Crise financière : À moi les îles grecques!

Afin d’alléger sa dette, la Grèce songe à louer quelques-unes de ses îles.

Photo : Private islands inc.

Visant d’abord les îles inhabitées, cette mesure pourrait aussi s’étendre à 22 îles qui comptent moins de 150 habitants. Les populations seraient déplacées, et leurs terres, cédées pour une période variant de 30 à 50 ans.

En plus des revenus tirés de la location, la Grèce estime qu’elle fera des économies en n’ayant plus à assurer le maintien des insulaires. Cette idée a été mal accueillie par les Grecs, qui y voient une véritable expropriation. Athènes a fait marche arrière depuis, mais un premier catalogue de 47 îles – inha­bi­tées -, dont les prix vont de 3 à 47 millions d’euros (4 à 60 M$), a été constitué.

Parmi les locataires potentiels : Israël, qui voudrait y installer une base navale, et des entreprises privées, qui y ouvriraient des stations balnéaires.

 

Les plus populaires