Quebecor World indigne de Quebecor ?

Ma chronique porte sur l’entreprise autrefois connue sous le nom de Quebecor World. Ses malheurs porteraient ombrage à Quebecor inc. et il faut dorénavant faire semblant qu’il n’existe aucun lien entre les deux entités.

Pourtant…

L’entreprise a été fondée par Pierre Péladeau.
Pierre Karl Péladeau a personnellement dirigé les activités européennes, aujourd’hui encore si problématiques.
Avec 84,58 % des droits de vote, Quebecor inc. contrôlait les destinées de l’imprimeur et y nommait ses dirigeants.
Quebecor World a eu cinq PDG depuis 2002, tous nommés par Pierre Karl Péladeau qui a aussi assumé la présidence de 2004 à 2006.
Le président du conseil de Quebecor World depuis 2002 est Brian Mulroney, l’homme de confiance de Pierre Karl Péladeau.
Pierre Karl Péladeau a réalisé en 1999 la transaction de 2,7 milliards $ qui lui a permis de mettre la main sur World Color Press. Quebecor World devenait alors le plus grand imprimeur au monde, mais au prix d’un endettement qui atteint aujourd’hui 2,3 milliards de dollars.
En 2002, l’action de Quebecor World valait 46,09 $. Le titre valait 10 cents, hier à la fermeture des marchés.
Entre 2002 et 2006, les revenus de Quebecor World n’ont pratiquement pas bougé alors que son concurrent, R.R. Donneley, a doublé de taille, malgré les difficultés du secteur.
Comme nous le rappelle Michel Magnan, de l’École de gestion John-Molson, de 2002 à 2006, malgré les difficultés de l’entreprise et le sous investissement de ses activités, Quebecor World a versé à ses actionnaires 400 millions de dollars en dividendes, dont 136 millions à Quebecor.
Pendant la même période, Quebecor World a dû débourser 400 millions de dollars pour racheter ses propres actions, pour ainsi permettre à Quebecor de conserver le même niveau de contrôle sur l’imprimeur.

Vous comprenez pourquoi cet empressement à changer le nom de Quebecor World…

Laisser un commentaire

Une autre grande réussite de Brian Mulroney…(M. Vastel, qui croit toujours en sa virginité, n’aimera pas…)
Ma vieille mère, qui n’a jamais aimé le Menton, disait toujours: « comment y peut administrer le Canada lorsqu’il a fermé l’Iron ore? »

Vous avez écrit un billet intitulé «QUÉBÉCOR WORLD À LA DÉRIVE» le 14 décembre.

Il faut relire l’explication «schumpeterienne» de la destruction créatrice donnée par David Gagnon poue expliquer un problème de mauvaise planification et de gestion de cette entreprise.

Selon Gagnon, tout le monde devrait se réjouir!

http://blogues.lactualite.com/duhamel/?p=87#comments

Je suis incapable de faire confiance à PKP. La raison première, étant les grèves aussitôt qu’il a pris le pouvoir.

Suite à la mort de Monsieur P., il y a eu des grèves dommageables pour Québécor. Comme j’ai déjà dit à un ami qui déteste les syndicats, « ta job est de produire, pas de lutter contre les syndicats, tes propres employés ».

Quand on déteste les syndicats, et qu’on se bat contre, on se bat contre ses employés. Haïr les syndicats est détester ses employés. Une telle chose est très malsaine au sein d’une entreprise.

M. Pierre Péladeau avait les mêmes employés et il n’avait pas de problèmes. C’est un homme qui savait s’entourer de gens efficaces. Il a déjà déclaré qu’un employé, peut importe lequel parmi les 15,000 de Québécor, pouvait l’appeler directement. Je peux ti vous dire que les contremaîtres et les ti-boss devaient faire obligatoirement leur job et correctement.

Plus le temps passe, plus je pense que PKP n’est intéressé que par la valise de fric. Je ne suis pas le premier à le dire. Les patrons qui ont cette philosophie ne vont que rarement très loin. Maintenant il camoufle.

Un des bras droit de Monsieur P. a dit qu’il avait fait une erreur de donner la direction à son fils. Il disait que c’est la plus vielle de ses filles qui avait les meilleures aptitudes à continuer l’œuvre de son père.

J’ai déjà congédié mon fils à 14 ans pour 2 jours en lui disant « ici tu ne fait pas affaire avec ton père mais avec le boss.

La relève d’entreprise de père en fils est très souvent un dilemme.

En direction d’entreprise pas de parents pas d’amis.

Oui M. Campagna, mais que voulez-vous, M. Gagnon passe tout son temps à stroumphpertiner ne sachant rien faire d’autre.

Et M. Fleurent attend que M. Noel ait écrit quelque chose pour se dire d’accord, ne sachant rien faire d’autre.

« Et M. Fleurent attend que M. Noel ait écrit quelque chose pour se dire d’accord, ne sachant rien faire d’autre. » (MB)

Pis vous? Vous n’avez pas d’opinion? Comme d’habitude.

C’est vrai! Vous attendez D Gagnon. Comme d’habitude.

@ Raymond Campagna:

Le processus de destruction créatrice décri par Joseph Schumpeter n’a rien à voir avec la mauvaise gestion, c’est la description du processus de mutation des économie qui est observable depuis plusieurs centaines d’année.

Au lieu de dénigrer ce que tu ne comprends pas (réflexe typiquement québécois), fais plutôt l’effort d’élargir tes connaissance:

http://www.econtalk.org/archives/2007/10/mccraw_on_schum.html

@ D.Gagnon

Donc votre commentaire était inapproprié pour expliquer les causes de la situation de Q.W.

Autrement dit, vous étiez hors sujet.

Ça arrive.

« Au lieu de dénigrer ce que tu ne comprends pas (réflexe typiquement québécois), » (D Gagnon)

Quant à ça, personne ne peut dire que vous n’êtes pas «québécois».

@ Raymond Campagna:

LA chute de QW c’est de la destruction créatrice. La mutation du format papier vers le format électronique.

C’est pourtant simple à comprendre…

Finalement, il n’aura fallu que dix ans à Pierre-Karl Péladeau pour détruire l’imprimeur que son père a mis une vie à construire. C’est triste, mais j’ai de la difficulté à
éprouver de la sympathie pour cet homme qui m’a toujours semblé extrêmement arrogant, particulièrement, en ce qui concerne les façons de faire de son père.

Espérons qu’il ne fera pas subir le même sort à Vidéotron qui est une superbe entreprise et au reste de Quebecor.

« LA chute de QW c’est de la destruction créatrice. La mutation du format papier vers le format électronique. »

Comme si la radio avait tué les journaux! Le cinéma la radio! La télé, le cinéma et la radio! L’internet la télé.

Il y a des huberlulus qui inventent n’importe quoi pour vendre des livres même la destruction qui crée et la création qui détruit.

La destruction c’est l’action de détruire, le contraire de créer.

La création c’est l’action de créer le contraire de détruire.

Donc la destruction ne peut pas créer et la création ne détruit pas.

C’est tout un hasard de voir comme M. MB ressemble à M. Gagnon.

Pour en revenir au commentaire #5 de M. MB pourrait-il extrapoler davantage vu qu’il me semble que je n’ai pas attendu M. Noël.

Vu qu’il semble dire que mon commentaire #3 n’est pas mon opinion, ce serait quoi?

M. Fleurent: c’était une petite réponse à votre commentaire 4, complètement inapproprié et inutile.

@ jacques noel:

Non la télévision n’a pas tué la radio. Mais la radio a perdu énormément de part de marché au profit de la télévision. Seules les radios les plus fortes et adaptées au marché ont survécus.

Idem pour l’industrie de l’imprimerie. C’est pourtant pas de la physique quantique, c’est simple à comprendre.

« Non la télévision n’a pas tué la radio. Mais la radio a perdu énormément de part de marché au profit de la télévision. » (D. Gagnon)

Faudrait voir il y a peut être plus de station radio qu’il y en avait.

Encore une fois il essaye de glisser à côté.

Si tu veux t’amuser à comparer tu compares la radio année 1953 avec 2007 en dollars 2008.

Les pommes avec les pommes.

Ainsi que je l’avais écrit (#2), la crise chez QW est d’abord dûe à de la mauvaise planification et gestion.

«Ainsi que je l’avais écrit (#2), la crise chez QW est d’abord dûe à de la mauvaise planification et gestion:

«Ses déboires sont en grande partie reliés aux conditions de l’industrie, mais c’est surtout l’entreprise elle-même qui en est responsable « , juge Denis Durand, associé principal chez Jarislowsky Fraser.

Jamie Wetmore, analyste principal pour la firme de notation de crédit DBRS, abonde dans le même sens : » Ce n’est pas la fin de l’industrie. Les leaders ont maintenu leurs résultats en optimisant leurs opérations, alors que Quebecor World a tardé à réagir « , dit-il.

Personne ne mentionne la destruction créatrice…

D. Gagnon,

Des agriculteurs, il en reste une fraction de ce qu’il y avait en 1900 et la production est dix fois plus aujourd’hui.

Mais la radio elle si elle a perdu du marché à cause de la TV il faut comparer avant et après.
Donc1953 à plusieurs années plus tard en dollar d’aujourd’hui.

C’est vous M. Gagnon qui avez dit que la radio avait perdu.

@ Yvon Fleurent:

Tu as tout compris, avec moins d’agriculteur, on fait plus. LA spécialisation du travail tel que décrit par Adam Smith et David Ricardo.

Pour la radio, même quand on compare en dollar de 2008, sa vitalité reste bien en deça de ce qu’elle était en 1953.

Fait juste remonter en 1980 ou les station AM était très abondante.

Tu n’a peut-être pas remarqué, mais l’avenir de l’industrie médiatique n’est plus dans la radio…

« Les revenus des stations de radio commerciales privées ont tout de même totalisé 1,4 milliard $ en 2006, étant en hausse de 5,7 pour cent par rapport à l’année précédente. » (CRTC)

Bravo David Gagnon!

On dirait que vous venez de comprendre qu’avec moins, on fait plus!

Cela s’appelle le progrès.

@ Raymond Campagna:

Et par rapport à 1953 ???

Encore une fois, tu es à côté de la tracks.

Je vais te donner un exemple…

En 1953, totalité des gens voulant écouter une parti du Canadiens utilisaient une radio.

Aujourd’hui, selon toi, qu’elle est la proportion de gens qui écoutent encore les matchs du CH à la radio ?

C’est quand même assez ahurissant, je suis obligé d’expliquer aux gens que la radio en 2008 À moins d,importance qu’en 1953…

J’en reviens pas…

« Mais la radio a perdu énormément de part de marché au profit de la télévision. » (D. Gagnon)

On peut avoir les chiffres de ces études de part de marché? Avec les références.

Vos arguments impressionnistes ne sont pas des preuves.

« Pour la radio, même quand on compare en dollar de 2008, sa vitalité reste bien en deça de ce qu’elle était en 1953 » (David Gagnon)

Gagnon, prouve le que la radio a perdu du marché, prouve le.

Donne la preuve que le marché de la radio est moindre qu’avant la TV comme tu l’as affirmé.

« C’est quand même assez ahurissant, je suis obligé d’expliquer aux gens que la radio en 2008 À moins d,importance qu’en 1953… » (David Gagnon)

Faux. T’as pas expliqué. Explique avec des piasses.

Tu as a eu gratuitement le chiffre pour 2006, il ne te reste qu’a donner celui de 1953.

La preuve en dollars 2008, en piasses.

Tu connais tu ça des piasses?

T’as encore les culottes baissées, comme toujours.

J’en reviens pas…

@ Raymond Campagna:

Vous avez véritablement besoins de chiffre pour savoir que l’importance de la radio à diminuer… M’enfin, je pensais que c’était un truc évident pour la majorité capable d’observer le monde qui les entours mais puisqu’il le faut…

Écoute de la radio, moyenne des heures d’écoute hebdomadaire:
1999: 20,5
2000: 20,3
2001: 20,1
2002: 20,2
2003: 19,5
2004: 19,5
2005: 19,1
2006: 18,6

Maintenant, vous avez besoin que je vous prouve que la terre est ronde ?

On le sait que la terre est ronde.

Tu n’as pas de chiffre pour 1953 ou 1954 si tu veux.

Tu as parlé au travers ton chapeau.

Si c’est évident les chiffres d’affaires pour 1953.

« Maintenant, vous avez besoin que je vous prouve que la terre est ronde ? » (D. Gagnon)

Je serais très curieux de voir ça.

Avec ses affirmations disparates, hors sujets ou carrément hors contexte, on finirait avec une terre carrée ou mieux, carrément inexistante, comme la richesse du Nunavut,

Québécor World éprouve de graves difficultés au Royaume Uni. Problèmes de gestion et de crédit.

Personne ne parle de « destruction créatrice » pour expliquer cette déchéance financière…

La terre n’est pas ronde grand connaisseur Gagnon!

Oui vous avez bien lu la terre n’est pas ronde!

La terre n’est pas ronde et moins les gens écoutent la radio, plus c’est bon pour l’industrie de la radiodiffusion.

C’est bien connu.

Vous étalez votre ignorance M. Gagnon. Vous faites rire de vous.

Juste pour avoir des clic$ sur un blogue plate d’ados.

Et le chiffre d’affaires de la radio en 1953?

@ Yvon Fleurent :

C’est sur que je suis in ignorant voyaons. On sait touis que la radio c’est l’undustrie de l’avenir. Parrait même qu’elle va supplanté la télévision d’ici 2010…

Gagnon, vous n’êtes jamais, mais jamais capable d’appuyer vos affirmations.

Vous êtes toujours à sortir des chiffres pour épater, mais quand on vous en demande juste un pour prouver vos affirmations, vous en êtes incapable.

C’est juste le chiffre d’affaires de la radio aux environs de 1953 pour prouver votre déclaration, mais vous en êtes incapable.

Ou vous vous êtes fait prendre à dire une fauseté???

Vous, vous ridiculisez auprès des lecteurs.

« La terre n’est pas ronde et moins les gens écoutent la radio, plus c’est bon pour l’industrie de la radiodiffusion.

C’est bien connu. » ( D. Gagnon)

Gagnon s’est mêlé dans sa désinformation! IL DIT LA VÉRITÉ!!!

En effet, il reprend les affirmations du CRTC qui montrent que malgré une baisse d’auditeurs, la radio ne cesse d’augmenter ses profits d’une année à l’autre.

«Radio profits up 24%, CRTC says by Barbara Shecter
Source : National Post
May 5, 2006

The CRTC released figures that show profits soared by 24% in 2005 for Canadian commercial radio stations.»

“Les revenus des stations de radio commerciales privées ont tout de même totalisé 1,4 milliard $ en 2006, étant en hausse de 5,7 pour cent par rapport à l’année précédente.” (CRTC)

Le profit, Gagnon, le profit! C’est ça qui compte, non?

La radio ne fonctionne pas avec des clic$ comme sur votre site. Vous saviez pas?

———————–

« Pour la radio, même quand on compare en dollar de 2008, sa vitalité reste bien en deça de ce qu’elle était en 1953 » (David Gagnon)

Amenez vos chiffres de profits de 1953, qu’on compare sa « vitalité$$$

@ Yvon Fleurent:

Tout ce que j’ai écrit a été appuyer de faits, des statistiques.

@ Raymond Campagna :

Comme d’habitude, vous êtes à côté de la track.

Je n’ai par parlé de profit absolu, mais de l’écart de profit avec la télévision: i.e. que la télévision va chercher d’année en année une plus grosse part des profits (part de marché) i.e. que les profits de la télé grimpent plus vites que ceux de la radio.

Un phénomène normal quand on sait que les gens écoutent de moins en moins la radio et de plus en plus la télé.

Il faut vraiment être bouché pour oser prétendre qu’en 2008, la radio est aussi importante et présente dans nos vies qu’en 1953…

Puisqu’il faut expliquer ce qui est évident…

Allons-y…

Decline in Radio Audience, Due to MP3 Players.

http://www.anythingbutipod.com/archives/2005/06/decline-in-radio-audience-due-to-mp3-players.php

Conventional radio stations are losing their grip on the iPod generation as younger listeners shift to new technology, such as MP3 players, satellite radio and the emerging world of music-playing cellphones, the industry is warning Ottawa.

« Private radio — faced with more competition and fewer listeners — will be unable to override the decline in overall tuning through [advertising] price increases, » the report said.

http://www.friendscb.org/News/Friends_News/archives/articles03160602.asp

J’ai besoins de traduire ?

» Pour la radio, même quand on compare en dollar de 2008, sa vitalité reste bien en deça de ce qu’elle était en 1953 » (David Gagnon)

On attend les chiffres, Gagnon.

Ton hisoire ressemble de plus en plus au Nunavut…

Puisqu’il faut expliquer ce qui est évident…

Allons-y…

Alors on attend la comparaison 1953 début de la TV avec 2007.

Mais di vous le dédirez on pourrait se contenter de 1953 et plus.

Soyez responsable de vos écrits et de vos actes.

Mais je crois que dans votre cas comme le 4% de vacances prélevé, le Nunavut et l’argent qui sort du néant c’est peine perdue.

En passant, comment se portent vos entréess d’argent du néant?

L’analyse grammaticale et logique de votre affirmation dit que la radio en 2008 est moins payante (dollar) qu’en 1903.

Nulle part dans votre assertion il n’y a de référence explicite ou implicite aux cotes d’écoute ou à la télévision.

Pourrez-vous faire la preuve de la diminution de revenus (dollars) depuis 1953, maintenant qu’on vous a expliqué ce que vous avez dit.

Ce que vous avez voulu dire est l’excuse de ceux qui errent, volontairement ou non et ne nous intéresse pas.

@ Raymond Campagna :

J’ai donné les chiffres, va relire.

et si les chiffres ne suffisent pas:

Conventional radio stations are losing their grip on the iPod generation as younger listeners shift to new technology, such as MP3 players, satellite radio and the emerging world of music-playing cellphones, the industry is warning Ottawa.

“Private radio — faced with more competition and fewer listeners — will be unable to override the decline in overall tuning through [advertising] price increases,” the report said.

@ Yvon Fleurent :

Étant donné que je fais parti de l’économie du savoir, ma création d’argent du néant se porte à merveille.

En passant, la création du fichier MP3 c’est un merveilleur de créatio de richesse à partir du néant. Les MP3 ne sont pas extrait d’une mine. C’est une idée qui est né dans le erveau d’universitaire américains. Avec une idée toute simple, et sans l’utilisation de ressource matériel, de l’argent a été créé.

A quel numéro de vos commentaires avez-vous donné les chiffres de la diminution de revenus (dollars) depuis 1953, les bilans financiers annuels?

« Étant donné que je fais parti de l’économie du savoir, » (D. Gagnon)

Encore une fausseté!

Fait plutôt partie des opprimés de la désinformation.

@ Raymond Campagna:

Va voir le commentaire 32 et fait l’intrapolation. Une simple règle de 3.

« et sans l’utilisation de ressource matériel, de l’argent a été créé. » (D. Gagnon)

C’est très américain le créationnisme!

« Va voir le commentaire 32 et fait l’intrapolation. Une simple règle de 3. » (D. Gagnon)

Heureusement, le CRTC est plus intelligent, raffiné et informé dans ses rapports financiers que les conclusions que vous inférées, intrapolées, élucubrées à partir de votre simpliste raisonnement de saucisses Hygrade.

Le CRTC le démontre : vous avez encore une fois les culottes baissées!

http://www.crtc.gc.ca/frn/stats.htm

@ Raymond Campagna :

Le génie humain est la plus grande ressource disponible sur terre. Je te laisse découvrir quiel économiste à dit ça.

@ Raymond Campagna :

Le CRTC démontre quoi ?

Voici la réalité qui tient compte d’une perspective historique:

Conventional radio stations are losing their grip on the iPod generation as younger listeners shift to new technology, such as MP3 players, satellite radio and the emerging world of music-playing cellphones, the industry is warning Ottawa.

“Private radio — faced with more competition and fewer listeners — will be unable to override the decline in overall tuning through [advertising] price increases,” the report said.

« Les MP3 ne sont pas extrait d’une mine. » (Gagnon)

L’or ou métaux composés de grande valeur, le plastique d’un lecteur MP3 s’ont-ils extrait du néant M. Gagnon.

Quelle ignorance!

Et dire qu’il dit qu’il fait partie de l’économie du savoir.

PS Je t’avais dit de ne plus rien prendre avant d’écrire. Regarde ton texte pour voir ce que sa fait. (quand t’auras rien pris)

Ça fait pitié.

Tellement mêlé dans ses esquives qu’il a oublié qu’il parlait de $$$.

« Pour la radio, même quand on compare en dollar de 2008, sa vitalité reste bien en deça de ce qu’elle était en 1953 » (David Gagnon)

Remontez vos culottes donnez vos chiffres de $$$ en 1953.

Sinon, retournez aboyer dans votre niche.

@ Yvon Fleurent:

Vous l’ignorer sans doute, mais le MP3 est une formule mathématique qui permet de faire la compression de fichier sonore…

Désolé de vous l’apprendre, mais les équations mathématiques ne sont pas extrait de mine mais ils sont produit par la créativité de l’homme, une ressource illimitée.

Avant de me qualifier d’ignorant, vous auriez du essayer de vous renseigner sur ce qu’était un MP3.

Donc moi, je vais m’appliquer a soigné votre manque de connaissance en vous apprenant ce qu’etr un MP3.

Le MPEG-1/2 Audio Layer 3, plus connu sous son abréviation de MP3, est la spécification sonore du standard MPEG-1, du Moving Picture Experts Group (MPEG). C’est un algorithme de compression audio capable de réduire drastiquement la quantité de données nécessaire pour restituer de l’audio, mais qui, pour l’auditeur, ressemble à une reproduction du son original non compressé, c’est-à-dire avec perte de qualité sonore significative mais acceptable pour l’oreille humaine.

Bonne chance si vous pensez que les algorithmes mathématiques viennent des mines.

Vous savez mon très cher ami, ce n’est pas parce que vous ignorer quelque chose, que les autre sont stupides. Au lieu d’insulter les gens qui en savent plus long que vous, profitez-en pour vous instruire.

Mais c’est systématiques sur le blogue, à chaque fois qu’on démolit vous argument vous tomber dans l’insulte.

@ Raymond Campagna:

En 1953, la radio occupait quasiment 100% des part du marché. En 2008 elle n’occupe plus qu’une fraction de ce marché.

Est-ce assez clair pour vous ?

Pauvre Gagnon j’ai su tout cela bien avant que vous le sachiez. Mon premier lecteur MP3 est le premier soit sorti. Pas donné hein.

Mais un lecteur mp3 ce n’est pas des calculs, c’est de la matière solide et tangible, du métal et du plastique palpable qui vient des mines. De plus celui qui a fait l’algorithme ne vivait pas d’amour et d’eau fraîche.

De plus pour que le type fasse ses calculs les agriculteurs, les constructeurs et les pétrolières ont dû le fournir.

Encore une fois vous n’avez pas su lire.

« En 1953, la radio occupait quasiment 100% des part du marché. En 2008 elle n’occupe plus qu’une fraction de ce marché. » (Gagnon)

Un très petit marché et cette fraction est beaucoup plus importante et agrandie en chiffre d’affaires qu’en 1953. Les petits counne troll n’y avaient pas accès.

Je l’ai vécu moi, pas toi. Et en plus de ne rien savoir il y a la grande paresse et le dépassement pour vérifier.

Mais de toutes façons c’est probablement trop pour votre niveau d’instruction.

Vous avez encore dit une connerie, comme à l’habitude Gagnon.

Finalement M. Les chiffres de 1953 pour comparer.

Bien beau votre bla bla bla mais on a toujours pas les chiffres 1953 pour comparer en dollars 2008 bien entendu.

C’est précis ça, chiffres 1953 pour comparer, et pas de bla bla bla.

C’est ti assez clair pour vous?

@ Yvon Fleurent:

Je n’ai jamais parlé de lecteur MP3, j’ai parlé de MP3, vous savez, le format audio qui révolutionne l’industrie musicale. Alors il ne sert À rien de tenter de vouloir racheter votre erreur en parlant de lecteur MP3 alors que ce n’était absolument pas ce dont je parlais.

D’ailleurs, c’est un très bon exemple de destruction créatrice, le MP3 qui remplace le CD.

Mais pour en revenir au format MP3, c’est un excellent exemple de création de richesse du néant.

Encore une fois je vais vous expliquer.

Prenons une mine de fer. Dans cette mine il y a 100 tonne de matière première. Une fois ces 100 tonnes extraits, il n’y a plus rien a faire, la mine ne peu plus créer de richesse on doit la fermer et passer à autre chose.

Mais la créativité de l’homme, contrairement à la mine, n’est pas une quantité fini mais illimité. Il n’existe pas un nombre fini de découverte scientifique. Les découvertes scientifiques ne sont pas extraites d’une mine.

Voilà ce qu’est la création de richesse à partir du néant, c’est la création d richesse à partir d’une ressource qui est inépuisable.

Mais je suis sûr que vous êtes assez intelligent pour comprendre ce concept, d’ailleurs il n’est pas de moi mais du célèbre économiste Julian Simon:

« ultimate resource is human creativity, human effort. Natural resources are spoken of as if they are just out there, but they are not resources till someone figures out how to use them productively. »

Pour la radio, va relire le commentaire #16. Je n’ai jamais parlé de profit absolu mais de part de marché. C’est vous qui tenter de dévier le débat sur les profit absolue. Moi je n’ai parlé que de la part de marché.

En 1953, la radio avait presque 100% du marché. Et ça, même une personne sans secondaire 5 pourrait le comprendre. Je répète, en 1953 la radio avait presque 100% du marché. Vous l’avez votre chiffre.

Mais comme vous dites avoir vécu en 1953, laisser moi vous poser une question. En 1953, quelle était la proportion de gens écoutant les matchs du canadiens à la radio par rapport à la télévision ?

M’enfin, selon ce que vous dites, vous avez au moins 55 ans. Je vais attribuer votre caractère acariâtre à votre âge…

Et dire que les « boomer » accusent les jeunes de manquer de respects. Vous êtes incapable de discuter sans avoir recours aux insultes. C’est votre seule ligne de défense. Comme si vous pensez être capable de prouver quelque chose en agissant de la sorte. Dites-vous bien une chose, les gens intelligent capable de défendre leur idées n’ont pas besoins de traiter leur interlocuteur de con.

C’est la preuve que même à 55 ans, une personne peut-être immature.

Voyez-vous M. Gagnon pour lire les MP3 qui est d’origine Européenne ça prend des mines de fer, de nickel, un puits de pétrole, et de l’huile de bras, ect etc. Et tout cela ne provient pas du néant.

« Voilà ce qu’est la création de richesse à partir du néant, c’est la création d richesse à partir d’une ressource qui est inépuisable.
Mais je suis sûr que vous êtes assez intelligent pour comprendre ce concept, d’ailleurs il n’est pas de moi mais du célèbre économiste Julian Simon: » (Gagnon)

C’est vous qui ne comprenez pas ce concept M. Gagnon pas moi.

Gagnon vous êtes incapable de nous prouver que la radio a perdu du marché : chiffre d’affaires 1953 ou 54 ou 55 comparé à 2008 en argent 2008. Rien de plus clair.

Pour votre respect, vous n’en avez pas à vendre avec tout le mépris que vous avez sur tous les blogues surtout pour le Québec.

Sortez vos chiffres pour 1953.

Je suis tanné. Pas de chiffres pas de réponse.

@ Yvon Fleurent :

L’algorythme du MP3 a été découvert 1979 par AT&T.

Et encore une fois, votre tentetive de dévier le dbat est pathétique puisque j’ai parlé de format Mp3, pas de lecteur MP3.

De plus il est dommage que vous ne comrpenez pas Julian Simon. Est-ce que vous avez des problème à lire l’anglais, je peux vous traduire.

De plus j’ai très facilement prouver que la radio avait perdu des parts de marché. En 1953 la radio avait 100% des part du marché.

Mais comme vous dites avoir vécu en 1953, laisser moi vous poser une question. En 1953, quelle était la proportion de gens écoutant les matchs du canadiens à la radio par rapport à la télévision ?

Par contre je tiens à vous félicieter pour votre dernier message car pour une fois, vous avez été capable de controler vos émotions et vois n’avez pas insulter personne.

Bravo.

Je ne suis pas meilleur que « tout le monde » mais je suis sans doute meilleur que la clique à Florent.