Un vaccin antimorosité pour les entrepreneurs québécois

Le marché potentiel d’une société peut être de sept milliards de personnes. Les frontières sont tombées avec le Web, et l’ambition ne doit plus avoir de limites.

Ils auraient pu échouer et perdre toutes leurs économies — ainsi que, dans bien des cas, celles de leurs proches. Ils auraient pu mettre en péril leur situation personnelle et celle de leur famille. Plutôt que de se laisser paralyser par le doute, des Québécois comme vous et moi ont foncé droit devant pour réaliser leur projet d’entreprise. Ou pour prendre les rênes d’une société et la conduire toujours plus loin.

Les entrepreneurs qui font partie du palmarès annuel des 20 Leaders de la croissance ont jusqu’à maintenant remporté leur pari. Leurs résultats sont spectaculaires, la preuve que leurs idées étaient bonnes, leur détermination solide et leurs aptitudes à la hauteur du défi.

Les récits que vous lirez dans le magazine, sur tablette numérique ou dans le Web sont un formidable antidote à la morosité ambiante et une source de bons conseils pour les plus audacieux. Car la différence entre le succès et l’échec tient finalement à peu de chose.

Fibrenoire, qui termine en tête du palmarès, a augmenté ses ventes de plus de 4 000 % de 2008 à 2013 (les deux années de référence). Son pari était pourtant téméraire : déployer son propre réseau de fibre optique pour servir une clientèle de PME négligées par les grands opérateurs, comme Bell, Vidéotron ou Cogeco.

Première leçon : il faut d’abord viser juste et cibler les lacunes des concurrents.

Chez Electronic Box, un fournisseur Internet, l’innovation se manifeste dans la mise en marché : si vous abonnez un ami, vous bénéficiez d’un rabais à vie. Le résultat est flamboyant, avec une croissance des ventes de 2 912 % en cinq ans.

Deuxième leçon : il faut oser les trucs les plus fous pour s’établir dans un marché encombré et dominé par des géants.

IOU Financial est une micro-institution financière qui prête de l’argent à des entreprises sur la seule base d’un formulaire en ligne à remplir dans son site. Elles peuvent obtenir jusqu’à 100 000 dollars, et la réponse leur parvient en quelques jours. La totalité des revenus d’IOU Financial proviennent de l’extérieur du Canada. La croissance des ventes depuis cinq ans atteint 1 924 %.

Leçon numéro trois : le marché potentiel d’une société peut être de sept milliards de personnes. Les frontières sont tombées avec le Web, et l’ambition ne doit plus avoir de limites.

Ce palmarès met en évidence des entrepreneurs qui désirent réussir à l’étranger. C’est le cas d’Équation Humaine, qui a mis au point une plateforme de cyberenquête et qui investit un million de dollars depuis un an pour la faire connaître. L’entreprise compte déjà 350 clients internationaux.

Quatrième leçon : les bonnes idées et une technologie de pointe ne suffisent pas. Trop souvent, les sociétés québécoises ne consacrent pas les efforts et les sommes nécessaires à la commercialisation de leurs produits. C’est pourtant le nerf de la guerre, car ce sont les ventes qui permettront la croissance et la pérennité d’une entreprise.

Voilà une leçon bien comprise par tous les Leaders de la croissance !

Laisser un commentaire