Italie : jours de crise pour la mafia

La mafia sicilienne, Cosa Nostra, doit se serrer la ceinture.

A policeman guards during the appeal tri
Procès impliquant Cosa Nostra à Turin, en Italie, il y a quelques années. – Photo : AFP/Getty Images

La mafia sicilienne, Cosa Nostra, doit se serrer la ceinture, révèle l’hebdomadaire italien l’Espresso.

En cause : la crise qui touche de plein fouet les secteurs qui lui permettaient jusqu’ici de faire fructifier ses activités illégales. À commencer par les chantiers publics, dans lesquels elle recycle son argent sale.

Cosa Nostra a aussi une difficulté croissante à réclamer le « pizzo », l’impôt mafieux aux commerçants aujourd’hui étranglés par les dettes.

Elle s’est donc reconvertie dans le trafic de drogue, renforçant ses liens, notamment, avec le Canada. Les clans de Bagheria, spécialisés dans la vente de cocaïne, sont très liés, par exemple, à la famille Rizzuto de Montréal.

Cosa Nostra s’est aussi relancée dans le trafic de bétail, qu’elle revend à des boucheries clandestines. En temps de crise, elle ne néglige aucun trafic.