Irak : inquiétant regain de violence

L’été 2013 aura été le plus meurtrier en Irak depuis la fin de la guerre civile, en 2008. 

Photo : Alvaro Canovas / Paris Match via Getty Images
Photo : Alvaro Canovas / Paris Match via Getty Images

L’été 2013 aura été le plus meurtrier en Irak depuis la fin de la guerre civile, en 2008.

En juillet seulement, près de 1 000 Irakiens ont péri dans des attentats. Le même mois, la cellule d’al-Qaida en Irak a libéré 500 détenus — dont des terroristes — de la prison d’Abou Ghraib, où des soldats américains avaient humilié les prisonniers irakiens, en 2004.

Les attentats, de plus en plus fréquents, replongent dans la violence ce pays de 31 millions d’habitants et font chaque jour des dizaines de morts.

Al-Qaida prend du muscle

Al-Qaida est plus organisée et mieux financée que jamais en Irak. La Syrie voisine, où la guerre civile fait rage, lui sert de sanctuaire. Les membres de l’organisation s’y entraînent et traversent aisément la frontière avec leurs armes.

Tensions vives entre musulmans

Contrairement à l’idée qu’on se fait de ce groupe terroriste, il ne s’attaque pas qu’aux intérêts occidentaux. D’allégeance sunnite, al-Qaida prend aussi les chiites pour cible. Ceux-ci détiennent la majorité du pouvoir depuis que les Américains l’ont remis aux Irakiens, en 2004. Les milices chiites, qui étaient parmi les plus féroces lors de la guerre civile, reviennent aussi en force dans les rues de Bagdad.