Un camp d’été pour futurs leaders

L’été prochain, Lac-Beauport accueillera un nouveau concept de camp d’été pour les jeunes entrepreneurs en herbe âgés de 12 à 15 ans.

Mars est le mois de la relâche scolaire, mais c’est aussi le temps pour plusieurs parents de choisir un camp de vacances pour leurs enfants.

Au Québec, l’offre a explosé depuis quelques années. Entre les camps de jour multisports et les camps thématiques en science, en soccer, en théâtre ou en arts du cirque, les parents ont l’embarras du choix.

Une nouvelle option s’offrira à eux l’été prochain dans la région de Québec, plus précisément au Centre Le Saisonnier de Lac-Beauport. Le Camp Audace, créé par la Maison des entrepreneurs de Québec (MEQ), accueillera des jeunes de 12 à 15 ans pour leur faire découvrir le métier d’entrepreneur.

«L’entrepreneuriat est partout, mais les jeunes ne savent pas que c’est une option. Le choix de devenir entrepreneur est peu considéré dans le cheminement scolaire traditionnel», dit Ghislain Nadeau, 46 ans, président-fondateur de la Maison des entrepreneurs, qui rêvait depuis 30 ans de réaliser un tel projet.

Cet homme a lui-même démarré quatre entreprises, dont la première, ISO Technologie, a été vendue à CGI en 2002. Sa passion pour l’entrepreneuriat a débuté alors qu’il n’avait que 10 ans. «J’allais couper des arbres que je revendais ensuite en faisant du porte à porte !» raconte-t-il.

Le Camp Audace dure cinq jours et sera offert pendant six semaines, l’été prochain, entre le 23 juin et le 11 août inclusivement. Durant les cinq jours, les jeunes participants auront l’occasion de rencontrer des entrepreneurs établis et de monter eux-mêmes un projet d’entreprise. Une place prépondérante sera réservée à l’activité physique.

Ghislain Nadeau veut aussi faire bouger les jeunes car l’entrepreneuriat, dit-il, ne s’apprend pas entre les quatre murs d’une classe. «Je veux inculquer l’audace à nos jeunes et leur apprendre à valoriser cette belle profession qu’est l’entrepreneuriat», dit-il.

Si la tendance se maintient, le Québec fera face à un déficit important d’entrepreneurs. La Fondation de l’entrepreneurship prévoit qu’en 2020, il manquera 149 000 releveurs pour combler les départs à la retraite des entrepreneurs actuels. L’économie aura bien besoin de jeunes recrues !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie