Après le pot, les champignons ?

Les militants en faveur de la légalisation de la molécule active des champignons magiques ont remporté des victoires décisives à Oakland et à Denver.

Une participante à un rassemblement en faveur de la légalisation de la psilocybine, à Denver, en mai dernier. Photo : Michael Ciaglo / Getty Images

Les habitants d’Oakland et de Denver qui le désirent peuvent maintenant en voir de toutes les couleurs : ces deux villes américaines ont récemment décriminalisé la possession et la consommation de champignons hallucinogènes — la vente demeure toutefois illégale.

Il s’agit des deux premières victoires d’un mouvement grandissant en faveur de la légalisation de la molécule active des champignons magiques, la psilocybine, à des fins thérapeutiques et spirituelles. Prochaines cibles : la Californie et l’Oregon.

Des militants y sont déjà à pied d’œuvre pour recueillir le nombre requis de signatures afin d’ajouter leur proposition au bulletin de vote des élections de 2020. Il leur faut 500 000 noms en Oregon, et le double en Californie, où une démarche semblable avait échoué lors des élections de mi-mandat en 2018.

Les champignons font aussi débat en Iowa, où un élu républicain plutôt libertarien a déposé deux projets de loi en faveur de la légalisation en février dernier. Ils ont cependant peu de chances d’être adoptés.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire