L’Afrique qui avance

L’Afrique tourne le dos à la récession, avec une croissance à faire pâlir d’envie l’Europe et l’Amérique du Nord.

L’Afrique qui avance
Photo : iStock

Le FMI annonce pour 2010 et 2011 un rythme de croissance moyen de 5 % sur ce continent, contre 2 % l’an dernier. Les mesures économiques efficaces adoptées par plusieurs pays africains, pourtant souvent critiqués pour leur mauvaise gouvernance, ne seraient pas étrangères à ce phénomène.

 

LES RESSOURCES ONT LA COTE

La demande mondiale de produits agricoles et de ressources naturelles de l’Afrique a repris de plus belle au terme de la récession. La hausse progressive du prix du pétrole (qui avait brusquement chuté à la fin de 2008) a aussi donné un coup de pouce aux pays producteurs africains.

LES « PETITES CHINES »

L’économie de l’Afrique est tirée vers le haut par les « petites Chines », comme on sur­nomme le Congo et le Nigeria, dont la crois­sance – 10,6 % et 7,4 % respectivement – se rapproche de celle du dragon chinois. Ces deux pays s’en sortent mieux que les autres grâce à leurs réserves de pétrole. Des pays dits malfamés, comme l’Éthiopie (8,5 % en 2011), se taillent aussi une place dans le peloton de tête. Les pires résultats : Madagascar et la Guinée équatoriale, avec une croissance inférieure à 2 %.

UNE GESTION ÉCLAIRÉE

Le FMI explique la rapidité de la reprise après la récession par l’adoption de politiques budgétaires efficaces par les pays africains : réduction de la dette, transferts de liquidités vers les plus démunis, programmes d’infra­structures, soutien financier pour les producteurs agricoles et hausse des salaires dans la fonction publique.