Au bout de l’Amérique

Une portion de l’île se trouve donc, géologiquement du moins, en Amérique.

Sous mes pieds, une gigantesque muraille de pierre. C’est, littéralement, le bout de l’Amérique ! Ici, précisément ici, finit la plaque tectonique américaine, à laquelle appartient le tiers occidental de l’Islande. Une portion de l’île se trouve donc, géologiquement du moins, en Amérique. Le reste, à l’est, fait partie de la plaque eurasienne. Les deux plaques s’éloignent l’une de l’autre à la vitesse de deux centimètres par an, créant un fossé (un rift, disent les géologues) comblé à mesure par le magma qui monte du centre de la terre. L’Islande grandit !

Thingvellir, à 50 km au nord-est de Reykjavík, est un des seuls endroits du monde où ce rift émerge au-dessus du niveau de la mer. On peut même s’y promener ! Thingvellir est un lieu historique, classé patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco et vénéré par les Islandais. Non pour sa particularité géologique, mais parce que c’est ici qu’est véritablement née la démocratie occidentale : le premier Parlement, l’Althing, y a tenu sa première session, au mois de juin 930. C’est aussi ici que l’Islande a finalement célébré son indépendance, en 1944, plus de 1 000 ans après sa fondation.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie