Steve Jobs, un des plus grands entrepreneurs de l’histoire

Un jour son nom sera cité avec ceux des Ford, Edison, Carnegie, Kroc ou Walton, ces géants qui ont bâti des empires gigantesques, transformé leur secteur économique et changé nos vies. Ce jour n’est pas arrivé, mais on a lieu d’être inquiet en apprenant la démission de Steve Jobs de la présidence d’Apple.

La nouvelle a l’effet d’une bombe même si elle n’étonne personne. Steve Jobs se débat depuis 2004 contre une forme rare du cancer du pancréas, il a du subir une transplantation du foie en 2009 et il est en congé de maladie depuis le début de l’année, même s’il est apparu à deux événements de lancement, en mars et en juin. Dans sa lettre de démission publiée mercredi soir, il disait craindre le jour où il ne pourrait plus exercer ses fonctions. « Malheureusement, ce jour est arrivé », écrit-il.

Je crois que Steve Jobs est le plus grand entrepreneur de mon époque.

Il a lancé le premier PC en 1977 et il a assuré sa popularité grâce à la souris et à l’interface graphique en 1984 avec le MacIntosh. À la tête des studios Pixar, il a rendu possible  le premier long-métrage en image de synthèse (Toy Story) en 1995. Il a bouleversé l’industrie de la musique avec la combinaison iPod-iTunes en 2001 et transformé la téléphonie mobile avec le iPhone  en 2007.

L’an dernier, le iPad a redéfini l’informatique personnelle et donné un terrible coup de vieux au PC et aux médias. Un seul de ces faits d’arme suffirait à en faire un acteur important de l’histoire du monde des affaires.

Son histoire personnelle est aussi éclatante. Il brise le coeur de sa famille d’adoption en ne terminant pas ses études universitaires, mais ses moments d’égarement sur le campus le familiarise avec la calligraphie qui aura un impact décisif sur les futurs ordinateurs. Il fabrique le premier PC dans un garage avec Steve Wozniak et Mike Markkula en 1976. Il co-fonde Apple Computers dont il sera congédié en 1985.

Il fonde alors NeXT dont le système d’exploitation reste le base des produits Apple. L’année suivante, il achète le studio d’animation Pixar qui sera racheté par Disney en 2006 et qui fera de Steve Jobs le principal actionnaire, et un membre du conseil, de Walt Disney Company.

Le départ de Steve Jobs survient à un moment où Apple et Exxon s’échangent le titre de l’entreprise au monde avec la plus forte valeur boursière, après un trimestre où les ventes d’Apple ont crû de 82 % comparativement à la même période l’an dernier et ou H-P annonce qu’elle renonce à la tablette numérique et met en vente sa division d’informatique personnelle, même si c’est le premier fabricant de PC au monde.  « By the way, Apple has won », titrait un site spécialisé la semaine dernière.

Voici une vidéo de Steve Jobs à la remise des diplômes à l’Université Stanford en 2005. Si  vous comprenez l’anglais, écoutez-le, vous ne le regrettez pas.

« Votre temps est limité, ne le gâcher pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre », disait-il aux nouveaux diplômés.

 

Mais ce n’est pas ma citation favorite de Steve Jobs. Celle-ci me fait rire et réfléchir à tout coup : « It’s more fun to be a pirate than to join the navy ».

Laisser un commentaire

Steve Job à la retraite c’est un méga-millionnaire de moins qui s’activera a exploiter les pauvres à pleins-temps.

On peut donc s’attendre que cette mise à la retraite profite au pauvres…

Excellent article, j’ai déjà placé ce discours de Steve Job parmi mes discours favoris de motivateurs. Tant qu’à moi, ça fait déjà depuis le apple II et le macintosh qu’on l’associe aux Thomas Edison. Étant né la même année que son apple II, j’ai grandi avec ses innovation informatique, difficile d’imaginer quel sens cela prendra dans l’avenir. HP nous prouve que l’innovation n’est pas donné à tous, même aux plus fortunés.

Mais le commentaire de David me fait réfléchir. Steve Job n’aurais pas pu émerger au Québec parce tout ce qu’on dit sur la jalousie des québécois fondé. Les statistiques le prouvent. L’héritage catholique et la culture de négativité entrepreneuriale sont implanté profondément.

Parfois, je me dit qu’il n’y a rien à faire ni à espérer de cette tranche de la population qui a renoncé tôt d’être grand et de s’accomplir. Des pauvres malheureusement il y en a. Des gens petits et étroits d’esprit il y en a aussi. Des cons on en trouve parfois comme dans toute société. Mais il y a de ces malchanceux qui combinent les trois, pauvres, petits et cons.

Steve Job est à notre époque ce que Léonard de Vinci à été à la sienne.

Peu d’humain peuvent prétendre avoir changé aussi fondamentalement le cour de l’humanité.

« Steve Job est à notre époque ce que Léonard de Vinci à été à la sienne. »

Mais qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…

Ridicule.

Steve Jobs n’a rien inventé, sa force est de savoir s’entourer pour prendre des concepts mal développés, les raffiner et d’en faire des produits très populaires.

Je crois qu’il y a énormément de gens dans le monde en ce moment qui ne sont pas capable de faire la différence entre des produits commerciaux et des inventions originales. Et puis ceux qui n’ont pas compris que Jobs n’est pas du tout un inventeur.

Je n’enlève rien au génie mercantile de Jobs, mais de là en a faire un saint de la techno qui révolutionne le monde, il y a tout un précipice.

Bizarre, ce commentaire de Pierre Tremblay sur les québécois. Notre société produit des hommes de grande envergure maintenant. A-t-il entendu parler de Guy Laliberté ?
N’importe quel prétexte est bon pour le mépris quand on a que ça que pour moteur dans la vie.
Je vous plains.

@ Guillaume Mathieu

En fait je dirais que dans l’histoire de la civilisation humaine, Steve Jobs va être plus important que Léonard de Vinci.

Jobs a révolutionner les communications, et la culture avec iTunes, le iPods, iPhone et le iPad.

« Bizarre, ce commentaire de Pierre Tremblay sur les québécois. Notre société produit des hommes de grande envergure maintenant. A-t-il entendu parler de Guy Laliberté ? » (Claude Lalonde)

C’est simplement parce qu’ils ne savent pas que le Québec est à l’avant garde de la haute technologie dans le monde.

Dire le contraire est digne d’être un elvis gratton sans envergure et ignorant.

David,
Le % d’industrie manufacturière en haute technologie n’est pas un indice d’innovation et de créativité. Les assembleurs sur des chaînes de production se servent de leurs mains (comme dans manufacture). Désolé, mais ton argument n’est pas convaincant et ne sert que ton mépris.

@ Claude Lalonde

Parce que la haute-technologie tu penses que ça arrive de nulle part ?

Le score du Québec est de 84,9 brevets par million d’habitants alors que celui des États-Unis est de… 157 par million d’habitants.

Je suis fascinée par ces gens comme Steve Jobs qui semblent ne pas avoir mis au départ les chances de leurs côtés mais dont une passion latente combiné au hasard de rencontres de gens qui partagent le même intérêt le tout conduisant à de si formidables résultats. Je les envie d’avoir trouvé une voie qui permet un si grand champ de possibles.

…et si Steve Jobs avait été Québécois, aurait-il pu créer Apple? Aurait-il survécu à l’avalanche de contrôles étatiques? À la domination des technocrates? Aurait-il trouvé le courage de faire face au déluge de formulaires, de bureaucrates, de questionnaires? Aurait-il pu s’y retrouver dans le sombre labyrinthe administratif québécois?

Poser la question est y répondre.

Facile de comprendre pourquoi si peu de Québécois veulent se partir en affaires: voir une partie des explications ci-haut et en plus, nos entrepreneurs s’entêtent et réussissent, le fisc les dépouille et les gauchistes les poursuivent pour avoir eu l’audace de « réussir en affaires » en « exploitant les pauvres petits travailleurs sans défense » et de « ne pas payer leur juste part d’impôts »!!!

Non…pas facile du tout d’être un Steve Jobs prospère au Québec!

À lire: Éteindre l’étincelle:

http://www.iedm.org/fr/node/36079

Extrait: « Certains entrepreneurs réussissent à rester motivés (au Québec!). D’autres, non. Pour paraphraser Antoine de Saint-Exupéry, le plus déroutant, c’est que dans chaque entrepreneur que le fisc et la réglementation découragent, il y a peut-être Steve Jobs assassiné…

@ Claude Lalonde (# 9):

Si le % d’activité manufacturière en haute technologie n’est PAS un indice d’innovation et de créativité, donnez-nous en un, indice d’innovation et de créativité.

David l’a fait à sa réponse # 10.

Quel est le vôtre Claude?

On attend…