Islande : «Sainte Jóhanna» sauvera-t-elle le pays?

 

Alors que l’économie de leur pays est sous respirateur artificiel, les Islandais misent sur les femmes pour réparer les pots cassés. Elin Sigfusdóttir et Birna Einarsdóttir ont été nommées à la tête des deux plus grandes banques islandaises, rescapées in extremis de la faillite par l’État. Et c’est à Jóhanna Sigurðardóttir qu’on a remis les clefs du bureau du premier ministre le 1er février dernier.

Son parcours: Âgée de 66 ans, Jóhanna Sigurðardóttir a commencé sa carrière… comme hôtesse de l’air. Après une incursion dans le monde syndical, elle a été élue au Parlement en 1978. Elle y a occupé le poste de ministre des Affaires sociales à compter de 1987. Les Islandais apprécient son franc-parler et sa simplicité. Comme ministre, elle a notamment marqué des points en préférant utiliser sa vieille bagnole plutôt que la limousine de fonction. Sa loyauté envers la défense des droits des minorités lui a valu le surnom de «sainte Jóhanna».

Son défi: Les Islandais attendent de leur nouvelle première ministre un miracle, rien de moins! Depuis le début de la crise, la capitalisation de la Bourse d’Islande a perdu 90 % de sa valeur. La monnaie s’est effondrée et le chômage a explosé. L’ancien premier ministre Geir Haarde a remis sa démission en catastrophe, sous la pression de la population en colère. Jóhanna Sigurðardóttir n’aura que quelques mois pour donner un coup de barre et tenter de remettre l’économie à flot. Des élections générales sont prévues pour le 25 avril.

Ses amours: C’est surtout à titre de premier chef d’État ouvertement homosexuel que Jóhanna Sigurðardóttir a fait les manchettes des médias internationaux. Bien qu’elle n’ait jamais accordé d’entrevue sur sa vie privée, elle ne cache pas sa compagne, la dramaturge Jónína Leósdóttir. En Islande, les histoires de cœur de la première ministre émeuvent peu la population. Le quotidien Morgunblaðið n’en a jamais fait mention, étant davantage soucieux de savoir si «sainte Jóhanna» saura opérer le miracle attendu.

—-

À lire aussi : Une île en faillite