La terrifiante fin de la honte

Mathieu Charlebois n’a pas peur des idées qu’il ne partage pas. Il n’a pas peur du populisme. Non, il a peur de la fin de la honte.

Photo : La Presse canadienne

Quand il déclare qu’il aimerait mieux que son fils meure plutôt que de « le voir apparaître avec un moustachu », Jair Bolsonaro ne parle pas du « Movember » et de ses moustaches, qui combattent simultanément le cancer et le bon goût. Bolsonaro est ouvertement homophobe.

Tout comme il est ouvertement sexiste. Et raciste. Et complètement disjoncté. Mais parce qu’on est en 2018, ça ne l’a pas empêché une miette de devenir président du Brésil, pays de 209 millions d’habitants.

En 2014, Bolsonaro expliquait ceci à propos d’une députée de gauche : « Elle est trop moche, ce n’est pas mon genre. Jamais je ne la violerais. »

« L’erreur de la dictature a été de torturer sans tuer », lançait-il en 2016.

« Eu ganhei » (j’ai gagné), peut-il dire en 2018.

On pensait avoir vu le pire, en fait de leaders populistes au message raciste et immoral. On pensait que Trump serait un genre d’avertissement pour le monde. Au reste de la planète, le Brésil a dit : « Tiens ma caïpirinha, je m’en vais t’élire encore pire. »

Bolsonaro est donc le Trump des tropiques.
Rodrigo Duterte est le Trump de l’Asie.
Et Donald Trump est ce qui arrive si tu donnes le pouvoir à ton grand-père qui commence à en perdre des bouts et qui crie après la télévision toute la journée.

« Le Québec a-t-il élu son Trump ? » se demandait France Inter au lendemain de l’élection de François Legault. France Inter a-t-elle manqué une occasion de se taire ? se demandaient les Québécois le même jour…

Comme s’il suffisait d’avoir parlé d’immigration pendant une élection pour soudainement se faire greffer le toupet idéologique de Donald Trump. Allons ! Il manque un élément essentiel à François Legault pour être le Trump de Sainte-Anne-de-Bellevue : Legault est encore capable de ressentir de la honte et de la gêne.

Si, un bon matin, après un bol de céréales sucrées de trop, François Legault déclare que de légaliser le travail des enfants de huit ans est la clé pour augmenter la productivité du Québec, ce ne sera pas long avant qu’on le voie bafoué devant les questions des journalistes. Bafoué plus que d’habitude, je veux dire.

Embarrassé, gêné de son idée saugrenue, il va sans doute finir par s’excuser et même essayer de se rattraper en promettant la maternelle quatre ans à tous les enfants de huit ans.

Le chef caquiste a déjà dit qu’il était à l’aise de se faire comparer à Trump. Deux ans plus tard, vous ne le reprendrez pas à faire la même chose. La honte a fait son effet.

Trump, lui, ne s’excuse jamais. Au mieux, il nie avoir dit ce qu’on l’a tous entendu dire. Ou mieux encore, il déclare le contraire de ce qu’il a dit la veille. Puis, il continue sa route sans même douter de lui.

S’excuser ? C’est pour ceux qui ont honte de leurs actions, ça.

Vous souvenez-vous de l’époque où être un conspirationniste vous valait de vivre en marge de la société ? Tu crois que le 11 septembre n’a jamais eu lieu, que les avions sèment des nuages de pluie et qu’il y a des messages francs-maçons dans le générique d’Unité 9 ? O.K. Tu peux aller t’asseoir là-bas, avec le gars qui prétend s’être fait rentrer une sonde dans le derrière par des petits hommes verts.

Aujourd’hui, le président des États-Unis croit que « quelqu’un » paie les gens qui manifestent contre lui. Il n’a aucune preuve pour appuyer ses dires. Ce serait pourtant facile d’en avoir : tu envoies un stagiaire de Fox News infiltrer la George-Sorososphère, il revient avec une vidéo où on lui donne de l’argent et une pancarte « Trump pue de la bouche », on envoie ça en ondes et c’est le scoop de la décennie.

Mais tsé… des preuves, c’est bon pour ceux qui ont honte de se faire prendre à mentir, ça.

La honte est un concept dépassé, hors du lexique social des Trump, qu’ils soient du Brésil, des Philippines ou de l’Ontario.

Elle est là, la grande « innovation » des leaders populistes qui apparaissent un peu partout. Bien plus que les idées qu’ils ont en commun. Les Trump, les Bolsonaro et les autres n’ont jamais honte et ça les rend indestructibles.

Impossible de leur faire quitter la scène, même s’ils ont perdu leurs pantalons il y a 15 minutes déjà. Ils collent là, parce qu’ils ne voient pas de raison de s’en aller. Être gêné ? Mais de quoi ?

C’est fou tout ce qu’on peut faire quand on a laissé la honte derrière. Loin derrière. Les sans-honte roulent en bulldozer sur les faits, sur la vérité, sur la morale, sur le bon sens et sur ce qui fait tenir la société ensemble.

À la longue, leur bulldozer du sans remords est confondu avec du courage. « Enfin », quelqu’un affirme ce que « tout le monde » pense tout bas.

D’ailleurs… pourquoi pensait-on ça « tout bas », déjà ?

Je n’ai pas peur des idées que je ne partage pas. Je n’ai pas peur du populisme. J’ai peur de la fin de la honte.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

33 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Petit détail biographique oublié par l’auteur: Bolsonaro a frôlé la mort s’étant fait poignarder, en pleine campagne électorale, par un militant d’extrême-gauche. Un Noir.

Je ne voit pas en quoi cela a rapport avec le fait qu’il soit raciste, sexiste et homophobe? Ce n’est pas parce que quelqu’un essaye de te tuer que tes défauts disparaissent.

@ Doster et Julie

Peu importe ses idées, aucun politicien qui se présente dans un pays démocratique mérite de se faire poignarder et frôler la mort. Or l’article élude ce fait marquant survenu pendant la campagne électorale comme si tuer un politicien de droite était légitime!

@ Doster et Julie:

C’est bizarre parce que qu’après la tentative d’assassinat de Pauline Marois lors de l’incident du Métropolis, je ne me souviens pas avoir lu le genre de commentaires que vous venez de faire, tout au contraire.

Deux poids deux mesures? Attenter à la vie d’un politicien de droite serait acceptable mais pas lorsqu’il (elle) est de gauche?

j’ai même pas lu l’article au complet, on dirait que Taillefer est tellement apeuré d’avoir perdu ses élections avec sa stratégie électorale digne d’un etudiant MBA, tellement apeuré de ne pas avoir élu l’unique bon parti selon son opinion personelle, qu’on dirait qu’il a commandé une série d’article sur le populisme…. ça a été le racisme et la xenophobie qui a fait les manchettes sous Charest, là ça va être le populisme, les médias on pas encore compris que le populisme c’est le mecanisme de défense naturelle devant des médias moralisateur qui leur dise quoi penser

Intéressante réflexion. Il semble que ce »manque de honte » soit une des caractéristiques particulières des sociopathes, si on ajoute les mensonges excentriques, la vulgarité et le non respect des autres, les réactions à fleur de peau, la haute perception qu’ils ont d’eux, une forme de charisme (sinon personne ne voterait pour eux…) etc on cerne davantage ces personnages »élus » haut en couleur. Adulés par beaucoup (qui?), pour des raisons qui m’échappent (leurs stratagèmes sont tellement »gros »… ). Pourquoi accorde-t-on le pouvoir à ces mégalos, pour qui aucune bassesse n’est trop basse pour l’obtenir?

On appelle aussi ça la perte de la conscience. Des psychopathes gouvernent maintenant plusieurs des grandes puissances mondiales. Et nous voulons lutter contre leurs actions avec nos moyens démocratiques et notre bonne conscience.

Excellent article.
Et j’oserais ajouter une une réflection.
Quand on a des leaders qui ne prennent pas position et qui veulent plaire
à tous…………..à mon avis ça donne des extrémistes au commande.
Un certain Dr. Alexis Carrel disait en 1936 qu’il y avait de moins en moins de grand leader.
La règle du GBS ( gros bon sens ) a des difficultés ces années ci.

Pour une fois, et croyez-moi je promets de ne pas en prendre l’habitude, je ferai qu’un court commentaire.
Sans blague?
Sans farce même!
Surtout parce que la dinde ne sera servi que dans 7 semaines.
D’ici là il semble bien que la honte ne sera pas au rendez-vous d’aucun politicien.
Sinon tellement de choses seraient différentes.
M’attarder à donner des exemples serait sans fin et sans arrêt et devrait-être à cause de cela aussi sans faim.
Si j’avais une notoriété suffisante pour espérer être lu je songerais à en faire un blogue pour chaque palier de gouvernement que j’intitulerais: la honte du jour pour ce gouvernement et nos élus qui ne semble pas vouloir y changer rien!
J’y inviterais ceux qui voudraient partager leur jour de honte à moi, avec nous, avec ses élus en qui je devrais avoir placé toute ma confiance.
Il y a tellement de choses à dire que des gens vivent ou sont susceptibles de vivre et qui ne s’améliorent pas ou si peu, qui existent d’une certaine manière mais qui dès le départ n’auraient jamais dû exister et être planifiées pour s’accomplir ainsi, mais même lorsque c’est rapporté à nos élus, à part des explications complètement honteuses il est claire dès lors qu’il n’y a pas l’ombre d’un changement qui y sera apporté.
Ce sera tellement difficile mais je m’attarderai qu’à un exemple que je pourrais écrire pour le jour 1 de mon blogue.
Crédit d’impôt pour solidarité:
-si vous y avez droit c’est que vos revenus sont tels que vous ne payez pas d’impôts et qu’ils sont sous le seuil de pauvreté;
-pourquoi y-a-t-il alors à part d’établir vos revenus pour établir votre légitimité,
a) il y-a-t-il d’autres conditions à remplir tel que:
-en faire la demande?,
-respecter des délais pour faire cette demande?;
b) pourquoi à partir du moment que votre rapport d’impôt démontre vos revenus, le processus pour que vous obteniez ce que l’état doit vous accorder ne s’enclenche pas et que ne commence pas dès lors le remboursement des crédits concernés?
c) pourquoi si vous ne remplissez pas toutes les conditions et que vous dépassez un délai précis pour en faire la demande, vous perdez tout ce que le gouvernement aurait du vous donner autrement?
Ce n’est pas honteux ça?
Si c’est vous qui devez au gouvernement, peu importe si vous faites vos rapports à temps ou non, à partir du jour ou vous avez régularisé votre situation fiscale ou que le gouvernement prendra les actions nécessaires vous devrez un jour ou l’autre rembourser avec des frais de pénalités et des intérêts!
Pourquoi si c’est le gouvernement qui vous doit, à partir du moment que vous régularisez votre situation, le gouvernement ne vous rembourserait pas les crédits pour solidarité sans d’autres conditions à remplir?
C’est très honteux!
Mais encore beaucoup plus honteux, mais alors c’est très très très honteux, lorsqu’on apprend comment certaines dettes envers l’état
-de la part de compagnies
-et d’individus fortunés,
qui même et aussi mais pas seulement,
-qu’ils ont cachés des revenus souvent:
-en suivant des principes légaux
-et parce que c’est accepté ainsi par nos gouvernements et les législations qui sont faites en conséquences,
-comme en utilisant des principes d’optimisations fiscales qui, si elles sont légales, elles sont certainement:
-immorales,
-éthiquement très honteuses
-et condamnables,
-mais encore pire lorsqu’il s’agit de l’utilisation des paradis fiscaux
-et des genres de poupées russes de l’économie qui servent à cacher les revenus en créant de multiples compagnies qui s’emboîtent les unes dans les autres,
-des prêtes noms
-et des adresses de compagnies fictives qui dans la réalité n’ont jamais existé, mais que pour eux et elles, notre ministre des finances accorde des faveurs sous toutes sortes de prétextes, dont la majorité n’ont aucun fondement fiscales ou légales, par le billet d’ententes qui en diminuent d’autant les montants à rembourser, les pénalités et les intérêts, qui ont l’a vu dans des articles de journaux a fait économiser à plusieurs des dizaines et même des centaines de milliers de dollars voir des millions.
Et ça, c’est différent, mais tout aussi honteux que ce que vous décrivez dans ce billet Mathieu Charlebois?
La morale de cet exemple honteux est que:
-si vous êtes un pauvre ignorant, et donc pauvre, retardataire, ignorant, mais même sans chercher à camoufler quoi que ce soit, le gouvernement en profitera encore en 2018 pour vous posez des conditions à respecter pour vous rembourser certains montants qu’il vous doit ou pire pourrait même ne jamais vous les rembourser;
-par contre si vous êtes dans les mieux nantis de la société, même si vous avez essayé par tout les moyens de voler tout les citoyens du Québec, le tapis rouge pourrait être déroulé et alors là vous pourriez économiser des millions, des dizaines voir des centaines de million peut-être en guise de récompense!
Et ça ce n’est pas très, très, très honteux?
J’ai d’ailleurs envoyé un courriel à tous les élus et aux prétendants à la députation lors de la dernière campagne électorale et j’ai reçu: 0, zéro réponse à part moins de 10 accusés réceptions.
Et-ce que ce n’est pas honteux aussi de la part de gens qui voulaient être élus ou réélus pour nous représenter, à l’unisson le disant le faire pour notre bien?
Mais je n’ai pas l’intention de lâcher le morceau.
Et j’invite mes concitoyens qui sont dans ce genre de situation honteuse ou dans d’autres comme il y en a des milliers qui sont honteuses depuis toujours, à se manifester et à se manifester à répétition. Une fois le premier envoie fait, il est très facile de le refaire et le refaire en rajoutant des liens pour la presse entre autres et aussi pour les réseaux sociaux. C’est ce que je ferai en début de 2019. J’attends que la CAQ, notre vieux nouveau gouvernement fasse sa première session parlementaire et après je mettrai en place mes demandes!
N’est-ce pas un exemple, d’une situation, qui dès le départ, a été mal conçu et qui n’a jamais été corrigé. Selon Revenu Québec cette façon de faire a été maintes fois améliorée… Une chance! Bravo. Mais il reste qu’en 2018, un très pauvre sans le sous, doit encore remplir des conditions pour avoir des peanuts de marque sans nom et passé date que le gouvernement du Québec lui doit, qu’il pourrait perdre s’il ne les remplis pas à temps! Il semble qu’en début de programme, en ????, les contribuables concernés devaient se rapporter à chaque semaine pour démontrer que sa situation n’avait pas changé pour être éligible au prochain chèque lui permettant de se payer un boîte de peanuts pouvant durer quelques jours de plus!
C’est très très très très honteux pour le gouvernement du Québec et pour la société Québécoise.
Et voila, un, un exemple de la honte de notre gouvernement du Québec pour le jour un de mon blogue s’il existait, un, un exemple parmi des milliers d’autres qui sont tout aussi honteux!
Ça ne se passe pas aux États-Unis, au Brésil, ou ailleurs dans le monde, au Canada, au Québec, dans des endroits qui ne sont pas dirigés par des dictateurs ou des quelconques égocentriques violents, mais bien dans une province d’un pays réputé pour sa démocratie, sa grandeur d’âme et sa grande bonté! Une chance! Mais ça dépend pour qui!
À l’écoute des promesses du gouvernement actuel je ne m’attend à rien de positif pour les plus démunis de notre société!
HONTEUX!

François 1
« Une chance… »
Une chance que le gouvernement ne fera rien de positif pour les plus démunis et continuera à faciliter la vie des plus riches, des mieux nantis, des grosses compagnies, mais mieux (pire) même ceux et celles qui contournent les lois et encore mieux (pire), aussi ceux et celles qui camouflent des revenus ou encore volent carrément à répétition, année après année, jour après jour devrais-je dire, la société Québécoise et Canadienne?
Pour ne pas risquer de vous causer d’ampoules aux doigts, soyez clair et surtout bref, écrivez juste oui ou non!

SirDecelles
6 novembre 2018, 11 h 54 min:

Sir, mon commentaire faisait référence au vôtre où vous spécifiiez vouloir faire court alors que, finalement, votre remarque a fini en une suite interminable de litanies. Comme d’habitude. Voilà pour mon « Une chance… ».

Pour ce qui est de votre deuxième intervention, les plus démunis de notre société, qui ont une très large part de responsabilité personnelle dans leur situation, ont une quantité impressionnante de programmes, de services et d’organismes pour s’occuper d’eux, à un point tel que l’on parle aujourd’hui de « l’industrie de la pauvreté » où d’innombrables « intervenants » doivent leurs revenus, confort ainsi que leurs privilèges justement au fait qu’il y a des démunis. Sans eux, ils seraient au chômage! D’ailleurs, sur ce même sujet, je me souviens très clairement de l’évaluation du nombre d’itinérants dans Montréal que faisaient régulièrement les différents organismes d’aide aux plus démunis et de la contre expertise commandée par l’administration municipale de l’époque et accomplie par une société indépendante (elle ne croyait pas aux chiffres alarmants fournis par les organismes de charité en question) et dont les résultats ont été fort étonnants. Au final, 90% des itinérants avaient mystérieusement disparu… Au lieu de plus de 30,000 itinérants, il n’y en avait en réalité qu’environ 3,000 si mes souvenirs sont exacts. Chaque organisme comptait « ses » itinérants ce qui faisait qu’au final, le même individu pouvait être recensé 4 ou 5 fois et même plus.

Et en passant, les démunis peuvent également se prendre en main eux-mêmes comme certains le font… mais ce sujet est tabou dans les milieux intéressés par les subventions.

Pour le reste de votre commentaire sur le sujet des « grosses méchantes compagnies capitalistes etc… » qui nous volent notre argent, qui ne paient aucun impôt et qui cachent des zillions de beaux dollars dans des paradis fiscaux, je vous invite à lire les commentaires des gens comme vous qui hurlent lorsqu’un siège social de l’un de nos « fleurons » quitte la province. Pour être constants avec vos lubies, vous devriez plutôt applaudir à tout rompre à chaque départ et même les encourager à nous quitter, car ça fera un exploiteur sans-coeur, égoïste, impitoyable et qui en plus ne paie pas d’impôts, etc… de moins chez nous.

Ça va tellement bien au Venezuela…!

Si je vous comprends bien les Bombardier de ce monde, ayant à leur tête des dirigeants dont certains se votent des revenus de $13,000,000.00 eux n’ont pas ce qu’il faut pour se prendre en main eux-mêmes puisqu’à répétition ils ont besoin de l’argent de la population pour continuer à contenter leurs actionnaires et ce faisant pour continuer à se faire voter toujours plus pour leurs mauvaises performances comme dans le cas de Bombardier!
$13,000,000.00 ça devraient bien faire vivre un peu mieux et pendant plusieurs années une grande partie des démunies du Québec qui au présent ne peuvent rien changer à leur situation et pour plusieurs ne pourront plus jamais rien y changer non plus à long terme; tant qu’aux autres, ils finissent bien par y changer quelque chose sans quoi ils seraient condamnés à rester dans leurs positions inconfortables à jamais.
Imaginons donc ce qu’on pourrait faire avec un milliard maintenant?
Pour plus de logements sociaux ou subventionnés ou encore pour les gens avec des handicaps permanents, pour les familles qui ont des enfants ayant besoin de services spécialisés…immédiatement et bien avant que lorsque leurs parents auront pu se prendre assez en main pour bénéficier des subventions gouvernementales à coup de centaines de millions ou de milliards ou encore d’avoir assez de revenus pour les éparpiller ici et là, en grande partie ailleurs que là où ils les gagnent.
C’est vrai que tous ses gens là peuvent toujours se prendre en main, même ceux qui n’en ont plus (de mains ou autres membres) en pensant positif saupoudré d’un peu de pensées magiques, ils pourraient toujours se partir une pme…
…comme un Laliberté qui ne peut pas se prendre assez en main actuellement et qui à besoin de plusieurs millions de nos gouvernements pour financer à 20% ses nouvelles entreprises qu’il est à mettre sur pied!
Une chance que vous me rappelez ce que je j’écris souvent moi-même concernant la longueur de mes commentaires en utilisant l’ironie pour les qualifier de court… car à 70 ans il arrive souvent que j’ai la tendance de l’oublier surtout sur une page de Mathieu Charlebois qui dit écrire sous l’égide d’un certain humour!
Cependant si vous me l’aviez rappelé avant, je ne vous aurais pas interpelé ainsi en ne comprenant pas le sens de votre:
« « …je ferai qu’un court commentaire. »
Une chance… ». Quelle économie de temps gaspillé cela aurait-il été alors!
D’un autre côté j’ai eu la très grande chance de renouer personnellement avec vos commentaires aussi fidèles que les miens à nos philosophies respectives. Avant de mourir, qui sait, électrocuté en appuyant sur soumettre dans quelques secondes, ça deviendra peut-être un passage essentiel dans mes derniers moments de vie!
Heureux de ce trop court échange!

Cette fois, je vous rejoins, sans aucune hésitation, dans l’énoncé de votre point de vue… J’ajouterais même un corollaire de plus en plus évident : la conséquence de cette malheureuse dérive ( qui ne touche pas seulement les politiciens, les nôtres comme les autres, hélas ) est bien la disparition de la faute, de ses conséquences… et donc de toute notion de responsabilité, de reddition de comptes, et par le fait même de tout espoir de justice… Un monde terrifiant, en somme, où tout peut arriver… tout et n’importe quoi ! Le pire n’est pas tellement qu’un être aussi asocial qu’immoral existe : il y en a toujours eu et il y en aura toujours… trop… Mais le pire, c’est que tant de gens « bêtement ordinaires » mettent autant d’énergie à le soutenir, le promouvoir, faire les « basses besognes » pour lui, sans qu’il le leur ait même demandé. Une incroyable armée de « complices », la multitude des moutons bien intentionnés, sans laquelle notre zigoto ne pourrait évidemment rien faire du tout. Question de honte? Sans doute aussi, mais sûrement « comportement de troupeau », si bien entretenu par toutes les campagnes publicitaires, les émissions de lignes ouvertes, les « Tout le monde dit ou fait ceci ou cela… ». Le populisme ne provient pas de la planète Mars, nous le fabriquons bel et bien ici même, chaque jour.

https://lactualite.com/monde/2018/11/02/la-terrifiante-fin-de-la-honte/#comment-813113
La terrifiante fin de la honte
Mathieu Charlebois n’a pas peur des idées qu’il ne partage pas. Il n’a pas peur du populisme. Non, il a peur de la fin de la honte.
Mathieu Charlebois Photo : La Presse canadienne 2 novembre 2018

De: Sir Decelles, [email protected], le 2018-11-03 à 14:37

Pour une fois, et croyez-moi je promets de ne pas en prendre l’habitude, je ferai qu’un court commentaire.
Sans blague?
Sans farce même!
Surtout parce que la dinde ne sera servi que dans 7 semaines.
D’ici là il semble bien que la honte ne sera pas au rendez-vous d’aucun politicien.
Sinon tellement de choses seraient différentes.
M’attarder à donner des exemples serait sans fin et sans arrêt et devrait-être à cause de cela aussi sans faim.
Si j’avais une notoriété suffisante pour espérer être lu je songerais à en faire un blogue pour chaque palier de gouvernement que j’intitulerais: la honte du jour pour ce gouvernement et nos élus qui ne semble pas vouloir y changer rien!
J’y inviterais ceux qui voudraient partager leur jour de honte à moi, avec nous, avec ses élus en qui je devrais avoir placé toute ma confiance.
Il y a tellement de choses à dire que des gens vivent ou sont susceptibles de vivre et qui ne s’améliorent pas ou si peu, qui existent d’une certaine manière mais qui dès le départ n’auraient jamais dû exister et être planifiées pour s’accomplir ainsi, mais même lorsque c’est rapporté à nos élus, à part des explications complètement honteuses il est claire dès lors qu’il n’y a pas l’ombre d’un changement qui y sera apporté.
Ce sera tellement difficile mais je m’attarderai qu’à un exemple que je pourrais écrire pour le jour 1 de mon blogue.
Crédit d’impôt pour solidarité:
-si vous y avez droit c’est que vos revenus sont tels que vous ne payez pas d’impôts et qu’ils sont sous le seuil de pauvreté;
-pourquoi y-a-t-il alors à part d’établir vos revenus pour établir votre légitimité,
a) il y-a-t-il d’autres conditions à remplir tel que:
-en faire la demande?,
-respecter des délais pour faire cette demande?;
b) pourquoi à partir du moment que votre rapport d’impôt démontre vos revenus, le processus pour que vous obteniez ce que l’état doit vous accorder ne s’enclenche pas et que ne commence pas dès lors le remboursement des crédits concernés?
c) pourquoi si vous ne remplissez pas toutes les conditions et que vous dépassez un délai précis pour en faire la demande, vous perdez tout ce que le gouvernement aurait du vous donner autrement?
Ce n’est pas honteux ça?
Si c’est vous qui devez au gouvernement, peu importe si vous faites vos rapports à temps ou non, à partir du jour ou vous avez régularisé votre situation fiscale ou que le gouvernement prendra les actions nécessaires vous devrez un jour ou l’autre rembourser avec des frais de pénalités et des intérêts!
Pourquoi si c’est le gouvernement qui vous doit, à partir du moment que vous régularisez votre situation, le gouvernement ne vous rembourserait pas les crédits pour solidarité sans d’autres conditions à remplir?
C’est très honteux!
Mais encore beaucoup plus honteux, mais alors c’est très très très honteux, lorsqu’on apprend comment certaines dettes envers l’état
-de la part de compagnies
-et d’individus fortunés,
qui même et aussi mais pas seulement,
-qu’ils ont cachés des revenus souvent:
-en suivant des principes légaux
-et parce que c’est accepté ainsi par nos gouvernements et les législations qui sont faites en conséquences,
-comme en utilisant des principes d’optimisations fiscales qui, si elles sont légales, elles sont certainement:
-immorales,
-éthiquement très honteuses
-et condamnables,
-mais encore pire lorsqu’il s’agit de l’utilisation des paradis fiscaux
-et des genres de poupées russes de l’économie qui servent à cacher les revenus en créant de multiples compagnies qui s’emboîtent les unes dans les autres,
-des prêtes noms
-et des adresses de compagnies fictives qui dans la réalité n’ont jamais existé, mais que pour eux et elles, notre ministre des finances accorde des faveurs sous toutes sortes de prétextes, dont la majorité n’ont aucun fondement fiscales ou légales, par le billet d’ententes qui en diminuent d’autant les montants à rembourser, les pénalités et les intérêts, qui ont l’a vu dans des articles de journaux a fait économiser à plusieurs des dizaines et même des centaines de milliers de dollars voir des millions.
Et ça, c’est différent, mais tout aussi honteux que ce que vous décrivez dans ce billet Mathieu Charlebois?
La morale de cet exemple honteux est que:
-si vous êtes un pauvre ignorant, et donc pauvre, retardataire, ignorant, mais même sans chercher à camoufler quoi que ce soit, le gouvernement en profitera encore en 2018 pour vous posez des conditions à respecter pour vous rembourser certains montants qu’il vous doit ou pire pourrait même ne jamais vous les rembourser;
-par contre si vous êtes dans les mieux nantis de la société, même si vous avez essayé par tout les moyens de voler tout les citoyens du Québec, le tapis rouge pourrait être déroulé et alors là vous pourriez économiser des millions, des dizaines voir des centaines de million peut-être en guise de récompense!
Et ça ce n’est pas très, très, très honteux?
J’ai d’ailleurs envoyé un courriel à tous les élus et aux prétendants à la députation lors de la dernière campagne électorale et j’ai reçu: 0, zéro réponse à part moins de 10 accusés réceptions.
Et-ce que ce n’est pas honteux aussi de la part de gens qui voulaient être élus ou réélus pour nous représenter, à l’unisson le disant le faire pour notre bien?
Mais je n’ai pas l’intention de lâcher le morceau.
Et j’invite mes concitoyens qui sont dans ce genre de situation honteuse ou dans d’autres comme il y en a des milliers qui sont honteuses depuis toujours, à se manifester et à se manifester à répétition. Une fois le premier envoie fait, il est très facile de le refaire et le refaire en rajoutant des liens pour la presse entre autres et aussi pour les réseaux sociaux. C’est ce que je ferai en début de 2019. J’attends que la CAQ, notre vieux nouveau gouvernement fasse sa première session parlementaire et après je mettrai en place mes demandes!
N’est-ce pas un exemple, d’une situation, qui dès le départ, a été mal conçu et qui n’a jamais été corrigé. Selon Revenu Québec cette façon de faire a été maintes fois améliorée… Une chance! Bravo. Mais il reste qu’en 2018, un très pauvre sans le sous, doit encore remplir des conditions pour avoir des peanuts de marque sans nom et passé date que le gouvernement du Québec lui doit, qu’il pourrait perdre s’il ne les remplis pas à temps! Il semble qu’en début de programme, en ????, les contribuables concernés devaient se rapporter à chaque semaine pour démontrer que sa situation n’avait pas changé pour être éligible au prochain chèque lui permettant de se payer un boîte de peanuts pouvant durer quelques jours de plus!
C’est très très très très honteux pour le gouvernement du Québec et pour la société Québécoise.
Et voila, un, un exemple de la honte de notre gouvernement du Québec pour le jour un de mon blogue s’il existait, un, un exemple parmi des milliers d’autres qui sont tout aussi honteux!
Ça ne se passe pas aux États-Unis, au Brésil, ou ailleurs dans le monde, au Canada, au Québec, dans des endroits qui ne sont pas dirigés par des dictateurs ou des quelconques égocentriques violents, mais bien dans une province d’un pays réputé pour sa démocratie, sa grandeur d’âme et sa grande bonté! Une chance! Mais ça dépend pour qui!
À l’écoute des promesses du gouvernement actuel je ne m’attends à rien de positif pour les plus démunis de notre société!
HONTEUX!

Désolé pour ce doublon.
Il n’y avait aucune confirmation comme quoi mon commentaire avait été reçu lors de sa première publication pas plus que cette fois-ci d’ailleurs, comme c’est habituellement le cas…

Nous pourrions bien sûr interpréter un tel billet de blogue de diverses façons. Je remarque pourtant qu’il y a l’expression d’une réelle empathie de l’auteur envers le député de l’Assomption. Une empathie belle à voir, considérant la morgue qu’il éprouvait régulièrement, il n’y a pas si longtemps envers les élus du Parti libéral. Ce qui démontre dans cette chronique un véritable changement…. Bénéfique ? Assurément !

Néanmoins, la conception de la honte telle qu’elle nous est présentée, met terriblement en question et mes connaissances et ma propre érudition. Tout autant de coupler la honte avec des excuses « toutes bêtes et toutes simples » me confond une fois de plus sur mes connaissances de la langue française, de la psychologie, de l’expression et la forme du sentiment.

Cela me conduit à considérer que probablement le test de langue exigé bientôt des nouveaux émigrants, ne sera pas un test de français mais plutôt un test sur la « novlangue » (petite référence Orwellienne) de cette langue nouvelle québécoise qui émerge actuellement. Tout, cela me réjouit au plus haut point. Si ce n’est qu’il me faudra probablement considérer in extenso, que ma belle langue française est devenue une langue morte ayant plus que jamais dépassée sa date de péremption.

Ce qui d’ailleurs nous conduit tranquillement pas trop vite à observer la concept singulier de populisme tel qu’il nous est servi magistralement par Mathieu Charlebois, comme ainsi une référence à cet art théâtral popularisé par les Italiens, appelé pantomime, souvent employé dans la « commedia dell’arte » pour le plus grand plaisir d’un auditoire conquis d’avance.

En sorte que tel Polichinelle, l’exercice de haute voltige offert (sans filet apparent) par monsieur Charlebois, consiste en gros à singer le vrai pour le remplacer par du faux. À l’instar de ces politiciens qu’il admire pour autant qu’ils s’excusent opportunément à l’occasion plutôt d’une manière inconsistante « baveusement ».

Difficile dans ces conditions pour le « vulgaire » que je suis de débrouiller ce qui relève du vrai ou du faux, difficile de savoir de la même manière quel politicien dit vrai et lequel dit faux. Difficile pour moi de savoir si les élus de toute part ou de tout bord sont populos… populistes ou alors « Maintenant. » sérieusement pas.

À ce titre je pense que monsieur Charlebois devrait pouvoir se faire offrir promptement le poste de « Ministre de la propagande » dès qu’il s’en créera un. Nul selon moi ne saurait être plus qualifié que lui pour exercer cet office « haut la main ».

La gauche est la seule et unique responsable de cet état de fait.

Les gens en général votent par écœurement contre un parti au pouvoir et pas nécessairement pour leur adversaire (ex.: la CAQ au Québec).

Excellent article, bien tourné, qui m’a fait sourire plus que rigoler, et ce, malgré le sujet plutôt… terrifiant et sidérant… !

Ce qui me fait peur à moi, ce sont ces centaines de millions de personnes qui ont voté pour des dictateurs en puissance. Ils se sont laissé berner par des promesses irréalisables, par des paroles haineuses, ils n’ont pas reculé devant la vulgarité. Ces gens-là n’ont pas de mémoire ou n’ont rien appris de l’histoire. Leurs réflexions se limitent à 140 ou à 280 caractères.
Les dirigeants élus s’en iront un jour, mais la population naïve ou ignorante restera.

Encore une fois une très bonne analyse. Petit point, c’est quand même incroyable que les français considèrent, que l’élection de Francois Legault au Quebec est dans la mouvance Trumpiste. Il y’a quand même des limites a mentionner des inepties semblables. Avec la droite et l’extrême droite en France , qui monopolise l’opinion publique, je me garderais une petite gêne.

La classe politique standard ne réalisent pas que le monde sont écœurer de voir les grosse prime de départ, les manipulation des partit politique, des ancien politicien avec gros salaire,ancienne gouverneure dépense sur le dos des taxe payeur, prime pour ceci,prime pour cela,…….. Plusieurs politicien ne réalise pas que leur avantage vienne du peuple. Nous le peuple quand nous quittons un emploie personne ne paît pour nous. Comme disait René Levesque; Les politicien les plus dangereux est le politicien qui dit aimé le peuple mais n’aime pas ce que le peuple aime.

Si vous trouvez que nos politiciens sont très (trop?) bien traités et qu’ils l’ont facile, rien, absolument rien ne vous empêche d’en devenir un.

Allez…osez…du courage… N’hésitez pas! Sacrifiez votre vie de famille ainsi que celle de vos proches, travaillez sous les projecteurs presque 24/7, faites remettre en question toutes vos décisions par certains électeurs activistes et par des pseudo-journaleux qui travaillent en sourdine pour miner vos projets, sacrifiez une partie de votre santé et même de votre sécurité personnelle pour respirer cette vie facile et confortable que vous offre la politique.

Allez…du nerf!!!

Ces élections démontrent peut-être que les gens sont tannés d’entendre des soit-disant démocrates qui promettent tout et rien à la fois. Devant l’immobilisme de nos démocraties les démagogues ont beau jeu, ces derniers promettent des choses et les excécutent contrairement à nos dirigeants qui plient aussitôt que la critique des biens pensant se fait entendre ou bien qu’ils reculent lorsque les promesses qu’ils on faites peuvent nuire à leur prochaine élection.
Il y a aussi notre part de responsabilité en rapport à ces élections. Lorsqu’on se renseigne qu’à partir de tweet, de message à 144 caractères, etc, il est facile de dire n’importe quoi qui semble la vérité. Ces nouveaux dirigeants n’aiment pas la presse alors il la dénonce sous de fausses vérités et nous les croyons. Alors il ne faut se surprendre de ce qui arrive aujourd’hui.
Lorsque les bottines suivront les babines de nos dirigeants peut-être qu’il y aura moins de cynisme et que la population sera attentive à leur propos.
La démocratie n’appartient pas uniquement à une frange privilégié de la population mais à tous. Nous nous devons de faire participer chacun sinon un jour ces démagogues arriveront chez nous.

Ce qu’il y a d’extraordinaire dans le parcours de Trump, c’est que, quand on pense qu’il a atteint le fond du panier, qu’il a fait la bourde ou dit la bêtise de trop, il continue de creuser. Les Américains continuent de le tolérer. Il creuse et creuse encore… on le tolère et on le tolère encore…

Vous avez raison mais du point de vue de plusieurs Américains, il « fait La job ». Le taux de chômage aux USA est à son plus bas historique, les impôts également, etc…

De plus, n’avons-nous pas nous-mêmes élu ici même au Québec un premier ministre anti-immigration tout en éreintant Trudeau parce que nous le jugions trop ouvert aux immigrants?

Bien sûr, Trump n’a aucune classe et est un rustre de la pire espèce mais je comprends que pour une grande part des Américains, il soit l’homme de la situation d’autant plus que son adversaire aux dernières élections était loin d’être un exemple de probité.

🙂 taillefer c’est un running gag sur le blog depuis que son fond a a racheté l’actualité, les libéraux arrêtait pas de dire que PKP ne pouvait pas contrôler des médias et être politicien, alors ça devrait aussi s’appliquer à Alexandre Taillefer, anyway c’est l’idée du running gag que j’avais décidé de reprendre dans le commentaire, mais bon, je pensais même pas qu’on lisait mes commentaires