Une femme à la table

Désormais, l’entièreté des entreprises du S&P 500 compte au moins une femme au sein de leur conseil d’administration.

Illustration : Stéphanie Aubin

Une petite révolution féministe est survenue cet été à Wall Street. La dernière entreprise du S&P 500 dont le conseil d’administration était entièrement masculin, Copart, a finalement nommé une femme au poste d’administratrice. Plus tôt cette année, Skechers et TripAdvisor avaient fait de même. Ces nominations permettent de tourner la page sur une lutte qui a duré des décennies… et d’en commencer une nouvelle. En effet, à peine 20 % des entreprises du S&P 500 comptent plus de trois femmes dans leur conseil d’administration, dont la taille moyenne est pourtant de 11 personnes. Une situation inacceptable selon bon nombre d’investisseurs, qui affirment qu’une plus grande diversité générerait de meilleurs rendements. C’est le cas de BlackRock, l’un des plus importants gestionnaires d’actifs au monde, qui demande désormais des explications aux conseils d’administration où les hommes sont dominants.

***

Trop beau… et vrai !

Des Canadiens ont eu l’agréable surprise d’apprendre que la dette de leur carte de crédit avait été entièrement effacée. La banque américaine Chase, qui offrait des cartes Visa Amazon et Visa Marriott au Canada jusqu’en 2018, a mis fin à ses activités au pays et a jugé que la façon la plus efficace de procéder était de simplement rayer les comptes de ses clients canadiens.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire