États-Unis : le Far West a assez duré

L’acquittement cet été de George Zimmerman, 29 ans, accusé du meurtre de l’adolescent Trayvon Martin, en Floride, a secoué la classe politique américaine, qui remet en question la loi Stand Your Ground.

Photo : AP / John Minchillo / La Presse Canadienne
Photo : AP / John Minchillo / La Presse Canadienne

Selon cette loi, une personne qui se sent en danger peut faire usage de la force — invoquant la légitime défense —, et ce, même si elle a la possibilité de fuir les lieux. En d’autres termes, dès qu’une personne se sent menacée par quelqu’un, elle peut lui tirer dessus.

« Cette loi encourage l’escalade de la violence et met en péril la sécurité de la population », a déclaré Eric Holder, procureur général des États-Unis.

Zimmerman, qui s’était autoproclamé vigile de quartier, avait tiré sur le jeune Martin au moment où celui-ci revenait du dépanneur avec des friandises.

Il n’était pas armé. Zimmerman a expliqué que l’adolescent l’avait attaqué et avait mis sa vie en danger, un argument contesté par le procureur. Le meurtrier a tout de même été acquitté.

* * *

Adoption de la loi Stand Your Ground en Floride :
2005

Nombre d’États ayant adopté une loi similaire depuis :
25

Depuis l’adoption de la loi, le nombre d’« homicides justifiés » est passé de 18 (2005) à 47 (2011) en Floride et a doublé aux États-Unis.

Derrière ces lois, la puissante National Rifle Association, le lobby des armes à feu.