Chine : la chair est triste

Plus de 25 millions de Chinoises seraient mariées avec des hommes gais. Le phénomène est si répandu qu’il a même donné naissance au néologisme tongqi, qui désigne ces femmes prises dans une union sans sexualité ni amour.

drapeau-gay
Photo : iStockphoto

Plus de 25 millions de Chinoises seraient mariées avec des hommes gais. Le phénomène est si répandu qu’il a même donné naissance au néologisme tongqi, qui désigne ces femmes prises dans une union sans sexualité ni amour.

Ce problème de société a éclaté au grand jour l’été dernier lorsqu’une femme de 31 ans s’est suicidée après avoir constaté que son mari était gai.

Pressions familiales

En Chine, les hommes subissent de fortes pressions de la part de leurs parents pour transmettre leur patronyme à la prochaine génération. La chose n’est pas exclusive à ce pays, mais la politique de l’enfant unique, en vigueur depuis 1979, a fait de la progéniture une denrée aussi rare que précieuse.

Résultat : de 70 % à 90 % des gais chinois seraient aujourd’hui mariés avec une femme.

Un combat difficile

L’homosexualité n’est pas un crime en Chine et elle n’est plus considérée comme une maladie mentale depuis 2001. Les groupes de défense des gais et lesbiennes, en pleine effervescence à Shanghai et à Pékin, se battent depuis 2003 auprès du Parti communiste afin de légaliser le mariage homosexuel, sans succès jusqu’à présent.