Retouche photo à la carte

Leaders de la croissance 2020 : Insatisfaits des services de retouche qu’ils recevaient, les photographes Davina Palik et Daniel Kudish ont décidé de lancer leur propre boîte. Ils ont si bien réussi qu’ils ont abandonné leur premier métier pour se consacrer à temps plein à leur entreprise. 

Davina Palik et Daniel Kudish (illustration : Pauline Stive / L'actualité)

Présenté parLogo partenaire

Image Salon

Services de retouche photographique
Croissance 445 %
Chiffre d’affaires entre 10 et 25 millions
Employés 79
Siège social Montréal

Imaginez aller dans un salon de coiffure où le propriétaire fait la même coupe à tout le monde, peu importe ce que ses clients lui demandent. C’est en quelque sorte ce qu’obtenaient Davina Palik et Daniel Kudish, un couple de photographes internationalement reconnu, lorsqu’ils demandaient à des studios de retouche de s’occuper des photos de mariage qu’ils prenaient.

« La retouche, c’est l’art d’ajuster la luminosité, les couleurs, les détails pour apporter de la vie à l’image », explique Daniel Kudish, 35 ans. « On a un style très particulier, poursuit Davina Palik, 34 ans. Mais les entreprises de retouche qu’on essayait ne nous écoutaient pas. Elles disaient : “On fait les choses comme ça et c’est tout.” »

C’est donc pour offrir le service dont ils rêvaient qu’ils ont fondé Image Salon. Un endroit où les clients auraient toujours le même retoucheur — un peu comme on a son coiffeur — et où le travail serait fait à Montréal, plutôt que sous-traité à faible coût en Asie. « On pensait que ce ne serait qu’un petit à-côté », se souvient Davina Palik.

Malgré un prix plus élevé que celui de la concurrence, le service personnalisé d’Image Salon a rapidement attiré des professionnels de la photo. Le « petit à-côté » a grossi à un point tel que le couple a mis un terme à sa carrière de photographes, qui nécessitait de travailler presque toutes les fins de semaine. « On rattrape le temps perdu avec les enfants et on réalise que, wow, c’est vraiment le fun, les samedis et dimanches ! » lance en rigolant Daniel Kudish.

Du duo, c’est lui qui consacre le plus de temps à l’entreprise… à raison de 30 heures par semaine. « Ça ne sert à rien de travailler comme des fous, dit-il. On préfère laisser tomber un client difficile plutôt que d’être stressés. » Et ce, quelle que soit la coupe… euh… la retouche demandée.

Laisser un commentaire
Les plus populaires