Le parc olympique en six lieux

Il n’y a pas que le stade ou le village des athlètes au parc olympique de Londres. L’espace de 2,5 km2 a complètement changé le visage de l’Est de la ville et les Londoniens devraient pouvoir en profiter durant plusieurs années.

Une promenade d’un bout à l’autre du parc permet de découvrir six sites incontournables.

 

1parc

Le parc olympique en six lieux
Vélodrome – Photo: Vincent Fortier

Il n’y a pas que le stade ou le village des athlètes au parc olympique de Londres. L’espace de 2,5 km2 a complètement changé le visage de l’Est de la ville et les Londoniens devraient pouvoir en profiter durant plusieurs années.

Une promenade d’un bout à l’autre du parc permet de découvrir six sites incontournables.

 

1parc

1. Le centre des médias

Les 20 000 journalistes qui couvrent les Jeux olympiques ont accès à une salle de presse comprenant plus de 1000 postes de travail. Juste à côté se trouve le gigantesque mais quelconque centre de diffusion, qui renferme les studios des diffuseurs officiels des Jeux (V, RDS et CTV au Canada). Le centre des médias comprend également une cafétéria – où plus de 50 000 repas seront servis chaque jour -, des commerces et une salle silencieuse, servant surtout à la prière.

 

 

2parc

2. Le vélodrome

Au nord du parc se trouve le magnifique vélodrome. Le site de compétition est sans aucun doute le plus vert du parc. Son toit, en forme de croustille Pringle, laisse entrer un maximum de lumière naturelle et recueille l’eau de pluie. Les matériaux utilisés sont presque tous durables, comme l’impressionnante piste en pin de Sibérie et le revêtement extérieur en cèdre rouge.

 

 

3parc

3. The Orbit

Difficile de manquer l’orbite. La sculpture la plus haute du pays, sise à proximité du stade olympique, a soulevé les passions à son inauguration, s’attirant des commentaires tantôt dithyrambiques tantôt injurieux. La tour d’observation, qui permet de voir tout le parc, est inspirée de la tour de Babel et représente un nuage d’électrons, ce qui explique son aspect instable.

 

 

4parc

4. Le parc

En traversant l’Olympic Park, on remarque les efforts des concepteurs pour fleurir l’endroit. Les fleurs sauvages poussent librement autour des sites de compétition. Avant le début de sa transformation, le parc a dû être décontaminé et 52 pylônes électriques ont été retirés. Aujourd’hui, l’endroit compte 300 000 plantes sur 45 hectares d’espaces verts. En 2013, cette superficie doublera et on renommera l’endroit Queen Elizabeth Park.

 

 

5parc

5. Le Riverbank Arena

Peu pratiqué au Canada – le pays ne sera d’ailleurs pas représenté dans cette discipline aux Jeux de Londres -, le hockey sur gazon est officiellement au programme olympique depuis 1928. L’Inde, les Pays-Bas, l’Australie et la Grande-Bretagne sont les nations les plus souvent titrées. Grâce à leur crosse, les joueurs tentent de marquer le plus souvent depuis le demi-cercle qui fait face au but adverse. Pour la première fois en compétition olympique, le terrain n’est pas vert, mais bleu, afin de bien voir la balle de plastique jaune.

 

 

6parc

6. Le centre aquatique

On le remarque de loin. Surtout grâce à ses deux immenses ailes qui seront démantelées après les Jeux. Les deux implants permettent d’offrir 15 000 places de plus pendant les compétitions. Le cœur du site, où les nageurs et les plongeurs seront à l’œuvre, a été dessiné par l’architecte Zaha Hadid. Le toit du centre, en forme de vague, pèse 3200 tonnes, soit l’équivalent de 300 éléphants !

 

* * *

À LIRE
D’autres textes dans notre dossier «Londres: Dans les coulisses des Jeux olympiques»