La légalisation du cannabis rapporte gros au Colorado

Les revenus liés à la vente de la marijuana au Colorado, légale depuis le 1er janvier, dépassent largement les attentes de l’État.

Photo © Seth McConnell / The Denver Post / Getty Images
Photo © Seth McConnell / The Denver Post / Getty Images

Les revenus liés à la vente de la marijuana au Colorado, légale depuis le 1er janvier, dépassent largement les attentes de l’État, explique l’Associated Press.

La proposition de budget remise par le gouverneur John Hickenlooper donne, pour la première fois, une indication de ce que l’État a prévu d’engranger durant la prochaine année fiscale grâce aux taxes de vente et d’accise du pot : 98 M$.

Une somme bien supérieure aux 70 M$ annuels qui avaient été annoncés aux électeurs, l’an passé, lorsqu’ils ont approuvé la taxe sur la marijuana. Le gouverneur a inclus dans son calcul les revenus de la taxe sur le cannabis médical, qui se monte à 2,9 %.

Selon le plan dévoilé mercredi, pas moins de 99 M$ devraient être dépensés à des fins de prévention, notamment, lors de l’année fiscale qui commence en juillet. Cet argent proviendrait de la taxe de vente au détail, évaluée à 12,9% dans tout l’État.

Ainsi, 45,5 M$ devraient être alloués pour une campagne de prévention chez les jeunes, 40,4 M$ pour le traitement de la toxicomanie et 12,4 M$ pour le système de santé publique.

Le plan fiscal ne prend pas en compte une taxe d’accise supplémentaire de 15 %, qui devrait permettre de dégager 40 M$ pour la construction d’écoles publiques.

Ces projections optimistes sont dues au fait que le nombre de points de vente au Colorado a été mis à jour (163 au 18 février). De plus, il s’avère que le prix de vente du cannabis à usage récréatif, qui n’est pas standardisé, est bien plus élevé que les 202 $ par once prédits l’an passé.

Selon Mason Tvert, qui a mené la campagne pour la légalisation de la marijuana au Colorado en 2012, l’appât du gain attire l’attention des législateurs d’autres États.

« La perspective de générer des revenus importants tout en éliminant le marché souterrain de la marijuana est de plus en plus attrayante », a-t-il résumé.

Le montant total de la vente de marijuana, toujours pour la prochaine année comptable, est estimé à environ 610 M$.

Les commentaires sont fermés.

Moi, ce qui me fascine le plus dans ce genre de dossier, c’est combien un commerce douteux, lorsqu’il est fourni par le privé est illégal et passible de prison, mais qu’aussitôt que l’État en situation de monopole s’en empare, ça devient soudainement acceptable, presque vertueux.

L’alcool au temps de la prohibition, les lotos, les « blind pigs », la prostitution et la mari dans certains pays, etc…

Ces commerces, plutôt qu’être contrôlés par des mafieux, le sont maintenant par des politiciens que nous considérons tous, sondages après sondages, comme aussi crédibles que des vendeurs de chars de seconde main…

Pas mal non?

L’industrie de la production et de la vente de marjuana relève complètement du secteur privé au Colorado et à Washington. Idem pour les 15 autres États Americains qui ont décriminalisé à des fins <>.

Mais…pourquoi ce MÊME commerce, hier encore ILLÉGAL, est-il maintenant valable et parfaitement réglementaire???

Monsieur Destouches, puisse les dirigeants politiques prendre connaissance de ce billet!

Depuis des lustres, nombreux sont les pays qui appliquent des politiques répressives en la matière. Or, il appert que celles-ci sont non seulement coûteuses, mais complètement inefficaces; nombreux sont les policiers qui, à micro fermé, pourraient en témoigner. Pour comble de malheur, ce sont les organisations criminelles qui profitent de cette situation en s’enrichissant de façon phénoménale.

Plutôt que de « jeter l’argent par les fenêtres », conviendrait-il d’encadrer la vente de marijuana pour en tirer d’importants revenus et « couper l’herbe sous le pied » des malfrats. Poser la question, c’est y répondre!