StoneShare – La conquête de l’Europe en version numérique

Photo © Colin Rowe
Nick Kellett, directeur de la technologie chez StoneShare, et Keith Carter, PDG – Photo © Colin Rowe

Si un outil de cuisine permettait à la fois de râper du fromage, faire cuire des brocolis, pétrir le pain, presser des oranges et décorer des petits gâteaux à la perfection, nul doute que le guide d’utilisation serait volumineux… Dans le milieu informatique, un tel produit polyvalent existe depuis de nombreuses années, et StoneShare brasse de très bonnes affaires en aidant les entreprises à l’installer.

En 2001, Microsoft a lancé le logiciel de gestion SharePoint, qui permet de créer des sites Web et des réseaux sociaux, de faciliter le classement de fichiers et la collaboration entre employés, de gérer un moteur de recherche interne… entre autres ! « Les organisations adorent sa puissance, c’est comme 10 logiciels en un », dit le PDG de StoneShare, Keith Carter.

Or, il ne suffit pas de double-cliquer sur une icône pour installer SharePoint. De nombreuses grandes entreprises et des autorités publiques font appel aux services de consultation de StoneShare pour les aider à déployer le programme dans leur parc informatique.

Hélas, le potentiel de croissance de ce modèle d’affaires est limité. Déjà que StoneShare doit recruter jusqu’au Brésil afin de dénicher la main-d’œuvre ultraspécialisée dont elle a besoin pour répondre à la demande au Canada, où trouverait-elle les employés nécessaires pour ouvrir des bureaux aux quatre coins du monde ?

Selon Nick Kellett, l’un des deux autres partenaires derrière StoneShare, la solution passait par l’automatisation. En d’autres termes, il fallait un logiciel pour installer l’autre logiciel. Une idée approuvée par Keith Carter, mais avec des réserves. « Lors de la bulle techno, j’ai vu des entreprises flamber des fortunes dans le développement de produit, raconte cet entrepreneur de 44 ans. J’étais d’accord avec le projet, mais à condition qu’on puisse le financer avec nos revenus de consultation. »

Petit à petit, StoneShare a donc créé une série d’outils informatiques pour faciliter et accélérer ses services de consultation. « Puis, nous les avons tous regroupés pour former un logiciel : Rapid. »

Rapid, vendu uniquement en Europe au prix de 25 000 dollars, permet désormais à StoneShare de générer des revenus dans un coin du monde où elle ne peut offrir ses services de consultation. Au Canada, le logiciel lui procure un avantage concurrentiel. « Avec ce programme, nous faisons en 5 mois ce qui nous en prenait 11 auparavant. »

L’an dernier, Keith Carter estimait que le chiffre d’affaires provenant de la vente de Rapid en Europe dépasserait celui des services de consultation d’ici cinq ans. Aujourd’hui, il est persuadé que l’inversion sera encore plus… rapide !

Activité : Installe des logiciels de gestion de l’information dans les entreprises
Chiffre d’affaires en 2013 : 4,5 millions
Nombre d’employés en 2013 : 47
Ventes hors du Canada en 2013 : 5 %
Croissance 2008-2013 : 756 %
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie