Balles toxiques

Depuis le 1er juillet 2019, la Californie interdit l’utilisation de munitions de chasse au plomb sur l’ensemble de son territoire. Le but : lutter contre le saturnisme chez les bêtes chassées, les animaux charognards… et les quelque 115 000 Américains blessés chaque année par balle.

Photo : Getty Images

Depuis le 1er juillet 2019, la Californie interdit l’utilisation de munitions de chasse au plomb sur l’ensemble de son territoire, une première aux États-Unis. La nouvelle loi, qui a mis fin à une longue bataille opposant notamment les environnementalistes aux lobbys pro-armes à feu, vise à lutter contre le saturnisme, c’est-à-dire l’empoisonnement au plomb chez les bêtes chassées, les animaux charognards… et les quelque 115 000 Américains blessés chaque année par balle.

Selon un rapport publié en 2017 par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, au moins 457 survivants d’une fusillade ont un taux élevé de plomb dans leur sang provenant de fragments de balle n’ayant jamais été retirés de leur corps. À long terme, ils risquent de souffrir de troubles neurologiques, rénaux ou reproductifs.

Bien que les effets néfastes de ce métal sur l’environnement et la santé soient amplement documentés, environ 95 % des 10 à 13 milliards de cartouches achetées chaque année aux États-Unis contiennent du plomb issu principalement de batteries de voiture recyclées.

En 2016, le gouvernement canadien a commandé une étude qui concluait notamment « qu’en l’absence de toute restriction supplémentaire, l’utilisation des munitions au plomb devrait augmenter au cours de la prochaine décennie et la concentration de plomb rejeté dans l’environnement devrait passer d’environ 5 000 tonnes en 2016 à 5 800 tonnes d’ici 2025 », ce qui ferait de ces munitions la plus importante source de rejets de plomb au pays.

Un règlement fédéral interdit présentement l’utilisation de munitions au plomb pour la chasse aux oiseaux migrateurs, mais aucune autre restriction n’est prévue pour le moment. « Le gouvernement fédéral entend consulter les Canadiens sur des mesures potentielles visant à encourager des solutions de remplacement », nous a dit une porte-parole d’Environnement et Changement climatique Canada.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire