Une taxe à la surconsommation d’électricité, ou une taxe sur les grandes familles ?

Dans son rapport rendu public la semaine dernière, la commission Godbout propose une taxe à la surconsommation d’électricité. Une bonne idée ? Tout dépend de la forme qu’elle prendrait, dit le blogueur Alexis Gagné.

551px-Compteur_HQ
Photo : Bouchecl/Wikimedia Commons

Dans son rapport rendu public la semaine dernière, la Commission d’examen sur la fiscalité (commission Godbout) propose une taxe à la surconsommation d’électricité.
Blogue Economie

Cette taxe serait de 10 % et s’appliquerait seulement à la consommation dépassant 80 kilowattheures (kWh) par jour.

À n’en point douter, je crois que nous devrions taxer la surconsommation d’électricité dans le but d’en réduire le gaspillage.

Pour décider si la mesure telle qu’on l’a proposée est réellement une taxe sur la surconsommation — et non simplement une taxe qui incombe aux grandes familles, ou alors une taxe sur le chauffage à l’électricité —, il faut répondre à la question suivante : est-ce que plus de 80 kWh par jour correspondent bel et bien à une surconsommation d’électricité ?

D’après un rapport de Ressources naturelles Canada, le ménage québecois moyen consomme environ 72 kWh par jour.

À première vue, la réponse à ma question serait donc oui. Quatre-vingts kilowattheures par jour, c’est plus que la moyenne, alors il s’agit d’une surconsommation. Mais à deuxième et troisième vues, les choses sont beaucoup moins claires.

En effet, la consommation moyenne d’électricité varie grandement selon la taille du logement, puisque 54 % de l’électricité utilisée au Québec sert au chauffage. Pour une superficie chauffée de 1 500 à 2 000 pieds carrés, la consommation moyenne passe à 97 kWh par jour.

Un logement de cette taille, ça me semble assez habituel pour une famille de quatre. Mais ici encore, ce n’est pas si pire, 97 kWh quotidiens — et ce n’est pas beaucoup plus que 80 kWh. Ainsi donc, cette typique famille de quatre ne paierait la taxe sur la surconsommation que sur 15 à 20 % de sa consommation d’électricité.

Malheureusement, nous aurions encore une fois tort de nous arrêter ici. Pourquoi ? Parce que 97 kWh par jour en moyenne, si on chauffe à l’électricité, ça veut dire beaucoup plus que 97 kWh sur plusieurs mois.

Pour l’illustrer, on peut regarder la consommation d’électricité de mon propre foyer. Nous résidons dans une maison d’un peu plus de 2 000 pieds carrés, grande, mais certainement pas extravagante pour une famille de cinq.

D’après notre facture qui couvre la période allant de la fin novembre à la fin janvier, nous avons consommé en moyenne 160 kWh par jour ! (Et je n’ai pas hâte de voir ce que ce sera pour le mois de février le plus froid depuis 5 000 ans…)

Par conséquent, si rien ne change l’an prochain, nous paierons la taxe à la surconsommation sur la moitié de notre consommation pour les quatre ou cinq mois d’hiver (je sais que techniquement, l’hiver ne dure que trois mois, mais comme le chante Vigneault : «Mon pays, ce n’est pas un pays… c’est l’hiver !»).

Sauf, évidemment, si nous nous convertissons au chauffage au gaz — une avenue que nous explorerons assurément.

La famille de quatre typique qui chauffe à l’électricité paiera donc elle aussi la taxe à la «surconsommation» sur beaucoup plus que 15 ou 20 % de sa consommation.

En conclusion, la réponse à ma question initiale — à savoir si plus de 80 kWh par jour correspondent à une surconsommation d’électricité — semble pencher davantage du côté du non que du oui.

Je continue de croire qu’une taxe à la surconsommation d’électricité est une bonne idée, mais la taxe proposée par la commission Godbout devrait être repensée pour qu’elle s’apparente un peu moins à une taxe sur les grandes familles et davantage à une taxe réelle sur la surconsommation.

Il faudrait aussi penser aux effets d’une telle taxe sur les profits de Gaz Métro, dont l’action va très bien, dernièrement… et qui ira peut-être encore mieux, si cette mesure est adoptée dans le budget Leitão.

À LIRE AUSSI :
Rapport Godbout : de bonnes idées, deux grandes questions et un peu de pensée magique >>

Une commission Godbout gratuite ? >>

* * *

À propos de l’auteur

Alexis Gagné est porte-parole de l’Institut des générations, un organisme sans but lucratif qui a pour mission de produire des études et des dossiers d’analyse permettant de stimuler et d’alimenter la discussion sur les enjeux liés à l’équité entre les générations.

 

Laisser un commentaire

Vivement les technologies domotiques… Pour la lutte au gaspillage.

Entre-temps, les taux plus progressifs d’impositions des revenus de capital et des très gros patrimoines, fiducies et autres stratagèmes restent la solution la plus équitable pour éviter les DYNASTIES toutes puissantes.

Au lieu de cela, on s’enlise dans le MYTHE, bien entretenu, que les pays doivent se faire la compétition pour attirer ces oligarques !

Ceux-là même qui produisent le plus pollution et de gaspillage par des méthodes industrielles de production du début du siècle dernier…

Ce qui est le plus triste… C’est qu’ils réussissent à nous faire croire que la surpopulation des pays pauvres, non-blancs et peu conscients de leur incurie à faire trop d’enfants, sont la cause » mathématique » du désastre annoncé….

A lire, pour une mise à jour importante de notre mode de pensée : UNE PLANÈTE TROP PEUPLÉE ? Par Ian Angus et Simon Butler

L’hiver, on consomme facilement plus de 80Kw par jour. Comment peut-on appeler cela de la surconsommation? On n’a pas le choix, il faut chauffer.

On pourrait faire une moyenne sur l’année, mais j’imagine que ça irait à l’encontre de l’objectif actuel de baisser la consommation de pointe.

Par contre, il serait possible de mieux isoler les maisons, surtout les vieilles. Quand j’habitais chez mes parents, on a ouvert les murs dans le but d’agrandir la maison un peu – ma chambre avait des pans entiers de murs sans aucun isolant, imaginez la facture si on avait chauffé à l’électricité.

Depuis, je me suis acheté une petite maison, 1000 pieds carrés à deux. C’était notre premier hiver et on l’a trouvée salée pas à peu près, surtout qu’on avait acheté pour 500$ de bûches écologique pour aider à réduire la facture d’électricité (il en a resté, mais quand même). Il y a clairement un problème d’isolation à certains endroits et investir pour combler ces problèmes devrait nous permettre de baisser la facture de quelques centaines de dollars dans l’année. Même si on ne paie pas de taxes de surconsommation…

J’ai acheté une auto électrique qui augmente considérablement ma consommation d’électricité, mais qui réduit considérablement ma consommation d’essence. Devrais-je payer une taxe pour aider à réduire la pollution et les gaz à effet de serre? Nous avons beaucoup d’hydroélectricité au Québec mais le pétrole, s’il y en a, reste encore sous terre.

«Sauf, évidemment, si nous nous convertissons au chauffage au gaz»

Et ce gaz on le prend où???

Ah oui, c’est vrai du gaz on en produit au Québec, on appelle ça du… « gaz de schiste » et c’est tellement mieux pour l’environnement que l’hydroélectricité.

Oui, le gaspillage n’a pas de sens. Par contre, tant que nous vivrons dans une économie basée en grande partie sur la surconsommation des ménages nous n’y pourrons pas grand-chose. Dès que l’indice de confiance des ménages américains descend un peu, c’est la panique; si le taux de chômage augmente, c’est la même chose; si les salaires sont trop bas lorsqu’il y a création d’emplois c’est encore une stagnation de l’économie (quand même Wall-Mart admet qu’il faille augmenter les salaires …).
On diminue la consommation, ce qui aurait un certain sens. Mais après, c’est la déflation ? Tant que nous ne modifierons pas le paradigme économique actuel, nous sommes peinturés dans le coin.
Et en passant, arrêter de nous bassiner avec le PIB qui prend en compte les catastrophes naturelles, car elle génère de l’activité économique. Katrina a plus augmenté le PIB des É-U plus que toutes autres mesures économiques. À ce compte-là, vivement le réchauffement de la planète!

Bien dit MC. Ceux qui habitent en Abitibi,Côte Nord ,Gaspésie ,ces endroits où la température est de beaucoup plus froide qu’à Montréal ou même Québec seront plus pénalisés que partout ailleurs au Québec. Ceux qui préconisent des augmentations de l’électricité ne demeurent certainement pas dans des endroits dit très froid. C’est mon avis.

Une taxe à la surconsommation d’électricité? Je soupçone que l’objectif réel derrière cette proposition n’a rien à voir avec le gaspillage d’électricité, mais tout avec l’augmentation des ressources de l’État, point à la ligne. Si l’on souhaite vraiment améliorer l’efficacité énergétique, encourageons la construction et la rénovation de nos bâtiments via des normes (ex. Novoclimat plus), des encouragements fiscaux, l’adoption de technologies plus efficaces pour l’éclairage et le chauffage… Par exemple, ma résidence (2850 pi carré, solaire passive) consomme 60 % de l’électricité d’une maison standard de même taille et définitvement beaucoup moins que l’exemple personnel de monsieur Gagné….Cette approche est positive et très efficace. L’avenue de la tarification m’apparaît semée d’embûches…et d’inefficacité. Pour obtenir les rendements que nous pouvons obtenir en construisant mieux….à combien estimez-vous le niveau de la surtaxe nécessaire????? Hum Passons à un autre appel

Établir un seuil de 80 kWh par jour est évidemment insuffisant pour les jours de grand froid, même pour un hiver normal. Toutefois, si ce seuil s’applique sur une base annuelle plutôt que quotidienne ou bi-mensuelle (selon les relevés actuels d’Hydro-Québec), cela représente 29200 kWh, ce qui est beaucoup plus raisonnable. D’ailleurs on pourrait établir un seuil plus élevé compte tenu de l’historique du chauffage électrique au Québec, comme 35000 kWh/année par exemple. Mieux encore, un taux gradué selon la consommation totale à partir du seuil minimal.

Mais l’essentiel est d’envoyer un signal clair concernant le gaspillage et les économies d’énergie. Toute l’électricité épargnée de cette façon peut être vendue pour remplacer de l’électricité produite ailleurs à partir de centrales thermiques (gaz ou charbon). C’est une excellente façon d’améliorer le bilan planétaire de gaz à effet de serre puisque l’efficacité des centrales thermiques varie de 35% à 57% selon le type. Ainsi choisir un chauffage au gaz (efficacité jusqu’à 95%) plutôt qu’un chauffage électrique a, pour l’instant du moins, un effet positif sur l’émission de CO2.

Si leur compteur serait réellement »intelligent » , il devrait discerner la dépense pour se chauffer, l’eau chaude comparé à celle pour les piscine chauffante, les résidence suréclairées pour montrer notre richesse, autrement dit celles essentielles et »de luxe » ». Il est fortement à craindre que ces compteurs ne seront pas assez intelligent pour ça…

Et pourquoi ne pas favoriser la vente et la distribution hydro-électrique entre les provinces de façon coopérative plutôt que compétitive. On pourrait ainsi se dégager progressivement de la dépendance aux énergies fossiles….

Nous avons des excédents de production électrique, ici au Québec et peut-être au Nouveau Brunswick ou en Ontario… Pourquoi pas des PYLONES au lieu de PIPELINES.. coast to coast…

Une surtaxe de 10% n’est pas suffisante pour amener les gens à mieux isoler leur maison. Il faudrait ajouter des paliers, pour la tarification, à 60 kWh et à 90 kWh par exemple.
Il faudrait d’abord changer les normes de construction. Et offrir des subventions pour l’isolation des bâtiments anciens.
L’important est d’agir sur l’habitat. Et la tarification n’est qu’un outil parmi d’autres.

Le prix de l’électricité est nettement plus élevé ailleurs au Canada et aux États-Unis. Ce qui n’implique pas nécessairement que les bâtiments américains ou canadiens soient mieux isolés que ceux du Québec. Imaginer que les tarifs, ou les quotas dans d’autres domaines, vont modifier le mode de vie ou les façons de faire relève de la pensée magique. Cela risque d’affecter davantage les familles ou les pauvres sans réduire la consommation d’énergie ou la production de GES.

Attention à la conversion de votre mode de chauffage,je l’ai fait en 1992 subventionné par HQ ,thermopompe élect. et fournaise au propane pour les grands froids (-12 C et – ) tarif d’électricité DT à 4.5¢/KWH avant ce seuil et avantageux puisque j’aide HQ par grands froids en chauffant au propane .Cependant j’ai 2 salles de bain qui continuent à chauffer électrique ainsi que le chauffe-eau et pour l’éclairage bien entendu donc je dois encore consommer de l’électricité par grands froids mais celle-ci me coûtera 27¢ du KWH le 1er avril prochain soit une hausse de 14 % pour un total de 47.4% d’augmentation de ce tarif depuis 2011.Donc j’aide HQ et HQ me pénalise de les aider !!!

Je suis une personne vivant seule dans un 41/2 et je dépasse la consommation et Dieu sait que je suis très économe donc le sur taxage n’a pas sa raison d’être. Et là je suis très inquiète car ils viennent de mettre un compteur intelligent hiiii

C’est une autre taxe caché, M. Godbut ne manquerait pas de creativité a ce egard.
Comment stimulé le consum en limitatnt la consomation? Energie electrique a quebec on a en surplus, une energie qui est propre …

Incroyable d’entendre ça. J’ai converti nos systemes a la géothermie. J’ai aussi du agrandir notre maison pour acceuillir ma mere. Je roule en vehicule electrique. Oui la maison est grande (4000 pica) mais la moitie est pour ma mere. Oui on consomme plus que 80kWh par jour. Si je suis ce raisonnement, je serai penaliser pour etre un citoyen modele qui fait economiser l’etat sur les soins de sante et sur l’hebergement pour ma mere et qui contribue tres activement a la lutte contre les effets de serres. Que veulent-ils ? Une revolution ?

Qui a pris le surplus de 1,6 milliards d’Hydro-Québec au lieu de donner un congé d’augmentation des tarifs aux clients d’Hydro-Québec ? Le gouvernement québécois est le maître d’œuvre de cette action. Le report de l’augmentation de ses tarifs aurait permis aux clients de consommer et par le fait même, le PIB québécois aurait été meilleur. Une bavure dont je ne suis pas fière.

J’ajouterais que les personnes à faible revenu seront celles qui paieront le plus, n’ayant pas les moyens d’isoler leur maison. Il aurait été préférable d’augmenter les impôts puisqu’elles sont basées sur le revenu. Mais je sais que c’est impopulaire. Ou bien augmenter la taxe de vente provinciale, mais l’électricité comme le pétrole est essentielle et non un luxe.