L’Angleterre s’interroge

Après les émeutes qui ont suivi la mort du jeune Mark Duggan, tué par des policiers de Londres le 4 août dernier, l’Angleterre tente de comprendre les raisons du soulèvement. Et les explications varient grandement, selon qu’elles sont avancées par des analystes de gauche ou de droite.

 

LE CHÔMAGE ACCUSÉ

L’Angleterre s'interroge
Photo : PC

Après les émeutes qui ont suivi la mort du jeune Mark Duggan, tué par des policiers de Londres le 4 août dernier, l’Angleterre tente de comprendre les raisons du soulèvement. Et les explications varient grandement, selon qu’elles sont avancées par des analystes de gauche ou de droite.

 

LE CHÔMAGE ACCUSÉ

D’emblée, la gauche a soulevé les problèmes socioéconomiques grandissants d’une jeunesse laissée pour compte. Quelque 20 % des Britanniques de moins de 25 ans sont au chômage, un record depuis 1992. Au Royaume-Uni, l’écart entre riches et pauvres est plus important que dans les trois quarts des 30 pays de l’OCDE. La gauche montre aussi du doigt le programme d’austérité budgétaire du gouvernement conservateur.

LA MORALE BAFOUÉE

La droite voit dans les émeutes les symptômes d’une crise morale : les jeunes émeutiers, qui n’ont formulé aucune revendication sociale ou économique, sont le fruit d’une société qui dévalorise l’autorité et la responsabilité individuelle. Refusant de voir les « casseurs » comme des victimes du système économique, le gouvernement de droite de David Cameron a promis davantage de rigueur morale ; il n’hésitera plus à dénoncer l’éclatement de la famille, les mauvais parents, etc.

 

Les plus populaires