Ils ont fui l’Irak

Environ 1,8 million d’Irakiens vivent hors de leur pays. Certains ont fui le régime dictatorial de Saddam Hussein, d’autres, un pays déchiré par la guerre et où règne une quasi-anarchie. Beaucoup ont pu trouver refuge dans les pays limitrophes, comme la Jordanie et la Syrie, mais souvent au prix de conditions de vie difficiles.

amman fuir irak

Réfugié irakien à Amman, capitale de la Jordanie. Les Irakiens seraient entre 750 000 et 1 million dans ce pays d’à peine 6 millions d’habitants. Environ 300 000 s’y trouvaient déjà au moment où la guerre en Irak a été déclenchée ; la plupart n’ont qu’un permis de séjour temporaire et sont susceptibles d’être expulsés.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

niveau vie fuir irak

Le niveau de vie étant plus élevé en Jordanie que dans les autres pays voisins de l’Irak, les réfugiés qui peuvent se permettre d’y vivre sont généralement issus de la classe moyenne. Mais, comme ils n’ont pas de statut officiel, l’accès à l’école et au système de santé publics leur est interdit. Ils doivent donc en assumer les coûts.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

logements fuir irak

Sans papiers, craignant toujours l’expulsion, les familles irakiennes ont peu de recours et s’entassent dans des logements surpeuplés. L’État jordanien, déjà économiquement faible, peut difficilement faire davantage et peu d’ONG sont présentes.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

nouvelles fuir irak

Les réfugiés prennent des nouvelles du pays dans un café d’Amman. L’endroit est un lieu de rendez-vous incontournable pour la communauté irakienne, avide de nouvelles. Il est toutefois dangereux d’y aller, car c’est s’exposer à la police et ainsi risquer d’être expulsé.  
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

refugies fuir irak

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés incite les Irakiens à s’enregistrer à titre de réfugiés. Seulement 25 000 d’entre eux l’auraient fait, les autres craignant d’être ainsi plus facilement localisé, sans pour autant être protégé contre une expulsion. Cet enregistrement leur donne au moins accès à l’aide humanitaire et leur permet de se réinstaller dans un autre pays.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

telephone fuir irak

Une réfugiée irakienne téléphone à son fils, rentré à Bagdad. Devant le conflit qui s’éternise et le manque de ressources financières, des réfugiés ont laissé femmes et enfants en Jordanie et sont retournés en Irak pour travailler ou vendre quelques biens.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

chomage fuir irak

Il est officiellement interdit aux réfugiés de travailler en Jordanie. Avec un taux de chômage de 15,5 %, il est d’ailleurs difficile de trouver un emploi, même précaire, dans ce pays. Plusieurs tentent donc le petit commerce pour gagner quelques sous.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

palestiniens fuir irak

Une grande communauté de Palestiniens ont aussi trouvé refuge en Jordanie. À la création d’Israël, ils ont été nombreux à se rendre dans ce pays, ainsi qu’en Irak. Depuis l’éclatement de la guerre, en 2003, plusieurs d’entre eux ont fui vers la Jordanie, qui les accueille dans un camp situé dans le désert.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

irakiennes fuir irak

Ces irakiennes d’origine palestinienne ont été installées dans le camp de Ruwaished, en plein désert. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés cherche une terre d’accueil pour ces personnes déracinées. Plusieurs ont pu ainsi trouver refuge au Canada.
© UNHCR/P.Sands/décembre 2006

damas fuir irak

Damas, en Syrie. Cinq cent mille Irakiens vivraient dans ce pays. Il accueille surtout des réfugiés plus pauvres, qui n’ont pas les moyens de vivre en Jordanie.
© UNHCR/J.Wreford/Janvier 2007

securite fuir irak

Les réfugiés irakiens ont tous des histoires d’assassinat et d’enlèvement à raconter. Ils ont encore des proches au pays et craignent pour leur sécurité.
© UNHCR/J.Wreford/Janvier 2007

quartier damas fuir irak

Des Irakiens ont monté leur étalage dans un quartier de Damas, en Syrie. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a lancé un appel international le 26 juillet dernier pour que l’aide aux réfugiés irakiens passe de 60 à 120 millions de dollars.
© UNHCR/J.Wreford/Janvier 2007

sayyida zeinab fuir irak

Au marché de Sayyida Zeinab, à Damas. Ce quartier chiite, situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville, est habité par de nombreux réfugiés irakiens. Bien qu’il soit délabré et qu’il coûte cher d’y vivre, les gens sont prêts à s’y entasser en raison de sa signification religieuse. Le quartier abrite en effet la tombe de la petite-fille du prophète Mohammed.
© UNHCR/J.Wreford/Janvier 2007

exode fuir irak

L’exode des Irakiens se poursuit tandis que leur pays est toujours à feu et à sang. En 2006, de 40 000 à 50 0000 personnes auraient fui l’Irak chaque mois.
© UNHCR/J.Wreford/Janvier 2007

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie