10 destinations voyage complètement éclatées !

Surfer sur les pentes d’un volcan actif au Nicaragua. Vivre l’apesanteur en Floride. Visiter le Musée du phallus en Islande. Voilà seulement quelques-unes des folles suggestions que présente le livre Voyager crazy ! (éditions Gründ).

CADILLAC RANCH

Route 66, Amarillo, Texas (États-Unis)

cadillac-ranch
Photo : Fotopedia

Si vous roulez sur la mythique route 66 (qui traverse une bonne partie des États-Unis d’est en ouest), ouvrez grand les yeux : au Texas se trouve un cimetière… de vieilles Cadillac ! En 1974, Stanley Marsh, un millionnaire excentrique doublé d’un amateur d’art, a confié un mandat bien précis à un collectif d’artistes nommé Ant Farm : rendre hommage à la voiture américaine par excellence. Ce groupe de hippies a alors imaginé d’en planter – littéralement ! – une série en ordre chronologique – de la Club Coupe 1949 à la Sedan de Ville 1963.

cadillac-istock
Photo : iStockphoto

Les visiteurs sont aujourd’hui invités à y laisser une trace de leur passage (graffitis, mots, etc.). Cet endroit légendaire, baptisé Cadillac Ranch, a même inspiré une chanson à Bruce Springsteen.

…………. 

OSSUAIRE DE SEDLEC

Monastère cistercien de Sedlec, Kutná Hora (République tchèque)

ossuaire
Photo : iStockphoto

Au 13e siècle, l’abbé cistercien Henri est revenu d’une mission en Terre sainte avec un pot de terre de Jérusalem. Il en a saupoudré le cimetière de Sedlec, à quelques kilomètres de Prague. Bien vite, de nombreux croyants ont manifesté le désir d’y enterrer leurs proches – ou même d’y « réserver » leur place. Mais au 15e siècle, après les croisades contre les paysans et les partisans du réformateur religieux Jan Hus, une partie du cimetière a été détruite, et les os ont alors été entreposés près de la chapelle funéraire.

ossuaire-2
Photo : iStockphoto

Ce n’est qu’en 1870 qu’un artisan local a eu l’idée de récupérer ces restes humains pour « décorer » l’intérieur de la chapelle, qu’on appelle communément aujourd’hui « l’église des os ». On estime que les fémurs, crânes et autres tibias de quelque 40 000 squelettes au total y ont été disposés de façon artistique. La pièce maîtresse de cette œuvre, installée en plein cœur de la chapelle, est sans contredit l’immense chandelier, constitué de tous les os du corps humain. « Ne croyez pas que l’ossuaire est un endroit macabre ou effrayant : c’est un endroit vraiment apaisant », assure le site Internet de l’église.

…………….

SURF SUR VOLCAN

Cerro Negro (Nicaragua)

volcano-boarding-1
Photo : BigFoot Nicaragua

La dernière éruption du volcan Cerro Negro — « montagne noire », en espagnol — remonte à 1999. Depuis, de la fumée s’en échappe toujours… ce qui n’empêche pas l’entreprise touristique BigFoot Nicaragua d’organiser, à même ses flancs couverts de cendres et de cailloux, des descentes sur des planches de bois, un peu à la manière du surf.

volcano-boarding-2
Photo : BigFoot Nicaragua

Tous les styles sont permis pour dévaler les 300 m de dénivelé de la pente à des vitesses qui peuvent atteindre jusqu’à 82 km/h : debout pour les experts ou assis, façon luge, pour les autres.

 

CHERNOBYL TOUR

Pripyat (Ukraine)

NL_Tchernobyl13
Photo : Nicolas Laffont

Une petite industrie touristique s’est développée autour de l’endroit où a eu lieu le plus grave accident nucléaire de l’Histoire : des organisateurs proposent maintenant des circuits guidés sur les lieux mêmes de la tragédie survenue en 1986. Les visiteurs peuvent, entre autres, s’approcher à une centaine de mètres du fameux réacteur no 4 – qui, en explosant, a libéré une quantité massive de particules radioactives dans l’atmosphère – et faire le tour de Pripyat, désormais ville fantôme.

NL_Tchernobyl19
Photo : Nicolas Laffont

Aucun danger à explorer ces zones sinistrées : les radiations émises seraient inférieures à celles d’un avion en vol au-dessus de l’Atlantique…

……………

MUSÉE NATIONAL DU PHALLUS

Húsavík (Islande)

musee-phallus-1
Photo : Musée national du phallus

Rassembler (et présenter) les attributs masculins de toutes les espèces animales d’Islande : voilà le pari inusité du Musée national du phallus, situé à Húsavík, petit village de pêche islandais. Des rennes aux ours en passant par les baleines, les phoques, les morses et les rongeurs, 92 mammifères au total ont légué sans le savoir leur viril appendice à ce petit établissement, qui les conserve de multiples façons : séchés, montés à la manière d’un trophée de chasse, préservés dans le formol…

musee-phallus-2
Photo : Musée national du phallus

L’endroit a même reçu, de façon totalement anonyme, une toute première pièce d’origine humaine pour enrichir sa collection : le prépuce d’un homo sapiens ! L’émission Infoman, animée par Jean-René Dufort à Radio-Canada, a présenté un reportage sur ce musée inhabituel à la fin de l’année 2010.

…………..

PARC ECOALBERTO

Ixmiquilpan (Mexique)

eco-alberto
Photo : Parc EcoAlberto

Au Mexique, les propriétaires du parc EcoAlberto proposent des forfaits permettant de se mettre dans la peau d’un immigré clandestin qui cherche à franchir illégalement la frontière. Traverser un fleuve à gué, emprunter des sentiers escarpés et fuir les policiers sont autant d’activités qui attendent les clandestins d’un jour, dont la plupart affirment tester la chose pour mieux compatir à l’existence malheureuse de ces fugitifs.

…………..

SOVIET BUNKER (KGB TORTURE CAMP)

Nemenčinė (Lituanie)

test-kgb
Photo : Soviet Bunker

Dans un registre similaire, en Lituanie, un bunker antinucléaire laissé à l’abandon en plein cœur d’une forêt a été récupéré pour faire vivre aux visiteurs l’expérience des prisonniers du KGB, la principale police politique de l’ère soviétique. Les touristes doivent laisser leurs affaires personnelles à l’entrée, signer une décharge, répondre à un interrogatoire musclé et subir une fouille corporelle, le tout sous les hurlements répétés des gardiens (joués par des acteurs). Chaque « séance » dure deux heures. La direction de l’endroit explique que celui-ci a été mis sur pied « pour que la jeune génération, parfois nostalgique de l’époque communiste, puisse se faire une idée de ce que c’était réellement ».

………….

MUSEUM OF BAD ART (MOBA)

Boston, Massachusetts (États-Unis)

moba-interieur
Photo : MOBA

Né d’une plaisanterie entre amis, le Musée de l’art mauvais réunit quelque 600 œuvres ratées pour lesquelles l’intention artistique du créateur était au départ bien réelle. Quelques catégories d’art représentées : des portraits (« probablement inspirés de muses extraterrestres », s’amusent les conservateurs du musée), des paysages (« sont-ce des cornets de crème glacée ou des montagnes ? ») et… des personnes bleues (« vous pouvez en dire beaucoup sur un artiste simplement en analysant son choix de teintes pour la peau ! »).

moba-1
Photo : MOBA

« Nous sommes là pour célébrer le droit de l’artiste à l’échec glorieux », explique Marie Jackson, cofondatrice de ce musée des petites horreurs qui a vu le jour en 1994 et qui fonctionne grâce à des dons d’amateurs – contributions financières et/ou œuvres d’art ratées !

………….

SALVATION MOUNTAIN

Niland, Californie (États-Unis)

salvation-mountain
Photo : Mike Courtney / C.C. 2.0

L’Américain Leonard Knight a trouvé un moyen pour le moins original de répandre la parole du Seigneur. Sur une petite colline de Californie, il a érigé en 1984 un monument en forme de montagne qu’il a tapissé d’écritures saintes et de prières. Depuis, l’œuvre ne cesse de grossir : armé de ciment et de peinture, Knight poursuit inlassablement la construction de son « chantier éternel » et invite tous ceux qui visitent l’endroit à faire de même. Jadis considéré comme une installation illégale, Salvation Mountain est devenu un site protégé et a été désigné « Trésor national » en 2002.

……..

ZERO-G, THE WEIGHTLESS EXPERIENCE

Orlando, Miami, Las Vegas, San Francisco et Washington (États-Unis)

zero-g
Photo : Zero G Corporation

Les 35 passagers qui montent à bord du G-Force One, un Boeing 727 spécialement équipé, peuvent vivre la sensation physique de l’apesanteur. L’appareil effectue un vol parabolique d’une durée de trois heures. S’y déroulent même, à l’occasion, des cérémonies de mariage ! Une expérience hors du commun… qui n’est cependant pas à la portée de toutes les bourses : 4 950 $ américains par tête d’apprenti astronaute.