Tendances 2014 : Affaires — Pas mieux que le hasard

Dette, prix du pétrole, immobilier… Comment les experts peuvent-ils se tromper à ce point ?

Photo © Shutterstock
Photo © Shutterstock

Tendances 2014Comme beaucoup de mamans, je suis la GO de ma famille. Et quand je planifie une activité, je vérifie le temps qu’il fera. Il pleut le jour J, alors que les météorologues avaient prévu du soleil ? Cela ne m’empêchera pas de consulter la météo de nouveau pour ma prochaine sortie.

Ce phénomène est observable pour les prévisions économiques. Elles sont souvent erronées. Pourtant, nous continuons de les consulter pour prendre des décisions importantes, comme investir ou renégocier notre emprunt hypothécaire. Voilà qui a plus d’implications que d’ajouter un imper dans sa valise !

Pendant 20 ans, un chercheur de l’Université de Pennsylvanie, Philip Tetlock, a demandé à 284 experts (fonctionnaires, professeurs, journalistes, économistes) de faire des prévisions sur différents enjeux politiques et économiques. En 2003, il avait recueilli 27 450 prévisions dont il était possible de vérifier l’exactitude. Au final ? L’expert moyen n’obtenait pas de meilleurs résultats que le pile ou face d’un 25 cents lancé dans les airs !

Un journaliste de l’Ottawa Citizen, Dan Gardner, a exploré ce phénomène dans un livre fascinant paru en 2010. Future Babble : Why Expert Predictions Fail and Why We Believe Them Anyway explique pourquoi les humains ont tant besoin de connaître l’avenir. Gardner en conclut que c’est parce que le présent nous paraît ainsi plus supportable.

Il relate une autre expérience menée auprès de volontaires ayant accepté de recevoir des électrochocs. La moitié du groupe a reçu 20 électrochocs forts, tandis que l’autre moitié en a reçu 17 petits et 3 forts, mais de façon aléatoire. Les participants étaient branchés sur des électrodes pour mesurer leur niveau de stress. Résultat ? Ceux qui avaient reçu 20 électrochocs forts, mais prévisibles, étaient moins terrifiés que ceux qui en avaient reçu 3 intenses, mais non prévisibles !

En ce début de 2014, nous croulons sous les prédictions qui tentent de répondre aux grandes questions de l’heure : l’Europe sortira-t-elle de son marasme ? Les États-Unis arriveront-ils à dompter leur dette ? Où s’en va le prix du pétrole ? Le marché immobilier ? Plus le monde dans lequel nous vivons est incertain, plus nous nous tournons vers les experts pour nous rassurer.

Une question me turlupine, cependant : comment ces spécialistes peuvent-ils se tromper à ce point ? Avant de tabler sur un pourcentage de croissance du PIB, les économistes étudient pourtant les dépenses des consommateurs, celles des États et des entreprises. Ils calculent la différence entre nos exportations et nos importations. Ils évaluent la demande dans les industries où nous sommes le plus actifs. Ils entrent le tout dans des logiciels munis d’algorithmes complexes et bam ! il en ressort un pourcentage : 2,8 % en 2014. Voilà le chiffre qui fera le tour des bulletins de nouvelles.

Il est là, le problème, me dit Carlos Leitao, économiste en chef à la Banque Laurentienne. « Il est impossible d’arriver à un tel degré de précision, mais c’est la partie de notre tâche qui retient le plus l’attention. »

Dan Gardner montre d’ailleurs que les experts les plus catégoriques et précis (donc les plus cités) dans leurs prévisions sont ceux qui se trompent le plus souvent. À l’inverse, les plus nuancés, ceux qui ne font pas les manchettes, frappent dans le mille.

Que faire pour se rassurer ? Accepter que l’avenir est imprévisible. Et tant qu’à choisir entre les astrologues, les conspirationnistes et la planchette de spiritisme Ouija pour voir plus clair, autant écouter les économistes.

+

Il faut remonter aux années 1970 pour trouver une époque aussi fertile que celle d’aujourd’hui en prédictions de toutes sortes. Rappelez-vous qu’on prévoyait que le Japon allait devenir la plus grande puissance de la planète !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.