Un déclin qui durera 15 ans?

L’économiste américain Harry Dent s’appuie sur la démographie pour prédire une récession qui durera jusqu’après 2020.

Les marchés boursiers devraient rebondir une dernière fois cette année, stimulés par les interventions du gouvernement américain, avant de s’écraser en 2010 ou en 2011.

Voilà l’une des sombres prédictions que l’économiste américain Harry Dent fait dans son plus récent livre The Great Depression Ahead. Dans les années 1990, Harry Dent a publié deux best-sellers, The Great Boom Ahead (1993) et The Roaring 2000s (1998).

Harry Dent affirme que les habitudes de vie des baby-boomers américains dictent le comportement de l’économie nord-américaine. La crise financière aux États-Unis, qui prend racine dans l’effondrement du marché immobilier, ne le surprend pas. « Puisqu’ils n’ont pas de jeunes enfants, les personnes âgées n’ont plus besoin de grande maison. Ils n’achètent plus de biens durables. Et comme leur épargne-retraite a fondu, ils économisent », explique l’auteur.

Reprise de courte durée
Des boomers vieillissants qui ralentissent leur rythme de consommation, voilà qui n’augure rien de bon pour une reprise. « Les stimuli économiques fonctionnent lorsqu’ils s’adressent à une génération en croissance qui dépense de l’argent, achète des maisons et envoie ses enfants à l’école », dit-il. Mais ce n’est pas ce que propose le gouvernement américain. Il offre plutôt un soutien aux grandes banques. Or, même si elles décidaient de prêter de l’argent tous azimuts, il n’est pas certain qu’elles trouveraient preneur.

Les grandes crises financières prennent habituellement cinq ans à se résorber, dit Harry Dent. Mais cette fois, c’est différent en raison de la démographie. Il estime que l’actuelle récession risque d’entraver l’économie nord-américaine pour 15 ans, jusqu’au début des années 2020.

Certes, le plan de relance du gouvernement américain aura un impact positif sur les Bourses. Harry Dent croit que l’indice Dow Jones des valeurs industrielles pourrait atteindre 11 800 points cet été, et le baril de brut, 100 $US. Toutefois, cette effervescence sera de courte durée. Le Dow Jones tombera rapidement sous la barre des 4 000 points. Quant au prix du pétrole, il chutera à 10 $US le baril entre 2012 et 2014.

Les plus populaires