Un zeste d’inflation au déjeuner

Café, sucre, jus d’orange… Les conditions climatiques font gonfler les prix.

(Photo: istockphoto)
iStockPhoto

Le déjeuner risque de faire plus mal au portefeuille dans les mois qui viennent. Les prix du café, du jus d’orange et du sucre atteignent en ce moment des sommets sur les bourses des denrées en raison des conditions météo défavorables qui frappent le Brésil, plus grand producteur mondial de café, d’agrumes et de sucre.

Les plantations de café périclitent sous l’effet de la sécheresse, les orangeraies dans d’autres régions souffrent de trop fortes précipitations, alors que les plantations de canne à sucre ont pâti du gel.

Les prix des contrats à terme du sucre et du jus d’orange ont grimpé à leur plus haut niveau en quatre ans, notait récemment l’agence financière Bloomberg, tandis que les prix du café arabica, favori de la chaîne Starbucks, sont à leur plus haut depuis février 2015. « Ce n’est pas un problème à court terme, mais les difficultés d’approvisionnement sont réelles », déclarait une gestionnaire de portefeuille à Bloomberg à la fin septembre.

La production mondiale de sucre et de café souffrait déjà des sécheresses causées par El Niño l’an dernier en Asie, et les orangeraies de Floride peinent à se remettre de l’invasion d’un insecte nuisible.

Les commentaires sont fermés.

Les conditions climatiques???
Vous n’avez rien vu…
Attendez que le salaire minimum passe a $15.00 de l’heure (+40%!!!). Là vous aurez ce que l’on appelle VRAIMENT de « l’inflation »!!!

Les plus populaires