Le soccer anglais tourmenté par l’affaire Navalny

L’opposant russe Alexeï Navalny appelle l’Occident à sanctionner les oligarques proches du Kremlin. Parmi eux : les propriétaires de deux clubs de soccer anglais adulés. Que fera le Royaume-Uni ?

Anadolu Agency / Getty Images / Montage L'actualité

LONDRES — Depuis quelques jours, le soccer anglais fait jaser le Tout-Londres, des amateurs passionnés jusqu’aux députés britanniques, en passant par les médias qui se régalent des moindres soubresauts qui agitent ce sport, aussi important dans la vie des Anglais que le hockey pour les Québécois. Contrairement à d’habitude, ce ne sont toutefois pas les résultats sur le terrain, le contrat faramineux d’un joueur ou les frasques d’un entraîneur qui retiennent l’attention, mais un homme emprisonné 2 500 km plus loin, à Moscou, au cœur du régime de Vladimir Poutine.

Alexeï Navalny, le principal visage de l’opposition à Poutine en Russie, a appelé les capitales d’Europe à « frapper au portefeuille les oligarques proches du président Vladimir Poutine pour être crédibles dans leurs sanctions ». Or, certains de ces riches hommes d’affaires sont au centre du mythique soccer anglais. De quoi alimenter les conversations, même si les traditionnels pubs, et leur bière tiède, sont fermés, confinement oblige.

L’affaire Navalny semble tout droit sortie d’un roman. En août, l’opposant est empoisonné au Novitchok, un puissant agent neurotoxique, alors qu’il se trouve en Sibérie. Il accuse Vladimir Poutine d’avoir personnellement commandé son assassinat, ce que Moscou dément avec véhémence. S’ensuit une convalescence de cinq mois à Berlin, puis un retour mouvementé en Russie le 17 janvier dernier. Dès son arrivée à l’aéroport, l’avocat devenu blogueur est arrêté et accusé d’avoir violé les conditions de sa mise en liberté dans une affaire de détournement de fonds alléguée remontant à 2014. Mardi, un tribunal moscovite l’a finalement condamné à trois ans et demi de prison. 

Immédiatement après ce verdict, des manifestations ont éclaté à Moscou. L’ONG OVD-Info rapporte que quelque 1 400 personnes ont été interpellées mardi seulement, et près de 5 000 dans les jours précédents. En pleine pandémie, des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup de jeunes, sont descendues dans les rues aux quatre coins de la Russie pour manifester leur soutien à Navalny.

« Ce qui s’est passé au cours des deux dernières semaines a été un grand choc, signale la chercheuse Yana Gorokhovskaia, affiliée à l’Institute of Modern Russia, un groupe de réflexion établi à New York. Les manifestations en Russie ne sont pas rares, mais l’ampleur de la présence policière est très différente de ce qu’on voit d’habitude. » 

Alexeï Navalny était jusqu’ici connu à l’étranger pour ses enquêtes dénonçant la corruption des élites russes. Or, son empoisonnement, son arrestation et les manifestations l’ont propulsé au rang de superstar internationale. Le Canada a réclamé sa libération immédiate, tout comme l’Union européenne et les États-Unis.  

Au Royaume-Uni, l’affaire fait des vagues. Dans une lettre publiée par un associé de Navalny après son arrestation, on retrouve une liste de gens proches du Kremlin qui devraient, selon l’opposant, être sanctionnés. Parmi les oligarques directement visés, deux noms ressortent : Roman Abramovitch et Alicher Ousmanov.

Les deux milliardaires sont bien connus au Royaume-Uni — non seulement parmi les passionnés de politique internationale ou les financiers de la City, mais également chez les fans de soccer. 

Alicher Ousmanov, dont la fortune est estimée à un peu plus de 16 milliards de dollars américains par Forbes, était jusqu’à 2018 actionnaire du club londonien Arsenal. Il a maintenant des liens avec Everton, une équipe de Liverpool qui joue elle aussi en Premier League. 

L’implication de Roman Abramovitch dans le football anglais est encore plus centrale : le multimilliardaire est propriétaire depuis 2003 du légendaire Chelsea Football Club, qui se situe au cinquième rang des équipes les plus riches de la Premier League. Chelsea a remporté l’Europa League en 2019 et met régulièrement sous contrat de grands noms pour des sommes astronomiques. 

Outre leur passion manifeste pour le soccer et leur mode de vie faste, Abramovitch et Ousmanov ont en commun une relation privilégiée avec Moscou. « L’Occident doit sanctionner les dirigeants et ceux qui détiennent l’argent. Rien n’aura autant d’impact sur le comportement des autorités russes », propose Alexeï Navalny. 

C’est aussi ce que font valoir plusieurs députés de l’opposition au Royaume-Uni. 

« La meilleure façon de montrer notre soutien à Alexeï Navalny n’est pas par des mots, mais par des actions. Pas avec des enquêtes, mais avec des condamnations », a martelé la députée travailliste Margaret Hodge aux Communes, en appelant le gouvernement de Boris Johnson à geler les actifs des oligarques russes visés par Navalny. 

Un groupe de 24 députés de 6 partis différents a envoyé une lettre au ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, lui demandant d’interdire à Chelsea et à Everton de représenter le Royaume-Uni au sein de partenariats internationaux — il ne s’agirait pas d’empêcher les deux équipes de jouer, mais plutôt de les bannir de programmes tels que Premier Skills, une initiative de coaching commanditée par le gouvernement britannique et présente dans une trentaine de pays. 

« Le soccer et les clubs de soccer font partie de l’image de marque britannique. Ils nous aident à promouvoir nos valeurs et nos intérêts à l’étranger. Ce travail est miné si nous permettons à des clubs qui ont des liens avec l’État russe de participer à ces efforts », fait valoir la députée libérale-démocrate Layla Moran dans cette lettre. 

Des figures importantes de la diaspora russe en Grande-Bretagne ont aussi pris position, comme le célèbre joueur d’échecs — et opposant de Poutine — Garry Kasparov. « En Europe, personne ne peut envoyer de message plus fort au Kremlin que les Britanniques. Tant que l’argent [des oligarques] continuera d’affluer à Londres et dans le monde libre, le pouvoir de Poutine restera intact », a-t-il affirmé récemment au Guardian

C’est aussi ce que croit Olga Culliney. Originaire de Saint-Pétersbourg, elle me rencontre près d’une ancienne centrale au charbon du sud-ouest de Londres, au bord de la Tamise, par une journée étonnamment chaude. Elle sourit, mais elle est un peu nerveuse ; il s’agit de sa première entrevue. « Je suis une nouvelle activiste », explique la femme avec son sympathique accent mi-russe, mi-britannique. 

Photo : Yasmine Mehdi

Installée à Londres depuis 2001 — juste après que Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir —, Olga, 42 ans, a suivi avec tristesse la tournure autoritaire qu’a prise sa Russie natale. L’affaire Navalny a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et l’a poussée à agir. 

« C’est ridicule et les gens en ont assez. Ils en ont assez des mensonges et d’être pris pour des imbéciles, déplore Olga en sirotant son café. Les Russes ne veulent plus être associés au Kremlin. Nous ne sommes pas comme Poutine, et Poutine ne représente pas les Russes. »  

Le 23 janvier, la mère de famille a organisé une manifestation devant l’ambassade de Russie à Londres. Le week-end suivant, devant le parlement britannique et à Hyde Park. Olga et son réseau d’activistes ont maintenant l’intention de concentrer leurs efforts sur les députés britanniques pour les convaincre d’adopter des sanctions ciblées, notamment contre les riches propriétaires russes des clubs de soccer anglais. 

« Jusqu’à présent, la pression internationale n’a pas fonctionné pour faire mal au régime. Ils s’en balancent et le disent clairement, avec beaucoup d’arrogance. Ils se moquent du droit international, alors il faut les viser là où ça fait mal : leur argent », croit Olga. 

Devant autant de pression de la société civile et des partis de l’opposition, le gouvernement britannique affirme qu’il n’écarte pas la possibilité d’imposer davantage de sanctions — car Londres l’a déjà fait contre Moscou après les événements de Salisbury en 2018, lorsqu’un ex-espion russe et sa fille ont été empoisonnés au Novitchok sur le territoire britannique. 

« L’idée derrière les sanctions ciblées proposées par Navalny est de diviser les élites qui composent l’entourage de Poutine en les punissant pour leur appui au régime », explique la chercheuse Yana Gorokhovskaia. 

Mais l’experte russo-canadienne est claire : si de telles sanctions pourraient avoir l’effet d’un carton jaune sur les alliés de Poutine, elles ne mettraient pas le Kremlin hors jeu pour autant.

« Les sanctions peuvent certainement limiter l’accès des élites russes aux marchés européens et elles peuvent aussi envoyer un signal fort. Mais est-ce qu’elles vont vraiment avoir un résultat à l’intérieur de la Russie, c’est une autre question », soutient la chercheuse, qui ajoute que les actions punitives fonctionnent mieux lorsqu’elles sont adoptées de manière préventive et coordonnée.

Abramovitch et Ousmanov ont refusé les demandes d’entrevue des médias britanniques. Un porte-parole du propriétaire du Chelsea Football Club a néanmoins affirmé à la BBC que les allégations de Navalny étaient « infondées », sans offrir plus de détails. La Premier League n’a pas non plus commenté le dossier. 

Olga Culliney promet pour sa part de continuer la bataille à partir de Londres. 

« Je pense que le régime russe a peur de Navalny. S’ils n’avaient pas peur de lui, ils ne l’auraient pas arrêté. Mais malheureusement, je ne crois pas qu’ils vont abandonner le pouvoir facilement. C’est dommage, mais c’est comme ça », soupire-t-elle. 

Laisser un commentaire

Plusieurs oligarques sont impliqués dans le sport professionnel, pas seulement au Royaume-Uni. Le commerce juteux, ne se trouve pas spécifiquement dans les clubs, il est plutôt dans la valeur des transferts de joueurs et les paris sportifs. Les personnes impliquées dans ces activités peuvent-être basées n’importe où dans le monde, des sanctions financières contre des personnalités Russes ciblées ne règleront probablement pas les problèmes.

À hauteur de mes connaissances, aucune preuve formelle n’a été faite que l’agent neurotoxique utilisé pour « théoriquement » empoisonner monsieur Navalny soit du Novitchok de fabrication militaire. En revanche plusieurs enquêtes faites en suite de l’affaire Skripal relèvent qu’il est assez facile de confectionner des agents neurotoxiques maison, copiés de modèles connus du Novitchok qui ont été mis en ligne.

Pour avoir fait une recherche sur cela, je n’ai pas trouvé moins de deux recettes génériques de ce type d’agents neurotoxiques qui pouvaient être téléchargées tout-à-fait librement. Du matériel labo standard et des connaissances de base en chimie suffisent pour pouvoir produire un agent neurotoxique létal.

La campagne organisée contre la corruption, orchestrée par la Fondation de monsieur Navalny lui a value certainement des inimitiés. C’est lui qui en premier fait les frais de par sa notoriété. Il ne faudra pas s’étonner outre mesure qu’il y eût des « contrats » sur sa tête mise-à-prix.

Cela s’est également vu dans l’affaire Skripal dont plusieurs enquêtes ont révélé qu’il ne fût pas un agent double, plutôt un agent triple qui fourguait des informations aux maffieux qui opéraient dans la région de Valence (Espagne) où ce dernier a été basé.

Quand Sergueï Skripal était encore chargé de missions pour le MI6 britannique, il était bien protégé, une fois rendu à la retraite, c’était devenu une cible fragile. Les auteurs de cette tentative d’assassinat étaient possiblement des contractuels, pas des militaires officiellement en mission.

Si Navalny est une peste pour les corrompus et non l’innocente victime du Kremlin, il pourrait encore être éliminé en prison et le Kremlin ne pourra rien pour lui. Personne ne souhaite je pense, la mort d’Alexeï Navalny, mais il gagnerait sans doute à employer des méthodes plus orthodoxes pour faire valoir ses droits tant sur le plan personnel que politique.

Moscou n’avait pas à nier quoique ce soit, il n’y eut pas démenti avec véhémence, l’exécutif estime que si monsieur Navalny avait été réellement empoisonné avec du vrai Novitchok, il serait à cette heure bel et bien mort à Vladivostok, il n’aurait probablement jamais pu prendre l’avion puisque les effets du Novitchok sont foudroyants selon les experts militaires interrogés.

En matière de corruption, nous savons que la plaque tournante de la corruption en Europe est actuellement située en Ukraine. Les financiers britanniques profitent assez amplement de l’argent de ses oligarques. La fortune de l’ancien président Petro Porochenko s’est considérablement accrue (sans avoir à payer de l’impôt à l’État ukrainien) lorsqu’il était en fonction. Ses avoirs étaient sous administration d’une filiale de la Barclays Bank. Son nom figurait d’ailleurs dans les Panama Papers.
Cela me surprend d’observer une communauté occidentale toujours conciliante pour tout ce qui touche l’Ukraine et si intransigeante pour ce qui est russe.

Je ne sais comment le pouvoir russe pourrait avoir peur d’Alexeï Navalny comme le relate Yasmine Medhi ? Alors que son poids électoral dans la Fédération ne pourrait être mesuré que s’il était à la tête d’un vrai parti, ce qui n’est plus le cas depuis 2015.

Ce qui ne plaide guère en la faveur de monsieur Navalny, c’est son racisme, son antisémitisme, ses sympathies et ses alliances avec des formations apparentées à l’extrême-droite. Comme principal opposant à Poutine, j’aimerais qu’on puisse concevoir quand même quelque chose de mieux.

Répondre

Je suis abonnée 12 mois depuis le 11-1-2021 et j’ai des problèmes avec « La Quotidienne » qui m’est refusée
et m’offre de m’abonner alors sue je le suis déjà et si reçu la nouvelle revue papier MERCI de corriger , cela est très agaçant. FABIOLA BOILY

Répondre

Malheureusement, l’Occident est également géré par des oligarques. Bien qu’honorable, ce n’est peut-être pas le bon moment pour se sacrifier.

Répondre

Nuls doutes que des industriels français (Yves Rocher en tête ) ont des grands intérêts à entasser Navalny et plaire a M.Poutine, preuve faite ces derniers jours.
On se souviendra de l épisode naguère des « bonnets rouges » largement organisé par les patrons bretons sous l égide du Président permanent de la Russie qui a l époque pouvait avoir des intérêts à empêcher une Ecotaxe exagonale largement justifiée et a l’avant-garde dont le réseau national de portiques sur le territoire était pratiquement finalisée et facturée à l état mais de fait étouffée…
Et c est passé crème, c est fou ce que la droite française est capable de malversations quelle que soit l époque
Merci à votre très bon journal l Actualité

Répondre