sur la El Torre de David. Ça donne (quasiment) le goût d’en avoir une pareille à Montréal, non? Non mais, tant qu’à se comparer et de consoler. (Ironie)