15 destinations coups de cœur

Notre blogueur globe-trotter a puisé dans ses (nombreux) souvenirs de voyage et nous propose 15 lieux fascinants à découvrir.

Les îles Marquises (Polynésie française)

Ce n’est pas un hasard si Brel et Gauguin ont choisi de mouiller définitivement l’ancre aux Marquises : tous deux voulaient se couper du monde. Perdu à 4 800 km des côtes nord-américaines et à 1 500 km de Tahiti, ce spectaculaire archipel est l’un des plus isolés du globe. Ici, pas de lagons luminescents, de plages édéniques ou de centres de villégiature. Dressées hors des eaux comme des cathédrales naturelles d’une rude beauté, ces îles ont préservé leur authenticité : Brel et Gauguin peuvent y reposer en paix.

L’Art nouveau de Budapest (Hongrie)

J’ai toujours été fasciné par l’Art nouveau, ce style onirique, élégant et théâtral qui ne ressemble à rien d’autre en architecture. Très répandu en Europe au tournant des 19e et 20e siècles, l’Art nouveau est né en réaction à l’industrialisation rapide et il a engendré des formes naturelles et fluides, avant de s’affranchir de ses éléments décoratifs et de s’épurer. Avec Vienne, Prague et Bruxelles, Budapest est l’un des meilleurs endroits pour admirer les chefs-d’œuvre de ce courant, dont le palais Gresham (photo).

Le carnaval de Trinité-et-Tobago

Même si le carnaval de Rio est considéré comme le plus important carnaval du monde, celui de Trinité-et-Tobago est probablement le plus festif. Officiellement, il dure deux jours; officieusement, il s’étire sur des semaines. Plus on se rapproche du Mardi gras, plus la ferveur s’intensifie : festivaliers et danseurs déambulent par milliers dans les rues, dans un débordement de liesse et de flamboyance…, jusqu’à ce que tout s’arrête brusquement, à 00 h 01, le mercredi des Cendres.

Les morts-vivants de Madagascar

Avec le Japon, je ne connais pas d’endroit aussi insolite que Madagascar. C’est sur les hautes terres de cette vaste île de l’océan Indien que se déroule une étonnante cérémonie : le famadihana, ou retournement des morts. À cette occasion, les membres d’une même famille ouvrent le tombeau familial, sortent leurs défunts à l’air libre, les « présentent » à leurs enfants et renouvellent leur linceul…, avant d’y verser de longues rasades de rhum, dans une ambiance très enjouée. Pour nous, Occidentaux, cela est pour le moins déroutant : plutôt que d’oublier leurs ancêtres, les Malgaches les laissent vivre à jamais en les gardant présents dans leur quotidien.

Le désert blanc d’Égypte

À environ 400 km du Caire, l’énigmatique désert blanc semble tout droit sorti de la fantasmagorie d’un sculpteur. Constitué d’étranges icebergs de calcaire émergeant des sables blonds, il voit se bousculer les formes les plus étranges. Ici, on dirait un tableau de Magritte ou une momie surréaliste; là, des pièces de jeu d’échecs, des bilboquets colossaux, un champignon géant… L’infatigable explorateur Théodore Monod a bien connu ce désert, qu’il a longtemps parcouru sur les traces des armées de Cambyse, ce conquérant perse qui cherchait Zerzura, l’oasis légendaire du désert libyque.

L’Antarctique

Parce que leurs prédateurs viennent du ciel et de la mer, les représentants de la faune antarctique ne craignent pas ce qui évolue sur la terre et la glace fermes. Résultat : le septième continent est l’un des meilleurs endroits au monde pour observer la gent animalière, à commencer par les manchots. Outre les manchots empereur et royal, les spécimens les plus répandus sont les manchots Adélie, les manchots à jugulaire et les manchots papous, comme ceux-ci, en train de nidifier sur l’île Cuverville.

Les temples d’Angkor (Cambodge)

Assister au lever du jour est toujours inspirant, mais lorsque le soleil s’insinue entre les tiares annelées d’Angkor Vat, l’expérience prend une tournure quasi mystique. Amalgame de lieux de culte et de sites funéraires aménagés et ciselés avec un rare raffinement, Angkor formait jadis l’épicentre de l’empire khmer, qui s’étendait du Yunnan au Vietnam, à son apogée. Ces « temples-montagnes » ont été redécouverts au 19e siècle. Aujourd’hui, ils figurent parmi les sites les plus fabuleux – et les plus fréquentés – du globe.

Les îles Fidji

Le ruisseau est sorti de son lit ? Pas de problème : ces Fidjiennes de l’île de Beqa s’arment d’une serpillière et de leur plus franc sourire pour nettoyer les dégâts. Bien plus que des images d’Épinal, ce sont des Fidjiens dont on se rappelle le plus quand on revient de cet archipel. En dix jours là-bas, j’ai été mitraillé de Bula ! (« Bienvenue ! ») et reçu comme un membre de la famille dans chaque hôtel; on m’a souvent offert un objet que je m’apprêtais à acheter; et un chauffeur de taxi m’a pris en charge, à ses frais, pendant deux heures, « parce que, de toute façon, j’allais où vous alliez… »

Le sultanat d’Oman

Même s’il dominait jadis l’océan Indien et la côte swahilie, ce petit sultanat brille par son authenticité et sa modestie. Accueillant et affable, abordable et pratiquant un islam tolérant et progressiste, Oman compte 2 000 km de littoral, des massifs montagneux traversés par des canyons et des palmeraies, de splendides fjords où s’ébattent les dauphins, des châteaux forts classés par l’Unesco et de ravissantes cités, comme Mascate, la capitale, ou Nizwa, à la mosquée étincelante d’or et de lapis-lazuli.

Le Niger

En arrivant dans ce pays, on est stupéfié par l’indigence de ses habitants, mais on est surtout conquis par les hippopotames du fleuve Niger, les dunes ocre du Ténéré, les récits des caravanes de sel et la ville d’Agadez, toute en terre crue. Et que dire des peuples de ce carrefour des civilisations, à commencer par les mythiques Touaregs et les ravissants Peuhls ! Si ces derniers se sédentarisent de plus en plus, ils entretiennent toujours le culte de la beauté et soignent ardemment leur apparence, comme ceux-ci, croqués dans le petit marché de Bocki, au sud-ouest du Niger.

Le cimetière de Recoleta (Argentine)

J’adore les nécropoles, fascinants microcosmes des villes où ils sont situés. À Buenos Aires, le sublime cimetière de Recoleta ne fait pas exception à la règle. En déambulant dans les étroites allées de ce « Père-Lachaise argentin », on assiste à l’évolution de l’éclectisme architectural de cette géniale cité et on note les écarts – grandissants – entre riches et pauvres. De modestes stèles côtoient des monuments guindés élevés à la gloire des familles aisées. Les descendants de ces dernières ne peuvent pas toujours entretenir le lot familial, qui finit par tomber en ruine. C’est là un juste retour du balancier : sous terre, tous redeviennent égaux.

Le Myanmar

Le Myanmar (ou Birmanie) est sous le joug de l’un des régimes les plus abjects de la planète. Dans ce pays où les gens continuent à sourire même s’ils ont la tête dans un étau, le bouddhisme est le meilleur exutoire et la construction d’une pagode demeure l’acte le plus méritoire. Avec sa cinquantaine de millions d’âmes, pas étonnant que cette contrée soit surnommée « le pays des mille pagodes ». En fait, on en compte beaucoup plus : rien qu’à Pagan, ancienne capitale, on dénombre 2 200 temples et pagodes, dont celle de Shwezigon (1084-1113).

Les Îles-de-la-Madeleine

Sur cette photo, il y a tout ce qui me fascine aux Îles-de-la-Madeleine : les falaises, le vent constant, la lumière irréelle, une impression de bout du monde et les histoires de naufrages. Entourées de hauts-fonds, ces 12 îles ont vu s’échouer quantité de navires au cours des siècles. En novembre 1988, le Duke of Connaught – un chantier flottant – s’est abîmé près de l’Étang-du-Nord, lors d’une tempête. En juillet dernier, la partie de ce bâtiment visible sur cette photo s’est effondrée, rongée par les éléments.

Le mont Kenya

Deuxième sommet d’Afrique, le mont Kenya vit dans l’ombre du Kilimandjaro qui domine l’Afrique, un peu plus au sud. Pourtant, les chemins qui mènent au sommet (4 985 m) du pic Lenana permettent de faire de spectaculaires randonnées, également de constater que ce massif constitue une anomalie sur ce continent. Après une foisonnante jungle tropicale à sa base, on traverse une zone de végétation alpine et on gagne une étrange lande de bruyère, où se côtoient plantes surdimensionnées et mousses spongieuses, pour enfin accéder aux pics les plus hauts et au glacier.

Les kraks de Syrie

C’est en Syrie qu’on peut admirer les forteresses des croisés les plus impressionnantes et les mieux conservées, les kraks. Trois d’entre elles se démarquent : Qalaat Marqab, déposée comme un diadème noir face à la Méditerranée; Qalaat Saladin, avec son canyon creusé de main d’homme et sa citerne-cathédrale; et surtout le krak des Chevaliers, « le plus beau château du monde », comme le disait T.E. Lawrence (aucun lien connu avec le soussigné). Et quand on se tient debout devant cette forteresse, dont on ne parle qu’au superlatif, il est difficile de ne pas abonder dans son sens.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie