Guerre de tranchées chez les républicains

Beaucoup de républicains refusent de se rallier à Trump, et certains pourraient même voter pour Clinton…

Un partisan républicain lors d'un rassemblement du parti. (Photo: AP Photo/Charles Krupa)
Un partisan républicain lors d’un rassemblement du parti. (Photo: AP Photo/Charles Krupa)

Avant d’affronter la démocrate Hillary Clinton aux présidentielles de novembre, le républicain Donald Trump devra colmater les fissures au sein de son parti. Et la tâche s’annonce ardue. De nombreuses têtes d’affiche du parti, dont l’ex-gouverneur de Floride Jeb Bush et le sénateur Lindsay Graham, refusent de se rallier à Trump, qu’ils jugent infréquentable. D’anciens stratèges des deux derniers candidats républicains à la présidence, John McCain et Mitt Romney, ont annoncé qu’ils voteraient pour… Hillary Clinton. Même le président de la Chambre des représentants, le républicain Paul Ryan, boude l’homme d’affaires. Ce dernier doit d’abord montrer «qu’il peut unifier» le parti, dit-il.

Trump, lui, n’a que faire de ces mises en garde. Il compte plutôt séduire les électeurs qui ne s’identifient ni à un parti ni à l’autre, et dont l’influence ne cesse de croître. Selon un sondage Gallup, ils forment 42 % de l’électorat. En ce moment, à peine 29 % des Américains se considèrent comme des démocrates, et 26 % comme des républicains.

Les commentaires sont fermés.

Cela ne me surprends pas. Les américains sont racistes dans l’âme et Trump leur dit ce qu’ils veulent entendre, sa compagne étant largement contre les latinos et les musulmans.

« Beaucoup de républicains refusent de se rallier à Trump, et certains pourraient même voter pour Clinton… »

Mais il y a encore plus de Démocrates qui sont écœurés de l’hypocrisie et des mensonges de Clinton qui se tourneront vers Trump si on met de côté Sanders.

Les États-Uniens se réveillent peu à peu et refusent de plus en plus la façade.
Si les Démocrates sont sérieux, ils devraient dire à Clinton de laisser sa place à Sanders.
C’est le seul moyen pour eux de faire élire un président démocrate.
Et Sanders est le seul qui peut battre Trump.

Serge Charbonneau
Québec

L’administration Obama a créé Trump et Sanders. Ce n’est pas croyable à quel point cette administration a été incompétente au cours des deux derniers mandats. Le changement s’est présenté et les Américains veulent prendre une chance. Obama n’a jamais démontré de leadership, il a bafoué les pays amôis pour se ranger du coté des Arabes, par exemple. Il a bloqué le Keystone pendant que 87 pipelines circulent aus États-Unis. Il a promis de mettre fin aux centrales nucléaires mues au charbon pendant que la Virginie Occidendale et le Wyoming ne vivent que de l’industrie du charbon. L’Obama Care se veut un échec cuisant dans la réforme de la santé. Encore 9 millions d’Américains n’ont pas accès au système de santé. Et j’en passe.

Trump veut faire renaitre l’Amérique d’antan. Il veut taxer de 35 à 50% les produits provenant de Chine et du Mexique, fabriqués par des entreprises américaines. Ceci va créer un peu d’inflation, mais, c’est acceptable parce que toutes les entreprises vont payer leur juste part de taxes. Son discours est accrocheur. Aussi, contrairement à Obama, qui a dilapidé deux milliards dans une entreprise de fabricatiion d’éloiennes qui a fait faillite, Trump, au moins, il sait compter.