La liste – 10 querelles Canada-États-Unis
États-Unis

La liste – 10 querelles Canada-États-Unis

D’hier à aujourd’hui, les relations entre les deux pays ont parfois été minées par des sujets de discorde.

1. La frontière de l’Alaska

Les États-Unis ayant acheté l’Alaska à la Russie en 1867, le Canada se trouve sans voie d’accès aux mines du Klondike à la ruée vers l’or, 30 ans plus tard. Le litige est porté en 1903 devant un tribunal international, qui tranche en faveur des États-Unis. Deux passages maritimes font toujours l’objet d’un contentieux aujourd’hui.

2. La crise des missiles

Quand John Diefenbaker refuse de placer le Canada sur le pied de guerre lors de la crise des missiles à Cuba, en 1962, il envenime une relation déjà toxique avec John F. Kennedy. Pour se venger, Kennedy prête un conseiller pour travailler à la victoire de Lester B. Pearson.

3. Nixon et Trudeau

Voulant s’affranchir d’une politique étrangère calquée sur celle de Washington, Pierre Elliott Trudeau retire la moitié de ses troupes de l’OTAN en Europe en 1968. Le Canada accueille aussi les opposants à la guerre du Viêt Nam. Richard Nixon déclare que les relations privilégiées entre les deux pays sont terminées.

4. Le saumon du Pacifique

Le Canada et les États-Unis signent le Traité sur le saumon du Pacifique en 1985. Mais dans les cours d’eau transfrontaliers de l’Alaska, les États-Unis interceptent des millions de saumons de plus que le Canada. Le conflit se résoudra en 1999 par un nouvel accord qui établira la gestion du saumon en fonction de son abondance.

5. Les pluies acides

Dès 1985, Ottawa sonne l’alarme sur les émissions de dioxyde de soufre des centrales au charbon du Midwest, qui acidifient les cours d’eau de l’est du Canada. Après des années à nier les prétentions canadiennes, George H. Bush ratifie l’Accord sur la qualité de l’air en 1991.

6. Le bois d’œuvre

Depuis plus de 35 ans, l’industrie américaine tente de démontrer que le Canada subventionne ses entreprises forestières par l’intermédiaire de droits de coupe démesurément bas. Les quatre premiers recours américains se sont soldés par des échecs ou des ententes. L’an dernier, l’administration Trump a rouvert les hostilités en imposant des droits compensateurs de 20 %, que le Canada conteste de nouveau.

7. La guerre en Irak

En 2003, George W. Bush accuse l’Irak de détenir des armes de destruction massive. Devant le refus du Conseil de sécurité de l’ONU d’autoriser le recours à la force, Washington se tourne vers ses alliés pour former une coalition. Trois jours avant une invasion imminente, Jean Chrétien annonce que le Canada ne s’y joindra pas, l’opinion publique s’y opposant.

8. Le bouclier antimissile

Après plusieurs tergiversations, Paul Martin annonce en 2005 que le Canada ne participera pas au projet de bouclier antimissile de George W. Bush. Une décision perçue comme une volte-face du côté américain.

9. Le pipeline Keystone XL

En novembre 2015, Barack Obama bloque le projet d’oléoduc Keystone XL, qui devait acheminer le pétrole de l’Alberta vers des raffineries américaines, au grand dam du gouvernement Trudeau. Mais 14 mois plus tard, Donald Trump relance le projet.

10. L’acier et l’aluminium

En mai, Donald Trump impose des tarifs de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium, en contravention de l’ALENA. Le Canada réplique par l’imposition de tarifs sur divers produits américains. Malgré le litige, les deux pays demeurent des partenaires commerciaux de premier plan, avec des échanges de 674 milliards de dollars en 2017.