Le pays de tous les dangers

Le Pakistan est secoué depuis un mois par une vague quasi ininterrompue d’attentats. Avec une audace et une efficacité rarement vues au pays, les talibans et les groupes islamistes, aidés par al-Qaida, sont allés jusqu’à cibler les centres névralgiques des forces de l’ordre.

Photo : Mohammad Sajjad / AP / PC

Pourquoi cette flambée de violence?

Les attentats ont été perpétrés en prévision de la plus vaste offensive militaire jamais tentée par le Pakistan contre les insurgés au Waziristan du Sud (sanctuaire de 600 000 âmes où s’entraî­nent 10 000 talibans et islamistes), puis en réaction à cette offensive. L’État a déployé 28 000 soldats dans cette région le 18 octobre, après l’avoir assiégée pendant quatre mois. Plus de 200 000 habitants auraient fui. 

Pourquoi le Pakistan a-t-il de la difficulté à combattre les insurgés?

Parce qu’il les a longtemps soutenus afin de déstabiliser l’Afghanistan voisin, avec lequel il a toujours entretenu des rapports tendus. Mais les insurgés qu’il combat aujourd’hui se seraient retournés contre lui, notamment en raison de son alliance officielle avec « l’ennemi » américain. Par contre, d’autres insurgés, plus actifs en Afghanistan, continuent de bénéficier d’une alliance tacite avec les autorités pakistanaises. 

Pourquoi la situation menace-t-elle la sécurité internationale?

À force d’attentats, les insurgés pourraient faire tomber l’État pakistanais et prendre le contrôle du pays. L’État afghan s’en trouverait encore plus déstabilisé et risquerait de s’écrouler à son tour. Les insurgés pourraient également mettre la main sur l’arme atomique pakistanaise, ouvrant ainsi grand la porte à la prolifération nucléaire dans les pays et les réseaux hostiles aux États-Unis et à l’Occident.