Brésil : bac ès discrimination positive

Le gouvernement du Brésil forcera dorénavant les universités publiques à accueillir davantage d’étudiants noirs.

Photo : Gogo Images/Alamy

Une loi promulguée par la présidente, Dilma Rousseff, vise à gommer les inégalités sociales et raciales qui existent dans les universités fédérales – publiques et gratuites – du pays.

Seulement 8 % des Noirs de 18 à 24 ans vont à l’université, contre 20 % des Blancs du même âge. D’ici 2016, 50 % des places devront aller à des élèves du secondaire public d’origine modeste, noirs, métis ou indiens. En ce moment, nombre d’étudiants inscrits dans les universités publiques sont issus de l’école secondaire privée, meilleure et fréquentée surtout par les Blancs, plus nantis.

La loi sur les quotas, qui entrera en vigueur en mars, vise à long terme à ce que les élites, encore très blanches, soient à l’image de la population du Brésil, composée à 51,1 % de Noirs, d’Indiens et de métis.