Le nouveau Congrès américain prêt à défier Donald Trump

Le 116e Congrès américain, qui a fait sa rentrée jeudi, ne ressemble à aucun autre. Il compte plus de femmes que jamais ainsi qu’une nouvelle génération de musulmans, de Latino-Américains et d’Afro-Américains à la Chambre des représentants.

Photo : AP Photo/J. Scott Applewhite

WASHINGTON — Le 116e Congrès américain a fait sa rentrée, jeudi, avec le contingent de législateurs le plus diversifié de son histoire.

La Chambre des représentants a élu Nancy Pelosi à la présidence, les démocrates reprenant la majorité avec bon nombre de nouveaux visages. Ceux-ci sont prêts à affronter le président Donald Trump dans une nouvelle ère de divisions, les républicains ayant encore la majorité au Sénat.

Le 116e Congrès ne ressemble à aucun autre. Il compte plus de femmes que jamais ainsi qu’une nouvelle génération de musulmans, de Latino-Américains et d’Afro-Américains à la Chambre des représentants, créant ce que les observateurs considèrent comme une démocratie plus représentative de la population des États-Unis. Le contingent républicain à la Chambre est toujours composé principalement d’hommes blancs et, au Sénat, les républicains ont renforcé leurs rangs au sein de la majorité.

C’est également le premier nouveau Congrès à se réunir en pleine paralysie partielle des activités du gouvernement, qui en est maintenant à sa 13e journée en raison des demandes de financement de Donald Trump pour un mur à la frontière avec le Mexique.

Nancy Pelosi s’est engagée à faire en sorte que le Congrès fonctionne pour tous les Américains. Mais son parti est également prêt à défier M. Trump avec des enquêtes qui menaceraient l’ordre du jour de la Maison-Blanche.

« Cette Chambre sera pour les gens, afin de réduire les coûts de la santé et le prix des médicaments sur ordonnance, de protéger les personnes atteintes de maladies préexistantes et d’augmenter les salaires en reconstruisant l’Amérique avec des infrastructures vertes et modernes — d’un océan à l’autre », a déclaré Mme Pelosi, selon des extraits de son discours diffusés à l’avance.

Mme Pelosi promet « de rétablir l’intégrité du gouvernement, afin que les gens puissent avoir confiance que le gouvernement travaille dans l’intérêt public, pas pour les intérêts particuliers ».

La paralysie gouvernementale continue

La journée se déroulait sous le signe de la célébration et de l’impatience. Les législateurs nouvellement élus sont arrivés, souvent accompagnés d’amis et de membres de leur famille, pour prêter serment et poser pour des photos officielles. Les démocrates comptent adopter rapidement un projet de loi visant à mettre fin à la paralysie du gouvernement, mais sans le financement réclamé par le président Trump pour le mur à la frontière.

Le vice-président, Mike Pence, a assermenté les sénateurs nouvellement élus, mais les républicains du Sénat, avec à leur tête le chef de la majorité, Mitch McConnell, n’envisageaient pas d’examiner les projets de loi de la Chambre destinés à financer le gouvernement, à moins que M. Trump n’accepte de les signer. Cela amenuise tout espoir de mettre un terme rapidement au « shutdown », ce qui risque d’assombrir les premiers jours de la nouvelle session.

Les lignes de division sont tracées non seulement entre démocrates et républicains, mais aussi au sein des partis eux-mêmes, entre leurs flancs gauche et droit.

Bon nombre de sénateurs du Parti républicain tenteront de se faire réélire en 2020 dans plusieurs États, notamment le Colorado et le Maine, où les électeurs ont des points de vue mitigés sur la gouvernance de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Esquive trio va payer pur un mur au chemin Roxan??? Ses un non sens le mur de Berlin a été abolit pour la liberte

Le mur de Berlin divisait une ville en deux, et du même coup le pays (est et ouest). Ce qui n’est pas le cas entre le Mexique et les USA qui sont deux pays différents. Il ne faut pas mêler les cartes

Un congrès en selfie, lâchez pas on avance en arrière dans cette triste époque de l’humanité en instantanée.