Ton cancer, mon portefeuille

Les rapports annuels, en plus des chiffres financiers de l’entreprise, devraient-ils inclure un bilan de santé des dirigeants ? De grosses pointures de la finance américaine semblent le penser.

Photo : Paul Sakuma / PC / AP
Photo : Paul Sakuma / PC / AP

Les rapports annuels, en plus des chiffres financiers de l’entreprise, devraient-ils inclure un bilan de santé des dirigeants ? De grosses pointures de la finance américaine semblent le penser. Warren Buffett, PDG de la société d’investissement Berkshire Hathaway, reproche à Apple d’avoir caché au public la greffe du foie subie par son patron et fondateur au mois d’avril dernier, pendant un congé de maladie. La nouvelle n’a paru que deux mois plus tard, dans le Wall Street Journal.

La Securities and Exchange Commission américaine exige des sociétés qu’elles révèlent à leurs actionnaires tout « fait matériel » susceptible d’influer sur la performance de l’entreprise.

Selon l’« oracle d’Omaha », comme on surnomme Buffett, l’état de santé de Steve Jobs constitue un fait matériel, puis­que le gourou des nouvelles technos et génie du marketing est à peu près irremplaçable. La multinationale à l’origine du iPod et du iPhone rétorque que la maladie de Steve Jobs relève de sa vie privée.