Vive les profits !

Au plus fort de la tourmente boursière des dernières semaines, plusieurs experts prédisaient que les banques américaines pourraient essuyer des pertes totalisant 250 milliards de dollars à cause de la crise des prêts hypothécaires à risque. On s’est inquiété du sort des propriétaires de maison incapables de rembourser leurs prêts, des prêteurs hypothécaires qui avaient consentis de tels prêts, des hedge funds qui en avaient trop dans leur portefeuille, mais jamais des grandes banques.

Pourquoi? Parce qu’elles sont solides. Des pertes de 250 milliards, c’est énorme, mais il est facile de tenir le coup quand on a amassé 359 milliards de profits en 2005 et en 2006.

C’est la même chose avec la Banque Nationale du Canada. La BNC est la banque canadienne la plus exposée au fameux papier commercial adossé à des actifs. A-t-elle été imprudente? Probablement. Cela lui coûtera-t-il cher ? Bien sûr. Les actionnaires seront-ils pénalisés ? À court terme, sans aucun doute. La banque est-elle menacée ? Absolument pas.

La BNC a pris des mesures pour que ses clients individuels et les PME ne soient pas touchés et manquent de liquidités. Elle pourrait devoir faire la même chose avec ses clients de la grande entreprise. Tout cela pourrait lui coûter quelques milliards ou quelques millions, nul ne le sait pour le moment. Mais dans un cas comme dans l’autre, sa solide situation financière lui permettra de passer à travers cette crise.

Certains ragent quand les banques affichent leurs somptueux profits. Je les comprends, mais c’est le prix pour dormir en paix. Et cela, comme dit la publicité, ça n’a pas de prix.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je viens d’entendre à la radio qu’encore une fois la gang de ?$%?& de Toronto veulent mettre la main sur ce qui reste de la Bourse de Montréal. Ils sont jaloux de la réussite des options à Montréal et veulent profiter de la manne après avoir vidé Montréal.

On attend toujours la démonstration évidente que ce transfert à Toronto va profiter davantage à Montréal.

Même appétit de certains pour mettre la main sur Hydro…

Comme dit ma mère:

Si c’est bon pour pitou, pourquoi minou veut-il lui enlever?

Et ceux qui trouvent que les banques font trop de profit, libre à eux de ne pas faire affaire avec ces dernières, on est dans un pays libre. Personne ne vous oblige d’utiliser une carte de débit.