La remontée du christianisme

«À l’avenir, il est possible que nous n’ayons pas besoin de plus de scientifiques, mais de plus de théologiens», dit le généticien Steve Jones. 

 

Photo: AFP/Getty Images
Photo: AFP/Getty Images

FouineurLe christianisme pourrait connaître une recrudescence dans le monde, soutient Steve Jones, professeur au University College de Londres. Dans une allocution au Hay Literary Festival, le 26 mai dernier, le généticien de renom a mis en cause la chute du taux de natalité dans les pays sceptiques d’Europe, doublée d’un boum de fidèles dans les pays africains.

«Comme athées, nous nous félicitions parfois d’assister au déclin des croyances religieuses. Mais les personnes religieuses procréent davantage», maintient l’auteur du livre The Serpent’s Promise : The Bible Retold as Science, qui étudie l’évolution des religions. «Et dans quelles régions les gens ont-ils le plus d’enfants? Dans les tropiques et en Afrique. À l’avenir, il est possible que nous n’ayons pas besoin de plus de scientifiques, mais de plus de théologiens.»

Selon Jones, des analyses historiques démontrent que les religions se répandent rapidement dans les populations croissantes, et particulièrement dans les pays les plus pauvres, rapporte le Telegraph. «En Europe, seule la Grande-Bretagne est capable de remplacer sa population», a-t-il ajouté.

Une étude publiée par le centre de recherche américain Pew Forum démontre que  les Subsahariens représentent près du quart des chrétiens dans le monde, qu’ils soient catholiques, protestants ou orthodoxes. Si, en 1910, 1,4 % des chrétiens étaient africains, ils sont aujourd’hui 23,6 %. Le Pew Forum a dénombré 516,5 millions de chrétiens en Afrique subsaharienne (sur environ 2,2 milliards dans le monde), alors qu’ils n’étaient que 9 millions un siècle auparavant. Le Nigeria, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie et l’Afrique du Sud font tous partie des 10 pays qui comptent le plus de chrétiens. Les premiers rangs sont occupés par les États-Unis (247 millions) et le Brésil (176 millions).

Même si l’Europe et le continent américain hébergent toujours la majorité des chrétiens (63 %), l’étude américaine révèle qu’ils y sont de moins en moins nombreux. La proportion de chrétiens en Europe est passée de 95 % en 1910 à 76 % en 2010. En Amérique, ce taux est passé de 96 % à 86 %.

Les commentaires sont fermés.