Trump à la chasse

L’avenir de la démocratie américaine telle qu’on l’a connue jusqu’à maintenant pourrait se jouer le 24 mai prochain, en Géorgie, avec l’élection d’un obscur fonctionnaire.

Le secrétaire d'État de la Géorgie, Brad Raffensberger, qui a tenu tête à Donald Trump après le scrutin présidentiel de 2019 (Photo: Brynn Anderson, Associated Press)

Depuis sa défaite du 4 novembre, Donald Trump semble motivé par deux obsessions : renverser les résultats du scrutin présidentiel de 2020 et purger le Parti républicain de toute voix nuisant à ses efforts de subversion électorale. La première aura culminé lors de l’insurrection du 6 janvier au Capitole. La seconde se jouera dans un peu plus de six mois, dans le cadre d’un événement auquel on devrait déjà commencer à parer.

Le 24 mai 2022 auront lieu les élections primaires en Géorgie, État remporté in extremis par Joe Biden avec la marge la plus mince du scrutin présidentiel, soit à peine 0,2 %. Un des trois États, avec l’Arizona et le Wisconsin, dont le sort s’est scellé par moins d’un point de pourcentage et avec lesquels Trump aurait pu être réélu pour un second mandat. C’est aussi en Géorgie que Trump a, vraisemblablement de façon criminelle, harcelé le responsable électoral de l’État, notamment lors d’un appel téléphonique, quatre jours avant l’insurrection au Capitole, dans lequel il lui a demandé de « trouver 11 780 votes » afin de le déclarer vainqueur en Géorgie.

Ce responsable électoral, Brad Raffensperger, est un républicain et a tenu tête du début à la fin au leader de son propre parti. Son poste de secrétaire d’État, qu’il détient depuis 2019, est lui-même électif, et il sera en jeu lors d’un scrutin le 24 mai prochain. Raffensperger y fera face à des adversaires dans le cadre d’une primaire prenant déjà des allures de règlement de comptes pour les partisans du 44e président.

Parmi les candidats loyaux à Trump se trouve Jodi Hyce, ex-membre du Congrès refusant de reconnaître la légitimité de l’élection de Biden, et avec lequel le président éconduit a déjà commencé à faire campagne activement.

Dans un contexte où Trump continue à être vu de façon favorable par plus de 80 % de l’électorat républicain en Géorgie, il pourrait être difficile pour Raffensperger de s’accrocher. Et sa défaite représenterait un trophée de chasse politique sans précédent pour Trump : il aurait fait battre l’élu qui l’a empêché de concrétiser sa lubie du renversement des résultats de la dernière élection présidentielle.

Et il aurait fait accéder à un poste de responsable électoral d’un État-clé un candidat qui a promis de ne jamais reconnaître les résultats d’une élection perdue par Donald Trump. Ce serait du jamais-vu. Et cela mettrait la table de façon aussi puissante que troublante pour le reste du calendrier électoral de 2022… et de 2024.

Après la Géorgie, le déluge ?

Outre la Géorgie, les postes de responsable des élections en Arizona, au Michigan, au Nevada et au Wisconsin seront également en jeu plus tard en 2022. Il s’agit, après la Géorgie, de quatre des cinq États que Joe Biden a remportés avec les plus petites marges (l’autre, la Pennsylvanie, a un responsable électoral non pas élu, mais nommé par le gouverneur).

Et ce sont quatre États où les responsables électoraux, ayant respecté l’intégrité du scrutin de 2020, avaient originellement été eux-mêmes élus avec de faibles majorités, qui seraient menacées en cas de vague trumpiste en 2022.

 État Marge de victoire du président Biden (2020)Marge de victoire du secrétaire d’État (2018)
Arizona0,3 %0,8 %
Géorgie0,2 %3,8 %
Michigan2,8 %8,9 %
Nevada2,4 %0,7 %
Wisconsin0,6 %5,5 %

Autrement dit, ils sont vulnérables. Dans tous les cas, ils feront face à des candidats à la Jodi Hyce, appuyés par Trump avec, en retour, l’assurance de loyauté.

Au début du mois, l’humoriste Bill Maher a présenté un portrait percutant de l’avenir démocratique des États-Unis, et c’était loin d’être drôle. Son point de départ était le même que celui qui est répété sur ce blogue depuis les lendemains du scrutin de novembre dernier : Trump veut revenir à la Maison-Blanche et, à moins de l’équivalent d’une intervention divine, il va presque certainement tenter de le faire en 2024.

À cette première prédiction, Maher en a ajouté une deuxième, qui semble également tout à fait plausible : si Trump se représente, il remportera l’investiture présidentielle du Parti républicain.

Et à cette deuxième prédiction, Maher en a ajouté une troisième : peu importe le résultat de l’élection générale, il affirmera l’avoir gagnée.

Et cette troisième prédiction mène à une question qui mérite déjà d’être considérée sérieusement : Trump pourrait-il se trouver nettement mieux placé pour faire « appliquer » sa déclaration de victoire… qu’elle soit vraie ou fausse ?

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

On ne sait pas si votre commentaire en est un d’approbation de cette plaidoirie et/ou une lueur d’espoir de voir revenir ce sal type à la MB.

Une plaidoirie plus que méritée.. la démocraie occidentale se voit confronter à une mouvance d’extrême droite.. Qui peut souhaiter la réélection de Trump sans démontrer un attrait pervers pour les régimes autoritaires? On dirait que la mémoire est une faculté qui oublie.. L’humanité risque une fois de plus de s’enfoncer dans la barbarie.

Répondre

Les remparts de la démocratie ont été plus qu’ébranlés avec les agissements de Trump lors de l’élection de novembre dernier. Connaissant son entêtement sur le supposé « vol d’élection », c’est très probable que le scénario décrit dans l’article survienne. Dans ce contexte et comme le dit l’adage, mieux vaut prévenir que guérir.

Répondre

Ce qui semble pour le moment relever de l’évidence, c’est que le Parti républicain n’a pas grand-chose à offrir à la population pour fin de revenir au pouvoir. Devrions-nous nous en étonner ?

Les intentions politiques de monsieur Trump sont connues et stables, sa personnalité se maintient, tout est toujours bon pour faire parler de lui, peu importe que ce soit en bien ou en mal.

Entretenir et flotter sur ce mirage que les élections de 2020 auraient dû lui revenir, tout cela fait partie de « la game »…. Les faits sont là, le système électoral américain ne permet pas d’obtenir des résultats clairs, pas plus d’ailleurs que le système canadien.

La vérité est que les systèmes électoraux, tels qu’ils existent dans plusieurs pays dans le monde, sont configurés de telle sorte qu’ils visent à permettre à ceux qui détiennent le pouvoir de rester au pouvoir ou à reprendre le pouvoir plus tard lorsqu’il fût cédé par des marges faibles.

Est-il possible que ce qu’on prenne pour de la démocratie, relève encore de conceptions d’ordre tribales qui n’ont plus leur place dans ce qui devrait relever de la cybernétique des sciences politiques ?

Répondre

Découragé!! Si une JUSTICE existe il plus que temps qu’elle lui mette le grappin dessus, lui et les siens. Il me semble que la farce a assez durée.

Répondre

Trump est vu comme la main de Dieu par les évangélistes et l’extrême-droite états-unienne et agit comme un bouffon pour les divertir et obtenir leur appui. Le seul problème c’est que ce bouffon est extrêmement dangereux…

Répondre