« Une tempête parfaite »

J’ai emprunté ce titre à l’économiste Nouriel Roubini qui a nommé ainsi sa dernière chronique sur la situation économique internationale. Roubini, surnommé Dr. Doom en raison de son pessimisme bien assumé, est l’un des rares économistes qui avait anticipé la crise financière de 2008. Il nous enjoint aujourd’hui à nous préparer à une gigantesque tempête qui va s’abattre sur le monde dans les prochains mois et qui ne laissera personne à l’abri.

Une tempête parfaite se produit quand plusieurs conditions  atmosphériques convergent et créent une situation météorologique exceptionnelle et d’une grande puissance. C’est ce qui serait en train de s’assembler dans les hautes sphères de l’économie. Quelles sont donc ces conditions extrêmement préoccupantes selon l’économiste de l’Université de New York ? La crise de la dette souveraine pourrait faire éclater la zone euro, l’économie américaine faiblit à vue d’oeil et créé de moins en moins d’emplois et le modèle économique chinois est insoutenable et pourrait imploser d’ici 2013.

La conjonction de ces facteurs jettera par terre les économies de l’ensemble des pays émergents et des autres pays développés. De plus, les tensions s’exacerbent au Moyen-Orient entre l’Iran et ses alliés et les pays occidentaux et leurs appuis dans la région. Un conflit armé sur les centrales nucléaires iraniennes n’est pas à exclure et pourrait faire monter en flèche le prix du pétrole et miner davantage l’économie mondiale.

Face à une tempête de proportion historique, les pays développés qui se remettent à peine des sauvetages et des lourdes dépenses engagées pour combattre la crise précédente, n’ont plus de munitions pour se défendre, soutenir la croissance et sauver leur système financier.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a presque dit la même chose hier en parlant « d’un choc majeur » si la crise européenne ne se résorbait pas. La Banque du Canada a énuméré un certain nombre de risques susceptibles de faire déraper le système financier canadien. Les facteurs mentionnés ressemblent beaucoup à ceux de Nouriel Roubini. On y retrouve évidemment la dette souveraine en zone euro, la faiblesse de l’activité économique dans les pays avancés et les déséquilibres mondiaux.

La banque centrale constate aussi que la Chine fait moins bien que prévu, que la croissance est nulle au Brésil depuis le début de l’année et que l’Inde affiche la plus faible progression de son PIB en 10 ans.

En plus, la Banque centrale s’inquiète de la situation financière des ménages canadiens en raison de leur endettement. Une hausse marquée du taux de chômage aurait des effets extrêmement néfastes.

Nous voilà donc prévenus. La situation économique est précaire et remplie d’incertitudes. Dans ce contexte, tant les gouvernements que les citoyens doivent rester prudents et surveiller l’état de leur endettement. Ceux qui se sont trop alourdis auront peine à rebondir pendant la tempête.

Pour en savoir davantage, je vous invite à lire le texte sur l’économie mondiale que je viens d’écrire pour L’actualité.com.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Un cadeau de Grecs quoi!

Mais le Canada va éviter tout ça grâce à la gouverne éclairée de Stephen Harper!
Souvenez-vous ce qu’il avait dit lors d’une conférence de lAPEC à Lima. Alors que tout craquait, il disait que le Canada serait épargné.
Un an plus tard, il produisait le plus gros déficit de l’histoire du Dominion: 50G dans le rouge!

Monsieur Duhamel, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt le tableau d’ensemble que vous brossez relativement aux perturbations économiques à venir.

Maintenant, face à une telle conjoncture, quels conseils d’ordre économique prodigueriez-vous aux particuliers que nous sommes?

C’est Henri-Paul Rousseau qui fin 2008, évoquait le terme de « tempête parfaite » pour décrire la crise qui avait d’ailleurs touché de près la Caisse de dépôts. Un peu plus tard, dans un documentaire intitulé « Krach », un certain Paul Martin évoquait le fait que le système tel qu’il existe actuellement ne peut aller que de crises en crises. La prochaine… suivant ses propres mots pourrait être un « tsunami ». Avant la crise des « subprimes » de 2008, il y avait eut la crise des « (dot).com » en 2002-03. Des crises sur seulement 50 ans, on peut en nommer par dizaines.

EN 2007, dans des commentaires que j’écrivais sur un autre blogue, je trouvais que la situation de l’immobilier était très préoccupante. Elle l’est toujours… y compris au Canada, si ce n’est que les chiffres me donnent tort chez nous et… On continue d’ignorer souverainement les déséquilibres engendrés. On constate d’ailleurs que certains non-spécialistes (comme moi) mais bien informés ; ont souvent une vision plus claire de l’ensemble des paramètres que certains spécialistes bien appointés, surtout lorsque ces spécialistes sont financièrement et amplement récompensés.

Le fait d’avoir un peu faim décuple les acuités. Ainsi en 2011 (cela fait une éternité) on entendait le « chant des sirènes » à l’effet que la « crise » était désormais chose du passé… Bon !

Dans l’histoire, le volet militaire est toujours une option et même plusieurs historiens (souvent d’obédience marxiste) estiment que dans toutes guerres vous avez un volet très économique et même que les guerres, ça rapporte gros ! Le Traité de Paris de 1763 fut assez payant pour la couronne d’Angleterre. Demandez aux canadiens de souche qu’est-ce qu’ils en pensent ?

– Et dans les faits, y aura-t-il d’autres crises ? Mais, voyons-don’… crise ou pas crise vous trouverez toujours des personnes pour les nier. La négation fait l’homme. Il y aura toujours des personnes qui peut-être à raison ; voient la planète comme un terrain de jeu dont on peut jouir de toutes les façons ; de sorte que les misères et les malheurs des uns sont pour les autres autant de puissants aphrodisiaques comme autant d’opportunités pour en profiter.

En mai 1945, lorsque la ville de Berlin n’était plus qu’un amas de ruines, il y avait encore quelques irréductibles incrédules pour boire du « vrai » champagne et célébrer en pleine ivresse, comme cela se doit, cette ode et cet hymne magnifique qu’est la vie.

Nota : C’est au dramaturge William Shakespeare qu’on doit entre autre ce morceau intitulé « The Tempest », la pièce décrit assez bien la tragédie de la vie. Shakespeare nous montre encore que c’est à nous de former et transformer toutes choses pour que jaillisse la vérité.

« Un an plus tard, il produisait le plus gros déficit de l’histoire du Dominion: 50G dans le rouge! »

Oui Harper a dépensé plus que prévus parce qu`il était minoritaire et les autres partis social-médiocrate le forçait à dépenser. Malgré ce déficit de 50G, le Canada s`en est sorti beaucoup mieux que la majorité des pays Occidentaux. Et de combien aurait été un déficit d`un gouvernement libéral ou du n.p.d, 100G ? 200G ?

Remarquez que présentement, le parti conservateur fait des coupures et les 2 autres partis social-médiocrate sont contre les coupures.

Et un autre menace à l`économie mondiale, la dette astronomique du gouvernement fédéral Américain dont la FED s`inquiète :

http://affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/201205/16/01-4525948-la-fed-sinquiete-du-budget-des-etats-unis.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS2

M. Duhamel,

Le résultat de l’élection en Grèce modifie-t-il votre perspective et, si oui, en quoi?