Voyager en classe affaires grâce aux enchères

Il existe désormais une nouvelle façon d’accéder à la classe affaires, sans pour autant hypothéquer son chalet ou vendre sa voiture.

En tout état de cause, un siège vide en classe affaires créé toujours des mécontents: le transporteur qui n’a pas vendu ce siège et qui perd une partie de sa principale source de revenus; et les passagers assis en classe économique qui regardent d’un oeil avide cet objet du désir sans pouvoir se l’offrir ou être surclassés.

Mais il existe désormais une nouvelle façon d’accéder à la classe affaires, sans pour autant hypothéquer son chalet ou vendre sa voiture: la mise aux enchères, rapporte CNN.

Offert grâce à un logiciel conçu par Plusgrade, une entreprise de services informatiques qui dispose de bureaux à Montréal, ce service permet aux passagers d’indiquer à un transporteur participant quel montant il serait prêt à payer pour accéder à la classe affaires.

Si un siège de cette catégorie demeure invendu, celui qui aura proposé la plus forte somme remportera la mise et voyagera en tout confort dans un siège-lit, avec repas gastronomique et vin à volonté.

À ce jour, une douzaine de transporteurs (dont Austrian Airlines, Brussels Airlines, Czech Airlines, Sri Lankan, El Al, etc.) ont accepté de jouer le jeu suivant différents scénarios, en donnant ou non préséance aux voyageurs assidus membres de leurs clubs respectifs.

Selon le transporteur, le service prend un nom différent: OneUp chez Air New Zealand, SelectUpgrade chez Etihad, Upgradenow chez Air Mauritius, ou tout bonnement Plusgrade chez Tap Air Portugal. D’ici la fin de l’année, l’entreprise informatique espère rallier une douzaine d’autres transporteurs à son idée.

Évidemment, quiconque veut s’assurer voyager en classe affaires devra continuer à utiliser les voies traditionnelles et se procurer à l’avance un billet de cette catégorie, soit en l’achetant, soit en convertissant ses milles aériens.

Mais pour celui qui est prêt à payer un peu plus pour voyager en tout confort tout en étant conscient qu’il risque de demeurer en classe économique, le jeu en vaut la chandelle.

Pour me suivre sur Twitter, c’est par ici.

Laisser un commentaire