TQS et RDS

Je déplore moi aussi la perte d’une voix originale en information, mais personne ne devrait se surprendre de la décision des nouveaux propriétaires de TQS d’abolir le service des nouvelles et de mettre à pied 270 personnes. La concurrence est devenue injuste entre les chaînes câblées qui reçoivent beaucoup d’argent et dont les conditions de licence sont minimales et les chaînes généralistes qui ont peu d’argent et à qui le CRTC demande beaucoup.

Les déboires de TQS et les succès de RDS illustrent parfaitement la crise de la télévision québécoise. Les gigantesques auditoires obtenus par RDS pour le hockey ont détruit à tout jamais le mythe voulant que les chaînes disponibles seulement par la télédistribution ne peuvent pas fédérer des auditoires aussi important que les chaînes traditionnelles. Ce n’est plus vrai à une époque où plus de 90 % de la population est branché sur le câble ou le satellite.

Or, le CRTC permet au Canal D, au Canal Vie et autres chaînes thématiques de percevoir des revenus d’abonnement en plus d’accaparer une partie du marché publicitaire, et ce, en exigeant presque rien en retour. Pourquoi TQS, qui ne compte que sur une seule source de revenus, devrait obligatoirement avoir un service de l’information dans toutes les régions du Québec ? Je trouve cela injuste.

Les Québécois veulent écouter des émissions originales faites spécifiquement pour eux. Hélas, cela coûte très cher, malgré les subventions accordées à leur production. La petitesse du marché et sa pauvreté relative limitent rapidement les revenus qui peuvent être obtenus de la publicité. Dans le modèle actuel, TQS doit faire des choix pour éviter de disparaître pour de bon. Les nouveaux propriétaires préfèrent miser sur une meilleure programmation que sur les nouvelles. Cela se discute, mais la réalité économique et comptable est un fait objectif.

Je ne vois que deux solutions pour dénouer cette impasse. Soit que le CRTC accorde aux télédiffuseurs généralistes l’accès aux revenus de la télédistribution. TQS aurait ainsi les moyens d’avoir un service des nouvelles. Soit que le CRTC déréglemente totalement les conditions d’exigence de licence, comme aux États-Unis. TQS pourrait décider de ne plus avoir de bulletins d’information (comme FOX), mais un autre groupe pourrait facilement obtenir une licence et combler le vide laissé par TQS en information. Si vide il y a…

Laisser un commentaire

Quelqu’un écoute le canal autochotone? C’est le 25 ou le 26 à Québec. Ca nous coute 15 cents par mois, 1,80$ par année.
Y’a 2 millions de câblés au Québec, c’est donc près de 4 millions par année qu’on leur donne pour un canal que personne n’écoute.

Combien coute une salle de nouvelles? 50 journalistes et techniciens à 60k l’unité, c’est à peine 3 millions.

L’argument de l’argent ne tient pas surtout qu’en région les nouvelles c’est la marque de commerce d’une chaine de télé.
L’argument que les émissions de nouvelles sont déficitaires est ridicule. C’est comme si une grande chaine disait qu’elle perd de l’argent avec son lost leader!

Ce qui a tué TQS ce n’est pas ses nouvelles mais sa programmation minable.

Vs avez vu ce qu’ils vont faire de TQS? Une télé-ste-Catherine! Un city-tv! Du Paris Hilton!!!

Que le CRTC donne le choix au gens.

Que le CRTC donne la persmission à TOUTES les chaîne d’avoir un revenu d’abonnement mais qu’on donne le choix aux gens de s’abonner aux chaîne de leur choix.

Si on avait le choix, TQS et TVA ne ferait pas parti de mes abonnements.

D’accord avec David. Si j’avais le choix sur mon câble, je n’aurais pas choisi : TQS, CTV, TSN, CBC, tous les postes américains, RDS, teletoons, YTV, FOX,et une couple d’autres que je ne regarde jamais.
Quant à l’information diffusée par TQS, c’est 90% identique à TVA (ils n’ont pas d’hélico ! )

C’était quoi, l’information à TQS ? Arrêtez de pleurer (des larmes de crocodile). Le citoyen ne sera pas moins informé si TQS se retire de ce secteur ou même disparaît.