Le problème de marijuana du FBI

La consommation de marijuana visiblement généralisée chez les pirates informatiques cause un problème d’embauche au FBI.

Photo © Justin Sullivan / Getty Images
Photo © Justin Sullivan / Getty Images

Depuis la légalisation de la vente de cannabis dans les États du Colorado et de Washington, les États-Unis voient la vie en vert. Ou presque.

Aux dires mêmes du directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), James Comey, l’agence gouvernementale va devoir assouplir ses règles à l’embauche si elle veut pouvoir suivre le rythme des cybercriminels. En cause : la consommation de marijuana visiblement généralisée chez les pirates informatiques, explique le Wall Street Journal.

À l’heure actuelle, le FBI n’étudie pas la candidature d’une personne ayant fumé de la marijuana au cours des trois années précédentes. Or, les adeptes de la fumette sont nombreux chez les gourous du piratage, semble-t-il.

« Je dois embaucher des effectifs pour rivaliser avec les cybercriminels et certains de ces jeunes veulent fumer de l’herbe sur le chemin de l’entrevue », s’est désolé James Comey, qui a admis que l’agence jonglait avec la question d’une modification de sa politique d’emploi.

Le Congrès a autorisé le FBI à recruter 2 000 personnes cette année. Parmi ce nombre, beaucoup seront affectés à la lutte contre la cybercriminalité, qui devient de plus en plus prioritaire pour la police fédérale américaine.

Au cours de la conférence durant laquelle James Comey a fait ces révélations, un spectateur a avoué qu’un de ses amis s’était défilé, à l’heure de postuler pour un emploi, en raison des règles du FBI en matière de consommation de marijuana. « Il devrait quand même envoyer sa candidature », a répliqué le directeur.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie