Steve Jobs en congé maladie (encore)

« I love Apple so much and hope to be back as soon as I can. In the meantime, my family and I would deeply appreciate respect for our privacy. »

Steve-Jobs_l

La nouvelle est tombée ce matin et elle a eu l’effet d’une bombe à la Bourse de Francfort où le titre d’Apple a perdu 6,7 % de sa valeur. On verra demain la réaction des marchés américains, fermés aujourd’hui en raison de la fête de Martin Luther King.

Or, c’est demain que Apple divulguera ses résultats trimestriels et on s’attend à une spectaculaire augmentation de 50 % de ses ventes depuis un an. La baisse du titre devrait être limitée en raison de ces formidables résultats. Ce sera aussi un bon moment pour faire valoir aux analystes et journalistes que Apple, c’est d’abord une solide équipe et que Tim Cook est pleinement habilité à assurer un troisième intérim.

Ceci dit, peu d’entreprises au monde sont à ce point associées à leur PDG. Qui d’entre nous seraient capables de nommer spontanément les patrons d’Intel, d’Exxon, de H-P, du CN ou même de Microsoft (non, ce n’est pas Bill Gates). Mais Steve Jobs, tout le monde connaît. C’est le génie-tyran (trois-quart génie, un quart tyran ?) qui est à l’origine de certaines des inventions les plus marquante de l’informatique personnelle. Le PC (Apple II), le Mac, le iPod, le iPhone et le iPad, c’est lui, en grande partie. Peu de gens ont autant marqué l’économie et la société depuis une trentaine d’années.

Steve Jobs est Apple, la deuxième société au monde au niveau de sa valeur boursière. Il a créé l’entreprise, a été éjecté de sa direction, et revenu en sauveur 12 années plus tard pour lui donner l’élan qui en fera la première société technologique au monde. Il a été choisi l’an dernier le meilleur PDG au monde par le Harvard Business Review.

Steve Jobs a survécu en 2004 à un cancer du pancréas. Cela tient déjà presque du miracle. Il y a deux ans, il s’absentait pour subir une greffe du foie, ce qui n’est pas banal non plus. Cet historique a en soi de quoi se montrer inquiet, surtout après l’annonce ce matin d’une absence indéterminée.

En 2009, Steve Jobs prenait la peine de signifier qu’il s’absentait pour quelques mois. Cela avait quelque chose de rassurant. Ce matin, Steve Jobs souligne son amour pour Apple et dit souhaiter revenir le plus tôt possible. Il dit aussi souhaiter qu’on respecte sa vie privée et celle de sa famille au cours de la période à venir.

Personnellement, je ne trouve pas ce communiqué d’un très grand optimisme, malgré l’annonce qu’il reste PDG de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Moi tout ce que je sais est que s’il était un citoyen ordinaire vivant au Québec il serait mort et enterré depuis longtemps…

J’admire beaucoup Apple, c’est une merveilleuse entreprise, mais comme investisseur je vais ailleurs, je préfère les trucs moins « glamour ».

« Moi tout ce que je sais est que s’il était un citoyen ordinaire vivant au Québec il serait mort et enterré depuis longtemps… » (Brasseur)

Un autre mensonge de dretteux.

@ p brasseur (# 1):

Je ne crois pas.

Avec l’argent qu’il a encaissé (il lui en resterait beaucoup moins parce qu’il demeurerait au trèèèès taxé Québec et qui sait…aurait-il seulement créé Apple ici, l’endroit qui étouffe la créativité de nos entrepreneurs?) il se serait fait traiter aux USA, là où les péquistes envoyaient nos malades se faire soigner il n’y a pas si longtemps…

Steve Jobs aurait obtenu des traitements en Suisse en 2009:

http://www.appleinsider.com/articles/11/01/18/steve_jobs_went_to_switzerland_for_cancer_treatment_in_2009_report.html

Je doute que ce soit une assurance privée qui lui aurait payé des traitements en Suisse. Vaut mieux être en santé – faute de quoi, vaut mieux être riche, quel que soit le pays ou l’on vit.

Apple s’était bien ennuyé de Jobs quand il n’y était pas; c’est un homme exceptionnel.

« Vaut mieux être en santé – faute de quoi, vaut mieux être riche, quel que soit le pays ou l’on vit. »

Voyez-vous Loraine King, cette richesse tout cet argent sur le plan de la santé est un échec lamentable pour Jobs.

Le Québec, un des pays où on vit le plus vieux.

@Youlle – pas certaine de ce que vous affirmez.

Jobs a annoncé qu’il avait le cancer du pancréas en 2004. Selon Wiki, moins de 5% des personnes atteintes du cancer du pancrés vivent plus de cinq ans après le diagnostic initial.

Il a donc largement dépassé les attentes de survie. Sa force de caractère ? Des traitements de qualité supérieure à la moyenne ? Dieu seul le sait, mais je miserais sur le fait que son argent lui a servit à se procurer les meilleurs traitements disponibles sur cette planète.

Quand on se bat pour sa vie tout devient futile et superficiel, on pourrait dire qu’il doit confronter le destin à main nue. Il à la chance d’être une personne influente dans son domaine, l’appui moral sera donc très important. Nous savons que beaucoup de guerres se remportent psychologiquement allié è à la science cela fait des miracles. Il dit prendre un congé de maladie, tous nous savons que le travail est la santé. Retirer le travail à quelqu’un parcequ’ il est en maladie est donc une façon pour le cheval de Troie d’entrer au château, il a gagné la chance d’être maître à bord et de pouvoir continuer à travailler en étant beaucoup moins présent. Je ne suis pas de ceux qui croient que l’argent achète la santé, tant mieux s’il peut aller dans les hôpitaux suisses, il n’y a de plus, que le confort et le service haut de gamme. Les médecins sont pour ma part les mêmes, certains étant plus gras que d’autres…