Monde

Zimbabwe : le combat de Jenni Williams

Elle a été arrêtée des dizaines de fois par les autorités. Son crime : mobiliser les femmes du Zimbabwe pour qu’elles défendent leurs droits. Malgré les obstacles, la militante Jenni Williams continue de se battre pour améliorer le sort d’un pays appauvri par 30 ans de dictature.

Photo : Peter Dejong / PC

Les Zimbabwéens sont las. La crise alimentaire, le chômage, le sida, la terreur semée par le régime de Robert Mugabe et les manipulations des urnes ont eu raison des espoirs de changement d’une très grande majorité.

Mais quelques militants ont encore la force de lutter, dans ce pays où l’espérance de vie n’est que de 47 ans. C’est le cas de Jenni Williams, fondatrice de Women of Zimbabwe Arise (WOZA), une organisation qui invite les femmes à se mobiliser pour défendre leurs droits.

Devenue une bête noire du régime Mugabe, elle a été arrêtée plus de 30 fois. Son mari et ses enfants, aujourd’hui adultes, ont dû déménager au Royaume-Uni, pour des raisons de sécurité. Malgré tout, elle poursuit son combat, comme elle l’explique dans ce reportage réalisé par Radio France internationale.

« Jenni Williams, celle qui a osé défier Robert Mugabe », sur le site de RFI

couv-avril01À lire, dans le numéro de L’actualité : « Despote en sursis ? », un reportage de Patricia Huon sur la situation sociale et politique au Zimbabwe.