Le CV : Xi Jinping
Monde

Le CV : Xi Jinping 

Réélu en mars dernier après une modification de la Constitution supprimant la limitation des mandats, le président de la Chine pourrait se maintenir au pouvoir indéfiniment.

1953

Naît à Pékin. Il fait partie de la caste des « princes rouges », nom donné aux enfants des révolutionnaires de 1949 (son père, Xi Zhongxun, était un proche de Mao).

1969

Est envoyé dans le petit village de Liangjiahe lors de la Révolution culturelle de Mao afin d’être « rééduqué ». Durant sept ans, il habite une maison creusée dans la roche et est soumis au travail exténuant de la campagne.

« Nombre de mes idées et de mes traits caractéristiques ont été forgés à Liangjiahe. »

1974

Intègre le Parti communiste chinois et est désigné responsable de la production du village de Liangjiahe.

1979

Obtient un diplôme en génie chimique de l’Université Tsinghua, à Pékin.

2002

Devient secrétaire du Parti pour la province côtière du Zhejiang, située au sud de Shanghai.

2007

Entre au Comité permanent du Politburo, la plus haute instance du Parti communiste chinois.

2012

Prend la tête du Parti communiste chinois. C’est la première fois que la Chine est dirigée par quelqu’un né après la révolution de 1949. Dès son arrivée au pouvoir, il lance une vaste campagne de lutte contre la corruption.

« Nous devons maintenir la lutte à la fois contre les tigres et les mouches, enquêter avec vigueur sur les cas de violation de la loi par des hauts dirigeants du Parti et en finir une fois pour toutes avec les tendances malsaines et les problèmes de corruption qui se trouvent un peu partout. »

2017

Prononce un discours au sommet de Davos dans lequel il chante les louanges du libre-échange et de la mondialisation.

« Promouvoir le protectionnisme, c’est comme s’enfermer dans une pièce noire. Personne n’émergera en vainqueur d’une guerre commerciale. »

17 mars 2018

Reconduit sans opposition à la tête de la République populaire de Chine. Une semaine plus tôt, il a fait modifier la Constitution afin de pouvoir demeurer président aussi longtemps qu’il le souhaitera. Sa pensée sur le socialisme à la chinoise est également inscrite dans la Constitution. Un privilège qui, jusqu’ici, n’avait été accordé qu’à Mao. Selon de nombreux observateurs, il serait le plus puissant dirigeant de l’Empire du Milieu depuis le Grand Timonier.