Target rate sa cible

L’échec de Target nous montre que le marché canadien n’est jamais acquis et que la concurrence y est extrêmement vive. Les détaillants se livrent une guerre féroce pour séduire des consommateurs de plus en plus farouches, explique Pierre Duhamel.

target-canada
Photo : Ryan Remiorz/La Presse Canadienne

Target met fin à son aventure canadienne. Le détaillant américain a annoncé ce jeudi qu’il allait fermer ses 133 magasins au Canada parce qu’il ne croit pas être en mesure de faire ses frais d’ici au moins 2021.
Blogue Economie

L’entreprise devra inscrire une perte de 5,4 milliards de dollars à ses états financiers et s’engage à mettre de côté une somme de 70 millions de dollars en fiducie pour payer l’équivalent de 16 semaines de paie à ses 17 600 employés canadiens, qui seront remerciés.

La fin de cette aventure ne doit pas nous surprendre.

Les consommateurs attendaient beaucoup de la venue de Target, dont le positionnement sur le marché américain en fait une sorte de Walmart un peu plus haut de gamme.

Mais de leur côté, les dirigeants de l’entreprise se méprenaient sur le marché canadien, qu’ils espéraient percer pour suppléer à la mollesse du marché américain.

Les consommateurs canadiens ont été déçus. Ceux qui connaissaient la marque aux États-Unis ont d’abord été désappointés de constater que les prix étaient plus élevés au Canada et que toutes les marchandises offertes chez nos voisins ne l’étaient pas nécessairement chez nous. Pire, les magasins étaient mal approvisionnés, et des articles mis en solde n’étaient même pas trouvables en magasin.

Les patrons de Target s’illusionnaient sur le marché canadien, qu’ils croyaient plus riche et plus dynamique que leur propre marché. Surtout, ils ont sous-estimé les difficultés des magasins de milieu de gamme dans le nouvel environnement commercial.

Nous sommes dans un monde écartelé entre le marché haut de gamme — accaparé par les Holt Renfrew, Nordstrom et autres magasins à prix élevés —, les détaillants à bas prix (comme Walmart) et ceux à tout petit prix, comme les magasins à un dollar.

Deux autres facteurs compliquent la donne.

Il y a d’abord les phénomènes de la concentration — Loblaw qui achète Pharmaprix — et d’extension de gamme, comme les vêtements et les magasins Joe Fresh, lancés par la même entreprise. On peut y trouver des tee-shirts pour enfant à 6 dollars, des chemises pour homme à 29 dollars ou des chandails en cachemire pour 100 dollars de plus. Voilà un concurrent de plus, avec, de surcroît, une politique de prix très alléchante.

Il y a aussi, évidemment, le commerce électronique. Le site eMarketer prévoit que les achats en ligne représenteront cette année 5,9 % du total des ventes au détail au pays, soit une hausse de 16,8 %. Les ventes en ligne devraient atteindre 30 milliards de dollars cette année. Au Canada, près d’une vente de vêtement sur cinq est réalisée sur le Web !

Le commerce électronique a peut-être aussi comme conséquence inattendue de rendre moins indispensable la présence des marques étrangères dans les espaces commerciaux. En effet, nous avons accès, du bout des doigts, à presque tous les détaillants du monde. Une étude récente révèle que seulement 51 % des achats en ligne sont effectués sur des sites canadiens.

L’échec de Target nous montre que le marché canadien n’est jamais acquis et que la concurrence y est extrêmement vive. Les fermetures des magasins Mexx (Pays-Bas) et Jacob, tout comme celles de neuf bannières à Place Sainte-Foy, à Québec, sont autant d’exemples de la guerre féroce que se livrent les différents détaillants pour séduire des consommateurs de plus en plus farouches.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes de la chaîne Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Laisser un commentaire

Je pense que votre conclusion vaut mille mots.

Quel intérêt y a-t-il à se livrer cette guerre féroce ? Et est-ce que le consommateur en sort gagnant ?

Sans compter que la question suivante est : quelle bannière sera la prochaine à faire les frais de cette condition ?

Vous montrez bien en substance, que le positionnement dans le « milieu de gamme » n’a plus vraiment la cote. Pourquoi ? Eh bien nous le savons tous. Parce que les classes moyennes, si on ne fait rien, risquent de former elles aussi des sortes de classes en voie d’extinction.

Tout le monde cherche et recherche les bas prix, les soldes, les aubaines. La réputation du marché canadien est artificielle et surfaite pour le moment.

Quoiqu’il en soit, je n’ai jamais bien compris le plan d’affaire de Target pour le Canada. Je pense qu’ils auraient mieux fait d’ouvrir leurs magasins un à la fois. De cette manière-là ils se seraient fait désirer. Quand l’argument du désir est toujours très bon lorsqu’il s’agit de faire mousser les chiffres de ventes.

Moi, j’achète tout ce que je peux dans mon milieu. Alors, je procure du travail chez nous, mais voilà que les Wall-Marde sont arrivés. Il y a des gens qui vont faire 50Km pour économiser 5.00$,10.00$, mais ça va coûter 25.00$ d’essence, ça c’est pas grave. On est fort pour crier, solidarité, mais seulement quand ça fait notre affaire.

Vous parler de l’importance du commerce électronique: une autre (énorme, a mon avis) faille de Target Canada, non seulement on ne pouvait pas acheter en ligne, mais leur site web ne montrait même pas les produits offert en magasin!

L’échec de Target prouve qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs avant de s’implanter. Pour ma part, la première fois que je suis entrée dans le magasin, je me suis demandé à quel public on croyait s’adresser, car il n’avait absolument pas l’air de combler un besoin. Le temps m’a donné raison, et chaque fois que j’y allais, j’étais presque la seule cliente! Et pourtant j’ai bien essayé de les encourager, car par éthique personnelle je refuse de magasiner chez Walmart.

Il n’y a là aucune surprise pour moi.
Lors de mon premier pas dans un magasin Target j’avais senti cette fermeture à court terme et à ma sortie j’en étais convaincu. J’y suis retourné 3 ou 4 fois par la suite sans jamais rien y acheter. L’atmosphère froide et morte d’un cadavre ne m’ a pas plus.
1- Ce qui m’a frappé c’est la piètre qualité des vêtements offert: souvent qualité équivalente et même moins que chez WM mais à plus cher. Hors j’achète très peu chez WM car contrairement à la croyance populaire et ce que véhicule cette chaine, à qualité égale ouvrez l’oeil, vous trouverez toujours ce que vous cherchez à meilleur prix ailleurs.
À ce niveau d’ailleurs des pantalons, des chemises, des chandails offert tellement très minces pour ne nommer que ceux là.
En plus d’être toujours en retard dans l’offre saisonnière, comme si Target et ses spécialistes n’y accordaient pas d’importance.
2- Peu importe la section visitée, il y manquait toujours quelques choses d’importants à mes yeux et qui auraient pu me tenter l’achat. En plus les quelques fois que j’étais prêt pour l’achat avant d’y entrer, ou bien l’article n’était par offert, ou alors il était en rupture ou plus cher qu’ailleurs.
3- Pour les articles les plus utilisées, je suis un acheteur souvent en « grosse quantité » lorsque le prix est bon. Il arrive alors que j’achète autres choses aussi mais qui n’étaient pas sur ma liste. Il y a longtemps cependant que je ne fais plus la tournée pour connaître les prix car il y a les circulaires et les sites internet pour s’en informer et décider quels magasins je visiterai pour acheter et non que pour faire du lèche-vitrine.
J’ai reçu un feuillet publicitaire (d’une page) livré avec les circulaires hebdomadaires depuis son ouverture.
Et donc aucune stratégie de spéciaux hebdomadaire ou mensuel digne de cette pratique n’a été portée à mes oreilles ou à ma vue pour me faire savoir son existence et pour me donner une bonne raison d’y mettre les pieds régulièrement.

Si j’avais à résumer mon opinion sur Target, je dirais: compagnie suffisante et hautaine qui c’est imaginée que sa seule présence suffirait à bonder ses magasins d’acheteurs sans tenir compte des besoins et des goûts de la clientèle visée.

Donnez-moi les noms de tout leurs collaborateurs et conseillers décideurs pour que je m’en éloigne, ils ne valent la cible de la feuille que j’ai reçu!

Sauvons Target avec La Caisse (comme Videotron, la Gaspesia, Steinberg, etc..).

Retombées économiques assurées et à coût nul pour les contribuables!!!

Je suis Target!

J’ai boycotté Target depuis le début parce qu’ils sont entrés en « sauvage » chez nous: congédiant tous les employés de Zellers, qui devaient ré-appliquer sur des postes à temps partiels… Qu’en est-il advenu de ces dames avec 20 et 30 ans de services, au seuil de la retraite? Allaient-elles se retrouver un emploi d’après vous?…
C’est la vérité: j’ai parlé avec quelques unes avant que Zellers ne ferme ses portes.

Ça me fait ni chaud ni froid pour moi! J’ y suis allé peut-ëtre 2-3 fois parce que je passais devant en allant au centre d’ achat! Je me voyais encore dans un Zellers sans leur restaurants! Si au moins il y en aurait eu! Pour le reste je n’ avais pas de ( filling ) que ça allait durer et je pense que plusieurs consommateurs comme moi on eu la même pensée! Grand magasin , grande surface mais pas rien d’ extraordinaire!

« L’entreprise devra inscrire une perte de 5,4 milliards de dollars à ses états financiers »

Et ce sont les consommateurs américains qui vont payer la note.

5 STADES OLYMPIQUES.

Au moins le stade de Montréal reste.

Les médias ne semblent pas trop se lamenter sur la perte de 17,600 emplois faut croire que c’est moins grave quand ce ne sont pas des syndiqués qui perdent leur job…

Le buzz général des médias est que ces arrogants américains se sont plantés parce que pas assez connaissant du marché Canadien. Je ne doute pas que Target ai commis plein d’erreurs mais je pense qu’il y a plus. Bien sûr aussi que le timing est très mauvais avec l’essor du commerce en ligne, mais surtout il y a que les consommateurs Canadiens sont endettés jusqu’aux oreilles et à bout de souffle. Au Canada la consommation ne pourra plus croitre comme avant et l’offre est encore beaucoup trop grande. Target est loin d’être le seul détaillant dans le trouble, je m’attends à ce qu’il y ait d’autres mauvaises nouvelles dans les prochains mois.

Pourquoi La Caisse ne sauve-t-elle pas Target et les milliers d’emplois?

Après tout, si elle se lance bêtement dans les transports en commun québécois (secteur qui n’a JAMAIS été profitable!), et à la rescousse de l’État québécois qui est cassé comme un vieux clou (merci aux gauchistos-interventionnistes!), pourquoi ne pas continuer dans la même veine et dilapider encore un peu plus de fonds publics et « sauver » Target?

Pensez aux milliards de $ de « retombées économiques ». Une opération à coût nul j’en suis « assuré »…

Pourquoi demander à l’équipe de docteurs d’intervenir?
Le retour des libéraux à lui seul devait suffire à séduire tellement d’investisseurs, à attirer tellement d’investissements, à créer tellement d’emplois, le docteur Couillard l’avait non simplement dit mais il l’avait promis.
J’ai l’impression que sans nous le dire, il avait encouragé le retour de la voyante YOYO Savard en même temps que ses rouges en l’a consultant, mails elle ne lui avait pas dit qu’elle avait mis aux ordures sa boule de cristal du temps qu’elle était aussi célèbre que le docteur Porter.
En parlant d’un autre docteur de la gagne au pouvoir, y paraîtrait que le richissime docteur Porter devrait revenir sous peu. Il doit venir à la rescousse je suppose! Ce sera l’équipe du tonnerre. Entendu qu’il créerai à l’Université McGill une nouvelle faculté. On pourra désormais y faire son doctorat en corruptions et malversations de toutes sortes.

Tenter d’associer intimenent Monsieur Couillard à Porter est de la petite démagogie de fin de semaine de bas étage. Tout a déjà été dit et écrit pendant la campagne électorale à ce sujet, campagne à la fin de laquelle votre Parti québécois a subi une de ses pires raclées HISTORIQUES contre le même Monsieur Couillard! Verdict des Québécois et des Québécoises!

Comme vous l’avez vous-même spécifié dans une autre de vos interventions, la faillite de Target n’a rien à voir avec notre gouvernement provincial mais tout à voir avec la philosophie de Target elle-même. Mauvaise planification, délire mégalomane, mauvaise lecture du marché canadien, etc… Bref, rien qui engage la responsabilité du gouvernement provincial ou fédéral.

Dans mon intervention que je voulais sarcastique, je mettait en évidence la réaction d’un gauchisto-interventionniste typique dans votre genre si ça avait été une société québécoise majeure qui aurait fait faillite dans les mêmes circonstances.

Mais François 1, encore une fois vous pointez votre doigt en qualifiant négativement selon votre vision des Québécois en plus de me viser personnellement. Ce sont encore des, vos méthodes et à plusieurs de vos adeptes, dénigrantes et personnalisées contraire à l’étiquette d’un blogue comme celui-ci.

Mon intervention se voulait également sarcastique, également un peu à la Charlie Hebdo tout comme votre: « Nous sommes Target ».

En aucun temps cependant, je n’ai eu la bassesse, le manque de politesse, de respect et d’étiquette de vous viser personnellement me contentant de m’adresser à des personnages publiques.
Peut-être en êtes-vous tellement proche, de la garde rapprochée, de l’idéologie, voir de la corruption évoquée, que cela vous pousse à la réplique acerbe et personnalisée ?

Si j’étais moins lâche, peut-être pourrais-je me dire aussi de Charlie?
Mais une chose est certaine je ne me proclamerai jamais de François 1, ah non, ça jamais!

J’accepte votre liberté d’expression sur le sujet, sur mes commentaires, mais pas vos qualificatifs personnalisés inutiles et personnalisés. C’est à ne pas confondre: expressions de ses opinions et le dénigrement de celui qui les exprime ! Mais plus je vous lis, plus je comprend que cela doit-être au dessus de vos capacités! Décolé de faire dans cette dernière phrase mon François 1.

« Je suis Target! » « Nous sommes Target! »

Pas moi!

MAUVAISE GESTION!

Voilà ce que ça rapporte quand on traite les employés comme du bétail.

Le Canada survivra très bien et même mieux sans Target.

Les trolls libéralistes sont priés de ne pas faire de l’urticaire. Sears courtise déjà les employés de Target.

Avec moins de magasins à entretenir, le consommateur sauvera. Trop c’est pire que pas assez.

Finalement ce n’est pas une bonne nouvelle.

Mais…Wal-Mart a également la réputation de « traiter les employés comme du bétail » en plus d’être publiquement anti-syndicaliste et pourtant il prospère au Québec.

Des explications?

J’ai écris:

« MAUVAISE GESTION! »

Malheureusement il semble que tu ne sais pas ce que ça veut dire.

Pour ce qui est de Walle Marte, les troubles commencent aux USA qui est en train de perdre son hégémonie suR la planète.

Walle Marte suivra.

Que voulez-vous ils sont toujours en avant de nous.