Clinton a gagné. Et alors?

Clinton a gagné le débat. Mais elle pourrait encore perdre la présidence.

Les candidats à l'élection présidentielle américaine Donald Trump et Hillary Clinton, lors du débat présidentiel du 26 septembre. (Photo: Rick T. Wilking/AP/La Presse Canadienne)
Les candidats à l’élection présidentielle américaine Donald Trump et Hillary Clinton, lors du débat présidentiel du 26 septembre 2016. (Photo: Rick T. Wilkins / AP / La Presse Canadienne)

Hillary Clinton a gagné le premier round. Selon les sondages menés par divers grands médias, l’ex-secrétaire d’État a lessivé Donald Trump lors du premier débat télévisé entre les deux candidats à la présidence américaine.

Pas moins de 62 % des électeurs sondés par CNN ont donné la victoire à Clinton, contre seulement 27 % à Trump. C’est l’un des plus importants écarts depuis que la chaîne d’information continue mène de tels sondages, en 1984!

Un autre sondage, réalisé par le Public Policy Polling, accorde un avantage de 11 points (51 %-40 %) à Hillary Clinton.

Chez les électeurs indécis des États pivots, comme l’Ohio, la Pennsylvanie et la Floride, où se décidera la présidence, le verdict semble tout aussi tranché. Près de 80 % de ceux qu’a sondés le site Politico jugent que Clinton a remporté le débat.

En Pennsylvanie, les indécis réunis par le sondeur républicain Frank Luntz ont aussi désigné Clinton comme la grande gagnante de la soirée.

Ces sondages confirment ce qu’une vaste majorité des commentateurs clament — y compris diverses têtes d’affiche républicaines: Hillary Clinton a donné une leçon à son rival. Mieux préparée, elle maîtrisait ses dossiers et avait un bon sens de la répartie.

Trump, de son côté, semblait brouillon, souvent frustré. Et il a prouvé, encore une fois, qu’il avait une relation épisodique avec la vérité, pour reprendre les mots d’un commentateur de CNN.

Mais tout cela a-t-il une importance? C’est la grande question.


À lire aussi:

La santé de Hillary Clinton fera-t-elle couler sa campagne?


Selon les auteur du livre The Gamble, publié en 2013, les médias accordent une importance démesurée aux débats des chefs. John H. Sides et Lynn Vavreck, deux politologues, ont longuement étudié l’influence des débats, des «gaffes» commises par des candidats et autres moments jugés «cruciaux», dans l’histoire des campagnes présidentielles. Leur constat: ces événements n’ont, au final, que peu d’importance par rapport aux grands enjeux du moment, comme l’état de l’économie ou la polarisation grandissante de l’électorat.

Pour les hommes blancs de la classe ouvrière, qui se sentent souvent délaissés par les démocrates, le débat d’hier ne changera sans doute rien.

Les partisans de Trump n’évaluent pas leur candidat favori avec des critères habituels.

Trump se présente, dans ses rassemblements, comme un outsider, un candidat antiestablishment. Au premier débat, il a joué à merveille ce rôle d’outsider.

Le magazine conservateur American Thinker résume bien l’état d’esprit des partisans de Trump. Selon l’un de ses auteurs, le milliardaire a connu son meilleur moment en qualifiant Clinton de «politicienne typique, qui sait faire de belles promesses, mais qui n’accomplit jamais rien».

Ce commentaire rejoint celui d’un des indécis cités par Politico: «Clinton avait l’air de n’importe quel politicien depuis un demi-siècle. Pas Trump. Cette année, ce pourrait être suffisant [pour qu’il l’emporte].»

Quand Hillary Clinton a laissé entendre que, en refusant de dévoiler ses déclarations de revenus, Trump voulait peut-être cacher le fait qu’il n’avait pas payé d’impôt fédéral, le milliardaire ne s’est pas offusqué. Il a répondu que cela ferait de lui «quelqu’un d’intelligent» (that makes me smart).

Des millions de téléspectateurs ont dû hocher la tête, incrédules. A-t-il vraiment dit ça?

 

Quand Clinton a rappelé que Trump s’était réjoui de la dernière grande crise immobilière parce qu’il pouvait en tirer profit en achetant des propriétés au rabais, le milliardaire ne s’est pas braqué, au contraire. «C’est ce qu’on appelle les affaires, d’ailleurs» (that’s called business, by the way).

Des millions de téléspectateurs ont, à nouveau, dû hocher la tête.

 

Pour n’importe quel candidat normal, dans l’histoire récente, de telles réponses auraient pu être fatales.

Mais Trump n’est pas un candidat normal.

Une partie de ses partisans se réjouissent du vent de «fraîcheur» qu’apportent de telles déclarations. Enfin un «antipoliticien».

C’est ce qui explique sans doute, en partie, l’avance de Trump dans des sondages en ligne menés après le débat. Pas moins de 1,6 million de personnes ont répondu à celui du magazine Time.

Quelque 55 % des répondants donnent la victoire à Trump dans le débat.

Même s’ils n’ont rien de scientifique, ces sondages devraient inciter les commentateurs à la prudence avant de donner la victoire à Hillary Clinton.

Combien de fois, depuis un an, les médias ont-ils enterré Trump?

À pareille date l’an dernier, le réputé statisticien Nate Silver, qui ne s’était jamais fourvoyé dans ses prédictions, affirmait haut et fort que Trump ne gagnerait pas les primaires républicaines. Aux dernières nouvelles, ce même Silver, du site fivethirtyeight.com, accordait près de 50 % de chances à Trump d’accéder à la Maison Blanche…

Clinton a gagné le débat. Mais elle pourrait encore perdre la présidence.

Les commentaires sont fermés.

J’ai rencontré 6 de mes cousins et cousines qui habitent différents états et ils votent tous républicain. La seule fois qu’ils ont voté démocrate, c’est quand Kennedy s’est présenté à la Maison Blanche. L’effet Trump ne comte pas pour eux.

Le premier sondage dont vous mentionnez les résultats 64% – 27% en faveur de Clinton, a été fait auprès d’un auditoire composé de plus de démocrates. Le statisticien nous avait prévenu lors de l’annonce. Donc, les résultats comportent ce biais. Il aurait fallu le mentionner.

Merci pour cet article intéressant. Petite note: Trump dit « That’s called business, by the way » et non « That’s called business, buddy ».

Petite prédiction : l’ électeur américain est en général très conservateur et c’ est pourquoi dans les sondages ont peu dire n’ importe quoi ! Mais lorsqu’ arrive le moment fatidique de voter dans l’ urne; le vote majoritaire silencieux se prononce et c’ est le gros GBS qui l’emporte ! Donc pour conclure la logique donne Mme Clinton gagnante ! Les femmes, les hispaniques, les noirs vont faire la différence !!!

CNN est loin d’être impartial et ses sondages ne devraient pas être pris comme autre chose que de la production.

Trump a certes raison de dire que Mme Clinton est une politicienne de « carrière » et que bien des promesses de son administrations ne se sont jamais concrétisées. De plus, l’affaire des courriels clandestins donne une impression d’impunité pour l’establishment politique et l’électeur moyen n’aime pas ça car pour elle ou lui, il n’y a jamais d’impunité. En conséquence, malgré le fait que Trump soit un jars et un menteur, il est très probable que beaucoup d’électeurs n’iront pas voter pour Clinton et vont tout simplement rester chez eux, ce qui devrait donner l’avantage aux Républicains. En passant, on a encore une belle leçon de promesses vides ici au Canada avec l’administration Trudeau qui dit une chose mais fait son contraire et continue les politiques de l’administration Harper (en particulier sur les pipelines, le gaz naturel et les relations avec les peuples autochtones).

Les plus populaires