Les Canadiens, les plus accueillants 

Le Canada est le pays où les immigrés sont le mieux perçus par la population locale.

Selon la dernière édition de l’Indice d’acceptation des immigrés (Migrant Acceptance Index) de la maison de sondage Gallup, le Canada est le pays où les immigrés sont le mieux perçus par la population locale.

Cet indicateur est basé sur trois questions posées en 2019 dans 145 pays. Les personnes interrogées ont ainsi été invitées à répondre favorablement ou défavorablement quant à l’idée que des immigrés vivent dans leur pays, deviennent leurs voisins ou se marient à quelqu’un de leur famille.

Le Canada arrive donc en tête avec un score de 8,46 (sur une valeur maximale de 9,0), tandis que plusieurs pays d’Europe de l’Est (notamment la Hongrie, la Croatie et la Slovaquie) se situent au bas du classement. L’Islande et la Nouvelle-Zélande complètent le podium.

L’édition 2020 de cette étude met globalement en évidence un monde où les immigrés sont de moins en moins bien perçus, spécialement dans l’Union européenne, où le nouveau pacte migratoire, qui durcit leurs conditions d’accueil, est vivement critiqué.

***

Plus de mineures mariées à cause de la pandémie

Près de 500 000 filles mineures risquent d’être forcées de se marier cette année en raison des conséquences économiques de la pandémie de COVID-19. Elles s’ajouteraient ainsi aux 12 millions d’autres qui subissent ce triste sort chaque année.

Cette prévision, établie par l’organisation internationale Save the Children dans un récent rapport, viendrait inverser 25 années de progrès au cours desquelles le nombre de mariages d’enfants a continuellement reculé.

Pour l’organisation, la hausse de ce type d’union serait directement attribuable à la COVID-19. La fermeture des écoles a en effet entraîné le retour des enfants dans leurs foyers, souvent appauvris par la pandémie et touchés par les pertes d’emplois. La pauvreté pousse alors les parents à faire travailler leurs enfants pour subvenir aux dépenses du foyer ou bien à les marier pour qu’ils ne soient plus à leur charge.

Les jeunes filles de l’Asie du Sud sont particulièrement touchées par les mariages forcés (191 000), suivies par leurs semblables de l’Afrique occidentale et centrale (90 000), puis de l’Amérique latine et des Caraïbes (73 400).

Par ailleurs, un million de jeunes filles de plus devraient tomber enceintes pour les mêmes raisons, soit une hausse de 3 % par rapport à l’année précédente.

Laisser un commentaire