Le retour du tsar

Même s’il pouvait se représenter aux présidentielles de mars 2012, le président russe Dimitri Medvedev cède sa place à la tête du parti Russie unie à l’ex-président et actuel premier ministre Vladimir Poutine. Signe que ce dernier n’avait jamais tout à fait quitté son poste…

 

LE RÈGNE SE POURSUIT

Zoom sur... Le retour du tsar
Photo : S. Grits / AP / PC

Même s’il pouvait se représenter aux présidentielles de mars 2012, le président russe Dimitri Medvedev cède sa place à la tête du parti Russie unie à l’ex-président et actuel premier ministre Vladimir Poutine. Signe que ce dernier n’avait jamais tout à fait quitté son poste…

 

LE RÈGNE SE POURSUIT

Populaire et sans opposition, Poutine est presque assuré de remporter ces élections. Il reprendrait sa place au Kremlin pour 6 ans, ce qui porterait à 18 ans la durée de son règne. Et rien ne l’empêchera de se porter de nouveau candidat à la présidence en 2018. Il pourrait donc diriger la Russie plus longtemps que le dernier tsar, Nicolas II, renversé par la révolution en 1917, après 22 ans au pouvoir.

LA FIN DES RÉFORMES ?

Le retour de Poutine pourrait signifier la mort des réformes économiques annoncées par Medvedev – considéré comme plus libéral -, telle la privatisation accélérée des entreprises étatiques. Poutine avait fortement resserré le contrôle de l’État sur l’économie et la société lors de sa présidence.

 

Les plus populaires